Bukele intensifie le pari d’El Salvador sur le bitcoin coulissant ; achète 150 autres pièces

0
8
 Bukele intensifie le pari d'El Salvador sur le bitcoin coulissant ;  achète 150 autres pièces


Le président salvadorien Nayib Bukele s’exprime lors d’une cérémonie de pose de la première pierre de Chivo Vet, un hôpital vétérinaire financé avec les gains que le Salvador a obtenus de ses opérations bitcoin, à Antiguo Cuscatlan, El Salvador, le 1er novembre 2021. REUTERS/Jose Cabezas

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

SAN SALVADOR, 4 décembre (Reuters) – Le président salvadorien Nayib Bukele a déclaré que le pays d’Amérique centrale avait acquis 150 bitcoins supplémentaires après la nouvelle chute de la valeur de la monnaie numérique, élargissant son pari sur la crypto-monnaie malgré les critiques.

Bitcoin, la crypto-monnaie la plus grande et la plus connue au monde, est en baisse d’environ 30 % par rapport au sommet annuel de 69 000 $ du 10 novembre. Bukele a déclaré la semaine dernière qu’El Salvador avait acquis 100 pièces supplémentaires pour profiter de l’affaiblissement de la monnaie. Lire la suite

Tard vendredi, Bukele a annoncé que le gouvernement était à nouveau entré sur le marché.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

« El Salvador vient d’acheter la baisse ! 150 pièces à un prix moyen en USD d’environ 48 670 $ », a écrit Bukele sur Twitter.

Jusqu’au 26 novembre, El Salvador possédait 1 220 bitcoins.

En septembre, El Salvador est devenu le premier pays au monde à adopter le bitcoin comme monnaie légale, une décision qui a attiré l’attention des médias mondiaux mais a également attiré les critiques de l’opposition et des institutions financières étrangères.

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré lundi qu’El Salvador ne devrait pas utiliser le bitcoin comme monnaie légale, compte tenu des risques liés à la crypto-monnaie.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Reportage de Nelson Renteria; Écriture de Drazen Jorgic; Montage par Daniel Wallis

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here