Toronto accueillera une clinique de vaccination de masse pour les enfants à la Scotiabank Arena alors que le nombre d’éclosions de COVID-19 dans les écoles continue d’augmenter

0
8
Toronto accueillera une clinique de vaccination de masse pour les enfants à la Scotiabank Arena alors que le nombre d'éclosions de COVID-19 dans les écoles continue d'augmenter


Toronto accueillera une clinique de vaccination de masse pour les enfants d’âge scolaire à la Scotiabank Arena le mois prochain alors qu’elle cherche à utiliser la maison des Maple Leafs pour un type de tir différent de ceux qui sortent habituellement du bâton d’Auston Matthews.

La ville a annoncé qu’elle offrirait 2 000 rendez-vous aux enfants âgés de 5 à 11 ans lors d’une clinique d’une journée à l’aréna du centre-ville prévue pour le 12 décembre.

La clinique se déroulera de 10 h à 18 h et comprendra également des cadeaux, de la musique et des divertissements tout au long de la journée.

L’annonce de la clinique à grande échelle fait suite au début de la vaccination de la cohorte plus jeune la semaine dernière après l’approbation par Santé Canada du vaccin pédiatrique de Pfizer la semaine précédente.

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore, affirme que plus de 68 000 enfants âgés de cinq à 11 ans ont déjà reçu leur première dose, ce qui représente environ 6,4 % de ceux qui sont nouvellement admissibles à se faire vacciner.

« C’est une initiation brillante pour cette stratégie et j’espère que le volume d’individus continuera afin qu’ils (les enfants d’âge scolaire) soient mieux protégés avant les vacances lorsque nous pouvons anticiper de voir plus de cas », a-t-il déclaré lors d’un briefing lundi.

Le plus grand nombre d’épidémies dans les écoles depuis avril

L’effort pour vacciner les jeunes enfants a pris une importance renouvelée alors qu’un nombre croissant d’épidémies de COVID-19 sont déclarées dans les écoles publiques.

Il y a maintenant 189 éclosions dans les écoles de l’Ontario, dont 174 dans les écoles élémentaires où la plupart des élèves ne sont toujours pas vaccinés.

Il s’agit du plus grand nombre d’épidémies simultanées dans les écoles depuis le pic de la troisième vague en avril.

À l’époque, le nombre d’écoles avec des épidémies a atteint un sommet de 210 avant que les autorités n’ordonnent que toutes les écoles passent à l’apprentissage à distance uniquement après les vacances de printemps retardées.

Les écoles sont ensuite restées fermées jusqu’en septembre, marquant la deuxième année consécutive au cours de laquelle l’apprentissage en personne a été fortement perturbé.

Cette année, les responsables de la santé publique ont insisté sur le fait qu’ils donneraient la priorité au maintien des écoles ouvertes, avec des plans pour utiliser des tests d’antigène de raid pour s’assurer que les élèves retournant en classe après les vacances d’hiver n’ont pas contracté le COVID-19.

Cependant, certaines tendances inquiétantes commencent à se manifester dans les données.

Selon les derniers chiffres fournis par le ministère de l’Éducation lundi, il y a maintenant 1 591 cas actifs associés aux écoles publiques de l’Ontario après que 131 nouveaux cas ont été signalés sur une période de 24 heures se terminant vendredi après-midi dernier.

Au cours de la semaine dernière, le nombre de cas actifs associés au système scolaire public a augmenté de 25,7 pour cent, dépassant la croissance du nombre de cas actifs en Ontario au cours de la même période (21,7 pour cent)

Il y a également actuellement 16 écoles qui sont fermées en raison d’épidémies de COVID-19 ou pour des raisons opérationnelles liées à la pandémie.

C’est presque le double du nombre de fermetures (neuf) qui étaient en vigueur à pareille date la semaine dernière.

Un décompte effectué par CP24 a également déterminé qu’au moins 155 salles de classe individuelles dans les conseils scolaires du Grand Toronto et de la région de Hamilton sont passées à l’apprentissage à distance à la suite de cas positifs.

C’est une augmentation de 30% par rapport à la même période la semaine dernière, mais il s’agit probablement d’une sous-représentation de la véritable ampleur du problème, car certains conseils ne publient pas les données.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here