L’Ontario resserre les règles pour les agences d’intérim et les entreprises qui recrutent des travailleurs étrangers

0
4
L'Ontario resserre les règles pour les agences d'intérim et les entreprises qui recrutent des travailleurs étrangers


Le gouvernement de l’Ontario s’apprête à introduire les règles les plus strictes de la province pour les entreprises qui recrutent des travailleurs temporaires, y compris un système de fermeture des agences d’intérim qui exploitent le personnel, a appris CBC News.

Des hauts fonctionnaires du ministère du Travail affirment que les plans incluent des licences obligatoires pour les agences de placement temporaire, donnant à la province le pouvoir d’empêcher les entreprises de fonctionner si elles enfreignent les normes d’emploi.

Le gouvernement créera également une équipe d’inspecteurs dédiée pour éradiquer le traitement illégal des travailleurs et récupérer les salaires impayés.

L’annonce, qui sera faite lundi matin, sera la première d’une série de mesures liées à l’emploi du gouvernement Ford. Le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, Monte McNaughton, décrit ces mesures comme un « rééquilibrage des échelles » entre les travailleurs vulnérables et les grandes entreprises.

« Nous allons faire la lumière sur ces mauvais acteurs de l’industrie, ces agences de placement temporaire et ces recruteurs qui ne respectent pas les règles », a déclaré McNaughton à CBC News dans une interview avant son annonce.

Monte McNaughton, ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences de l’Ontario, fait une annonce sur les possibilités d’emploi pour les nouveaux arrivants dans la région d’Ottawa le 15 octobre. (CBC / Radio-Canada)

Les changements feront partie de la législation à venir qui fera de la protection des travailleurs temporaires de l’Ontario la plus forte au Canada, a-t-il déclaré.

McNaughton a déclaré qu’il voulait particulièrement arrêter les entreprises qui exploitent les travailleurs étrangers temporaires en retenant leurs passeports ou en les payant moins que le salaire minimum.

« C’est l’esclavage des temps modernes, c’est inacceptable », a-t-il déclaré, promettant « de vraiment défendre les femmes, les immigrants, les communautés racialisées, celles des communautés à faible revenu et les travailleurs qui sont touchés par ces choses sans scrupules qui se produisent . »

Les inspecteurs ont trouvé 3,3 millions de dollars de salaires impayés

Plus de 2 000 agences de placement temporaire en Ontario placent des centaines de milliers de travailleurs dans des emplois saisonniers et à court terme chaque année, dans des secteurs allant du tourisme au travail de bureau en passant par l’agriculture.

Certaines entreprises d’intérim, y compris certaines qui recrutent des travailleurs étrangers temporaires, ont été prises pour ne pas se conformer à la loi sur l’emploi de l’Ontario concernant le paiement du salaire minimum, des heures supplémentaires et de l’indemnité de vacances aux travailleurs.

Les nouvelles mesures de l’Ontario visant les agences de placement temporaire s’appliqueront également aux entreprises qui recrutent des travailleurs étrangers pour le secteur agricole. (SRC)

Lors d’une campagne d’application de la loi du ministère du Travail en 2020-2021 axée sur les agences d’intérim fournissant des travailleurs aux maisons de retraite, aux fermes, aux usines de transformation des aliments et aux entrepôts, les inspecteurs ont trouvé des preuves de 3,3 millions de dollars de salaires impayés.

Les mesures qui seront dévoilées par McNaughton lundi comprennent :

  • de nouvelles sanctions contre les entreprises d’intérim qui violent les normes fondamentales de sécurité et d’emploi ;
  • de nouveaux pouvoirs pour contraindre les entreprises à rembourser les frais de recrutement illégaux, y compris l’obligation de déposer une caution ;
  • un nouveau processus de vérification que toutes les agences de placement temporaire doivent suivre avant que la province ne délivre un permis d’exploitation.

L’exigence de licence entrerait en vigueur en 2023. McNaughton a déclaré que le système empêcherait les entreprises qui ne respectent pas les règles de saper celles qui le font.

Les représentants du gouvernement affirment que les mesures permettront à la province d’imposer des pénalités aux cabinets de recrutement qui font venir des travailleurs en Ontario, quelle que soit la juridiction où ils sont basés.

Les agences de placement temporaire employaient environ 128 000 travailleurs à temps plein en Ontario en 2019, selon la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail.

Les entreprises d’intérim qui enfreignent les normes de sécurité au travail et d’emploi de l’Ontario ou retiennent illégalement les salaires ou les congés payés seront passibles de nouvelles sanctions, ont déclaré des représentants du gouvernement à CBC News. (TigerStock/Shutterstock)

L’essor du recours aux agences d’intérim à travers le pays est visible dans les chiffres de Statistique Canada, qui montrent une augmentation de 34 % de leurs revenus au cours des quatre années entre 2015 et 2019.

Les nouvelles règles pour les agences d’intérim ne sont que quelques-unes des mesures de protection des travailleurs qui seront bientôt mises en place par le gouvernement progressiste-conservateur, a signalé McNaughton lors d’une grande réunion syndicale la semaine dernière.

« Nous présenterons ce mois-ci une législation axée sur la protection de tous les travailleurs, car cela suffit et nous pouvons faire mieux », a-t-il déclaré lors d’un discours prononcé devant l’assemblée générale annuelle du Provincial Building and Construction Trades Council, un groupe de coordination de syndicats.

« Nous allons rééquilibrer la balance », a ajouté McNaughton dans le discours.

« Donnez-leur un pourboire aux travailleurs », a-t-il précisé dans une interview. « Je pense que la pandémie a vraiment mis en évidence comment ces grandes entreprises de plusieurs milliards de dollars, ces élites, ont profité des gens, et nous devons nous assurer que nous avons une société où les travailleurs sont protégés. »

Plus de 2 000 agences de placement temporaire en Ontario placent des centaines de milliers de travailleurs dans des emplois saisonniers et à court terme chaque année, dans des secteurs allant du tourisme au travail de bureau en passant par l’agriculture. (Maggie MacPherson/CBC)

Ford a annulé les réformes du travail lors de son élection

Ces mesures pourraient être perçues comme une tentative de la province de changer la perception qu’elle favorise les propriétaires d’entreprise par rapport aux travailleurs.

Le premier ministre Doug Ford est arrivé au pouvoir en 2018 sur la promesse de rendre l’Ontario « ouvert aux affaires » en éliminant ce qu’il a appelé la paperasserie et les réglementations étouffantes – des mesures que les défenseurs des droits du travail considéraient comme des protections cruciales pour les travailleurs.

L’une des premières mesures importantes de son gouvernement a été un recul radical des réformes du travail mises en place par l’ancien gouvernement libéral de Kathleen Wynne.

Ces réformes accordaient à tous les travailleurs de l’Ontario un minimum de deux jours de congé de maladie payés, obligeaient les employeurs à payer le personnel à temps partiel et occasionnel au même taux que les travailleurs à temps plein et facilitaient l’adhésion des employés de certains secteurs à des syndicats.

Sous le lobbying intense du milieu des affaires, les progressistes-conservateurs ont supprimé les protections.

Le gouvernement Ford a également gelé le salaire minimum de l’Ontario pendant deux ans. Le salaire horaire minimum a augmenté de 10 cents le 1er octobre pour atteindre 14,35 $.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here