Un homme torturé et tué au Pakistan pour blasphème présumé | Pakistan

0
6


Une foule au Pakistan a torturé, tué puis incendié un Sri Lankais accusé de blasphème à cause de certaines affiches qu’il aurait retirées.

Priyantha Diyawadana, un ressortissant sri-lankais qui travaillait comme directeur général d’une usine de la société d’ingénierie industrielle Rajco Industries à Sialkot, au Pendjab, a été attaqué par une foule violente vendredi.

Dans d’horribles vidéos partagées sur les réseaux sociaux, on peut voir Diyawadana jeté par terre, où des centaines de personnes ont commencé à déchirer ses vêtements, le frappant violemment. Il a été torturé à mort puis son corps a été brûlé. Des dizaines de personnes dans la foule peuvent également être vues en train de prendre des selfies avec son cadavre.

L’incident a commencé lorsque des rumeurs ont émergé selon lesquelles Diyawadana, qui avait été directeur de l’usine pendant sept ans, avait retiré une affiche portant des mots du Coran. Au matin, une foule a commencé à se rassembler aux portes de l’usine et en début d’après-midi, ils avaient chargé dans l’usine et s’étaient emparés de Diyawadana.

Le commissaire adjoint de la police Mohammed Murtaza a déclaré : « En raison de la rénovation du bâtiment de l’usine, certaines affiches ont été retirées du mur. Ils ont peut-être profané des affiches portant le nom du prophète Mahomet. Peut-être que le manager a été lynché à cause de ça.

Il a ajouté : « Malheureusement, je ne peux rien affirmer ou nier pour le moment. L’alibi utilisé pour le meurtre est un blasphème mais la cause du meurtre apparaît personnelle et ciblée. Le problème est en cours d’investigation. »

Murtaza a déclaré qu’au moins 50 personnes avaient été arrêtées et que d’autres arrestations étaient probables alors que la police parcourait les images de la scène. Amnesty International s’est déclarée « profondément alarmée par le lynchage et le meurtre inquiétants d’un directeur d’usine sri-lankais à Sialkot, prétendument en raison d’une accusation de blasphème ».

Le Pakistan, un État islamique, a des lois notoirement draconiennes contre le blasphème, qui entraînent la peine de mort. Les lois sont souvent utilisées contre les minorités religieuses et les accusés sont parfois lynchés avant d’être reconnus coupables par un tribunal. La culture de la peur entourant les affaires de blasphème signifie que les juges ont souvent trop peur de déclarer l’accusé autre chose que coupable.

L’un des cas de blasphème les plus tristement célèbres au Pakistan est celui de la chrétienne Asia Bibi, qui a été condamnée à mort en 2010 après avoir été accusée de blasphème par ses collègues. Près d’une décennie plus tard, elle a été acquittée après de fortes pressions internationales.

Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a condamné les violences à Sialkot. « L’horrible attaque d’autodéfense contre l’usine de Sialkot et le [killing] de [a] Le manager sri lankais est un jour de honte pour le Pakistan. Je supervise les enquêtes et qu’on ne s’y trompe pas, tous les responsables seront punis avec toute la rigueur de la loi. Les arrestations sont en cours », a-t-il tweeté.

Mais certains critiques ont lié l’incident et un revirement récent du gouvernement Khan dans sa politique envers le groupe islamique pur et dur du Pakistan, Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP).

Le TLP a été interdit par le gouvernement Khan et déclaré organisation militante. Cependant, après que les partisans du TLP ont déclenché une vague de manifestations meurtrières à Lahore en octobre, tuant au moins six policiers, le gouvernement a accepté de lever l’interdiction de l’organisation. Dans l’une des vidéos de la scène de Sialkot, deux des instigateurs des violences se réfèrent aux slogans du TLP pour justifier leurs actions contre Diyawadana.

Beaucoup craignent que les incidents de violence liés à des cas présumés de blasphème et de lynchage de la foule ne s’intensifient en conséquence. La semaine dernière, un poste de police de la province de Khyber Pakhtunkhwa a été incendié et des véhicules de police incendiés après que les policiers ont refusé de remettre à la foule une personne accusée de blasphème.

Hussain Haqqani, universitaire au Hudson Institute et ancien ambassadeur aux États-Unis, a déclaré que le Pakistan avait cédé et renforcé les islamistes extrémistes pendant des années. « L’appareil d’État soutient ceux qui commettent des violences au nom de la religion au lieu de protéger les victimes. Ce n’est que récemment que le gouvernement a conclu un accord avec TLP, qui était responsable du meurtre de policiers lors de violentes manifestations », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « La montée du TLP a normalisé le meurtre sur les allégations de blasphème. Ce qui était autrefois des incidents aléatoires devient maintenant une épidémie. »



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here