Blinken et le Russe Lavrov se rencontrent au milieu des tensions sur l’Ukraine

0
7
Blinken et le Russe Lavrov se rencontrent au milieu des tensions sur l'Ukraine



S’exprimant lors du sommet de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Stockholm, Lavrov a averti que l’expansion de l’OTAN à l’Est affecterait les « intérêts fondamentaux » de la sécurité russe.

Il a souligné que bien que la Russie ne «veuille aucun conflit» avec l’OTAN au sujet de l’Ukraine, elle conserve le «droit de choisir des moyens d’assurer ses intérêts de sécurité légitimes».

« Et n’oublions pas, bien sûr, le principe proclamé d’indivisibilité et de sécurité, y compris à l’OSCE, au Conseil de l’OTAN de la Russie, qui dit que personne n’a le droit de renforcer sa sécurité au détriment de la sécurité des autres. Et la poursuite de l’avancée de l’OTAN vers l’Est affectera certainement les intérêts fondamentaux de notre sécurité. »

Les États-Unis, quant à eux, ont de nouveau averti qu’il y aurait de « graves conséquences » si la Russie s’engageait à « poursuivre la confrontation » avec l’Ukraine.

Blinken a déclaré aux participants au sommet que les États-Unis étaient « profondément préoccupés par les plans de la Russie pour une nouvelle agression contre l’Ukraine ».

Cette agression « nous déplacerait exactement dans la direction opposée », a déclaré Blinken, soulignant que « ce n’est tout simplement dans l’intérêt de personne ».

Il a ajouté que « le meilleur moyen d’éviter la crise est la diplomatie », appelant la Russie à respecter les accords de paix de Minsk conclus en 2015 entre la Russie, l’Ukraine, la France et l’Allemagne.

L’interprétation de ce document et d’autres documents essentiels de l’OSCE est apparue comme un point de friction entre les deux pays, Lavrov affirmant qu’il « est clair » que les États-Unis et la Russie les interprètent de « différentes manières ».

Blinken a critiqué l’adhésion de la Russie à l’Acte final d’Helsinki, un accord multilatéral datant de 1975, affirmant que le pays « continue de violer les principes d’Helsinki et entrave à plusieurs reprises le travail de cette organisation ».

Malgré les accusations, les deux responsables ont reconnu l’importance du dialogue, Lavrov reconnaissant « l’importance de nos deux États pour la stabilité mondiale et la sécurité, y compris dans la zone euro-atlantique ».

Blinken a également tenu jeudi une réunion bilatérale avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dymtro Kuleba, au cours de laquelle le haut diplomate américain a réitéré « l’engagement indéfectible de Washington en faveur de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de l’indépendance de l’Ukraine ».

Le sommet de l’OSCE fait suite à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN en Lettonie qui a été dominée par les préoccupations concernant les récents événements en Biélorussie et les intentions de la Russie en Ukraine.

Les États-Unis et l’OTAN affirment que la Russie augmente le nombre de troupes de combat près de sa frontière avec l’Ukraine.

Le Kremlin a nié à plusieurs reprises que la Russie prévoyait d’envahir l’Ukraine et considère le soutien de l’OTAN au pays comme une menace à la frontière occidentale de la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé mercredi à des accords spécifiques qui excluraient toute nouvelle expansion de l’OTAN vers l’Est et le déploiement de son armement près des frontières de la Russie.

Mardi, Poutine a déclaré que l’expansion militaire de l’OTAN à proximité des frontières russes et le déploiement de systèmes de missiles en Ukraine franchiraient une « ligne rouge » pour la Russie. En réponse aux actions de l’Occident que la Russie perçoit comme une menace, le pays développe ses propres armes de missiles hypersoniques.

Alex Marquardt de CNN a rapporté de Stockholm, Niamh Kennedy de Londres et Anna Chernova de Moscou.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here