Un berger du sud de la France condamné à une amende après que ses chiens de garde ont mordu des randonneurs

0
6
Un berger du sud de la France condamné à une amende après que ses chiens de garde ont mordu des randonneurs


Un berger a été condamné à payer des amendes par un tribunal de Gap après que ses chiens de garde ont mordu des randonneurs à plusieurs reprises cet été.

Jean-Marc Garnier, originaire du Queyras, Haute-Alpes, a été condamné à 2 500 € d’amende (dont 1 000 € de sursis sauf récidive similaire) pour avoir causé des blessures involontaires à des randonneurs les 16, 25 et 27 juillet et 11 août.

Deux de ses chiens ont été confisqués et le berger doit également verser 300 € de dommages et intérêts à constitution de partie civile.

Le parquet a plaidé pour une amende de 1 150 € et deux mois de prison, tandis que les avocats de M. Garnier ont plaidé pour une peine plus légère.

Lire la suite : Des chiens de garde de berger attaquent un randonneur sur la route des Alpes françaises

Les agriculteurs et les syndicats soutiennent le berger

Secrétaire générale du syndicat agricole FDSEA 05, Sandrine Hauser s’est déclarée « très déçue » de la décision.

« Nous nous attendions à un acquittement complet. Le fermier n’est pas responsable de ses chiens », a-t-elle déclaré.

Les syndicats agricoles et les agriculteurs se sont rassemblés pour soutenir M. Garnier pendant le procès, arguant que les chiens sont nécessaires dans la région pour protéger les moutons des loups.

Au cours d’une manifestation, une carcasse de mouton a été laissée à l’extérieur du tribunal tandis que les manifestants portaient des pancartes demandant : « Quand les loups seront-ils jugés ? »

Le président du syndicat les jeunes agriculteurs 05, Edouard Pierre, a déclaré à France 3 : « Ce que nous voulons, c’est que l’Etat prenne en charge les chiens car nous n’avons pas choisi d’en avoir et nous ne les utilisons pas de notre propre gré.

« Nous les gardons parce que [our sheep] sont la proie, et nous voulons que l’État assume la responsabilité de ses choix.

À l’été 2021, 23 morsures de chiens ont été signalées dans la région des Hautes-Alpes.

Où vivent les loups en France ?

Les populations de loups sont suivies par des prospections annuelles en France depuis 1992.

Alors que les animaux sont rarement repérés dans la chair, les chercheurs peuvent observer des signes qui indiquent leur présence dans différents territoires.

Une étude de l’hiver 2020-2021 a révélé qu’il y a environ 624 loups en France, avec des populations sédentaires présentes dans 125 zones.

Parmi ceux-ci, il y avait 106 meutes, définies comme trois loups ou plus ensemble, y compris des mères avec des oursons.

La présence potentielle de loups a été identifiée en Normandie, en Occitanie, dans les Alpes et dans le nord-est de la France.

Cependant, en Normandie, les indicateurs ont montré que des loups « pourraient être présents » plutôt que de prouver qu’ils y vivaient, et dans le nord-est, une seule meute de loups a été confirmée, ainsi que trois cas de couples ou de loups individuels.

En Occitanie, il y a eu neuf cas de couples ou de loups individuels, mais aucune meute de loups n’a été identifiée.

Le plus grand nombre de meutes a de loin été identifié dans le sud-est de la France le long des Alpes, avec des dizaines de meutes installées situées entre la mer Méditerranée et la frontière suisse.

Historiquement, les loups vivaient dans toutes les régions de France, mais en 1937, ils étaient chassés jusqu’à l’extinction.

Cinquante ans plus tard, les loups ont été protégés par l’Union européenne et leur nombre en France n’a cessé de croître depuis le début des années 90.

Histoires liées

Un cadavre de loup sanglant laissé pendu devant la mairie dans le sud-est de la France

Une pétition condamne la décision de tirer sur un puma en liberté dans le nord de la France

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here