Un séisme de magnitude 7,5 frappe la région reculée de l’Amazonie au nord du Pérou

0
5
L'Ukraine lance une


28 novembre (Reuters) – Un tremblement de terre de magnitude 7,5 a secoué la région reculée de l’Amazonie au nord du Pérou dimanche matin et a été ressenti jusqu’à Lima, dans le centre du pays et le sud de l’Équateur, causant des dommages à des maisons près de l’épicentre sans faire de victimes.

Le centre sismologique de l’Institut géophysique du Pérou (IGP) a déclaré que le tremblement de terre avait une profondeur de 131 kilomètres (81 miles) et que l’épicentre se trouvait à 98 kilomètres de la ville de Santa Maria de Nieva, dans la province de Condorcanqui.

Le séisme a été ressenti dans tout le centre et le nord du Pérou. Certains habitants ont quitté leur domicile par mesure de précaution, selon des reportages de la radio et de la télévision locales.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Aucun dommage n’a été signalé à l’oléoduc de 1 100 kilomètres de la société d’État Petroperu qui traverse la région de l’Amazonie péruvienne jusqu’à la côte Pacifique au nord.

Walter Culqui, maire de la ville de Jalca Grande dans la province de Chachapoyas, a déclaré que plusieurs maisons avaient été endommagées, faisant trois blessés sans gravité. Une partie de la tour de l’église dans la région s’est effondrée, a-t-il déclaré.

Dans l’Équateur voisin, le séisme a été ressenti dans 19 des 24 provinces, avec des dommages à certaines maisons mais aucun blessé n’a été signalé, selon le Service national de gestion des risques et des urgences de l’Équateur.

L’Institut national de protection civile du Pérou (Indeci) a déclaré dans un communiqué que dans les districts amazoniens de Valera, San Jeronimo et Leimebamba, le tremblement de terre « a causé des dommages à un nombre encore indéterminé de maisons ».

Grâce aux réseaux sociaux, des coupures d’électricité ont été signalées à plusieurs endroits dans les zones de jungle. Les images de la télévision locale montraient des tronçons de routes bloqués par d’énormes rochers et de la terre qui avaient été détachés.

Le système d’alerte américain a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’alerte au tsunami après le séisme.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Reportage de Marco Aquino à Lima et Aakriti Bhalla à Bengaluru, écrit par Hugh Bronstein, édité par Catherine Evans

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here