La Grande-Bretagne peut compter sur son doublé face à l’Allemagne en Coupe Davis | Coupe Davis

0
6


TTout au long de l’histoire de la Coupe Davis, l’une de ses caractéristiques déterminantes a été le rôle central du double, d’autant plus que les joueurs modernes donnent la priorité aux simples dans le quotidien de la tournée. Le format raccourci de la Coupe Davis a rendu les doubles plus prononcés et de nombreux matchs nuls la semaine dernière ont été réglés par la force des duos de chaque équipe.

C’est un développement bienvenu pour la Grande-Bretagne qui a produit de nombreux joueurs de double capables ces dernières années et a accueilli l’un des meilleurs joueurs de double au monde dans son giron cette année. Avec son partenaire de tournée régulier, Rajeev Ram, Joe Salisbury a prospéré. Il a remporté son deuxième tournoi majeur à l’US Open cette année, se hissant au troisième rang.

Il a également dominé le double mixte cette année, remportant l’Open de France et l’US Open avec Desirae Krawczyk. À 29 ans, il est le plus jeune joueur du top 20 en double de l’ATP. Il y a beaucoup plus à venir.

Après la déception de Salisbury et Neal Skupski qui ont perdu le premier match de Salisbury en deux sets contre la France samedi, leur défaite en profondeur 6-4, 6-2 contre Jiri Vesely et Tomas Machac, de la République tchèque, le lendemain devrait leur fournir des confiance pour les défis à venir.

Ce prochain défi viendra contre l’Allemagne à Innsbruck mardi, une revanche du quart de finale 2019 lorsque Kyle Edmund et Dan Evans ont respectivement battu Philipp Kohlschreiber et Jan-Lennard Struff pour envoyer la Grande-Bretagne.

Cette rencontre souligne les progrès réalisés par la Grande-Bretagne. Evans s’est nettement amélioré mais il n’est plus le n°1 du pays depuis l’arrivée de Cameron Norrie. Alors que Salisbury s’est hissé au sommet, le retour de Skupski s’est fermement établi dans le top 20 après avoir été classé 31 en 2019.

L’Allemagne a remporté ses deux rencontres ce week-end pour atteindre les quarts de finale, dont une excellente victoire contre la Serbie de Novak Djokovic, mais leur progression depuis 2019 a été plus modeste. Dominik Koepfer, le n°54 mondial, est une évolution du vétéran Kohlschreiber. Il est un gaucher durable avec un doux revers croisé et a joué le meilleur tennis de sa vie au cours des 18 derniers mois.

Cependant, Koepfer et Evans ont subi dimanche des défaites frustrantes face à des joueurs en dehors du top 100 à savoir Jurij Rodionov et Tomas Machac.

En l’absence d’Alexander Zverev, qui n’est pas intéressé par la refonte de la Coupe Davis, Struff, 51e, reste le premier joueur allemand en simple. Son jeu regorge d’armes et il est plus que capable de maîtriser Norrie à l’intérieur, mais la régularité de Norrie et sa capacité à neutraliser le service de Struff sont plus susceptibles de l’user.

La Grande-Bretagne possède les joueurs les mieux classés et les plus performants et ce sont les favoris, mais les deux équipes mettront en avant des joueurs de calibre 50.

La semaine dernière a montré à quelle vitesse une équipe peut se retrouver dans un match et se battre ensuite pour sa vie dans le double décisif. Si tel est le cas, Salisbury et Skupski espèrent franchir une nouvelle étape en affrontant deux formidables joueurs du top 20 en double, Tim Puetz et Kevin Krawietz.

La récompense du vainqueur sera une demi-finale contre la Russie, les favoris du tournoi, ou la Suède, les deux derniers tours se déroulant en Espagne. L’Italie contre la Croatie et la Serbie contre le Kazakhstan constituent la moitié inférieure.

Ce qui est peut-être encore plus motivant pour la Grande-Bretagne et l’Allemagne, c’est qu’après le silence de l’Autriche confinée, le vainqueur pourra voir son tournoi, quelle que soit sa fin, devant d’autres êtres humains.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here