L’Allemagne impose des bordures aux non vaccinés, pour rendre les vaccins obligatoires

0
6
L'Allemagne impose des bordures aux non vaccinés, pour rendre les vaccins obligatoires


Des gens passent devant une station de test COVID-19 dans la rue commerçante Kurfuerstendamm, au milieu de la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19), à Berlin, en Allemagne, le 1er décembre 2021. REUTERS/Annegret Hilse

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

BERLIN, 2 décembre (Reuters) – L’Allemagne a imposé jeudi des restrictions aux non vaccinés alors qu’elle cherchait à stopper une augmentation spectaculaire des infections quotidiennes à coronavirus exacerbée par la découverte de la souche Omicron.

La chancelière sortante Angela Merkel et son successeur Olaf Scholz ont convenu avec les dirigeants des 16 États allemands d’interdire aux non vaccinés l’accès à toutes les entreprises sauf les plus essentielles telles que les épiceries, les pharmacies et les boulangeries.

Ils ont également accepté d’adopter une législation au parlement national pour rendre la vaccination obligatoire.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Désireux d’éviter des blocages qui pourraient faire dérailler une reprise fragile de la plus grande économie d’Europe, ils ont maintenu les entreprises ouvertes à près de 69 % de la population qui est entièrement vaccinée ainsi qu’à celles ayant la preuve qu’elles s’étaient remises du COVID-19.

« La situation est très grave », a déclaré Merkel lors d’une conférence de presse avec Scholz, qui devrait être élu chancelier par le Bundestag (chambre basse) la semaine prochaine. « Le nombre d’infections s’est stabilisé, mais à un niveau beaucoup trop élevé. »

Merkel a déclaré qu’un comité d’éthique serait invité à rédiger un projet de loi pour rendre la vaccination obligatoire et que le Bundestag débattrait et voterait sur la mesure contestée en février au plus tard.

Les autorités craignent que la quatrième vague de COVID-19 ne submerge les unités de soins intensifs et ait entraîné jeudi plus de 73 000 nouvelles infections et 388 décès.

Les virologues attribuent la nouvelle épidémie à la résistance à la vaccination d’une partie importante de la société et ont critiqué les politiciens pour avoir agi trop tard pour freiner la contagion.

Le taux de vaccination de l’Allemagne d’un peu moins de 70 % est proche de la moyenne de l’UE mais inférieur à celui de pays comme le Portugal et l’Irlande.

Il y a eu des signes que la courbe montrant de nouvelles infections commence à s’aplatir. L’incidence sur sept jours parmi 100 000 résidents a chuté pour le troisième jour consécutif à 439,2.

Merkel, qui a salué les restrictions comme un « acte national de solidarité » nécessaire, a déclaré que dans les régions où l’incidence sur 7 jours atteint 350, des mesures telles que la fermeture des discothèques et des salles de concert et la limitation des événements en salle à 50 personnes entreraient en vigueur.

Apprivoiser le virus sera une priorité absolue pour Scholz, dont les sociaux-démocrates gouverneront avec les Verts progressistes et les démocrates libres pro-business. Scholz, qui prendra officiellement le pouvoir la semaine prochaine, a déclaré que l’Allemagne chercherait à administrer 30 millions de coups supplémentaires d’ici Noël.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Reportage d’Andreas Rinke, Paul Carrel et Thomas Escritt Écriture de Joseph Nasr Montage par Mark Heinrich

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here