Orange vise à ajouter une ligne fixe belge via l’accord VOO

0
4
Orange vise à ajouter une ligne fixe belge via l'accord VOO


Le logo de l’opérateur télécom français Orange est représenté sur la façade de l’unité belge à Bruxelles, en Belgique, le 10 mai 2016.REUTERS/Francois Lenoir

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

PARIS, 23 novembre (Reuters) – Orange, le plus grand opérateur télécom de France, a lancé mardi un virage vers les activités de téléphonie fixe en Belgique, avec l’intention d’acquérir une participation majoritaire dans VOO SA dans le cadre d’un accord valorisant l’entreprise à 1,8 milliard d’euros (2 milliards de dollars ).

Cette décision illustre la stratégie d’Orange (ORAN.PA) consistant à proposer des « offres convergentes » à la fois dans le haut débit et le mobile aux clients de tous les pays européens où elle opère et fait suite à un regain d’intérêt pour les accords de télécommunications.

Le secteur au sens large constate une augmentation des fusions et acquisitions potentielles, avec KKR approchant Telecom Italia (TLIT.MI) au sujet de ce qui serait le plus grand rachat de capital-investissement jamais réalisé en Europe. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Orange Belgium (OBEL.BR), sa filiale belge cotée, est propriétaire de son réseau cellulaire mais a des contrats coûteux avec des concurrents afin d’offrir des services haut débit en plus des contrats mobiles.

L’achat envisagé de 75 % de VOO donnerait à Orange le contrôle du réseau câblé de la région wallonne francophone de Belgique et d’une partie de la région bruxelloise.

Les discussions exclusives avec Nethys, la maison mère de VOO, sont un coup dur pour le concurrent local d’Orange Belgium, Telenet (TNET.BR), qui a reconnu qu’il n’avait pas été sélectionné pour entamer des pourparlers.

« Une acquisition potentielle de VOO par Orange Belgium pourrait remodeler le paysage belge des télécommunications, faisant de l’ancien opérateur mobile uniquement un adversaire de taille pour les deux leaders du marché fixe et convergent », a déclaré KBC Securities dans une note aux clients.

L’accord belge potentiel intervient après la prise de contrôle par Orange d’une participation majoritaire dans Telekom Romania Communications, le deuxième opérateur haut débit de Roumanie, l’année dernière.

Orange Belgium a déclaré dans un communiqué qu’il financerait l’accord potentiel en augmentant sa dette, avec le soutien de sa maison mère française.

(1 $ = 0,8880 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Reportage de Sudip Kar-Gupta et Mathieu Rosemain; Montage par Benoit Van Overstraeten et Alexander Smith

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here