La quarantaine prolongée «très sombre» pour les résidents de la résidence pour retraités de la Colombie-Britannique: fille – Saanich News

0
6
La quarantaine prolongée «très sombre» pour les résidents de la résidence pour retraités de la Colombie-Britannique: fille – Saanich News


Une femme de South Surrey dont la mère fait partie de près de trois douzaines de personnes âgées qui sont en détention depuis la mi-septembre se demande pourquoi – plus de 18 mois après le début de la pandémie de COVID-19 – un système n’a pas été conçu pour réduire l’impact de mesures de quarantaine sur les résidents des foyers de soins verrouillés qui continuent à être testés négatifs pour le virus.

« Même si ma mère a été testée négative semaine après semaine, elle est toujours en prison et le restera jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de cas pendant deux semaines », a déclaré Leanne Thain vendredi (22 octobre).

« Ça a été très sombre. »

Thain a déclaré que sa mère, 81 ans, n’avait pas pu quitter sa chambre dans l’unité de soins complexes de Westminster House (au 1653 140 St.) depuis qu’une épidémie de COVID-19 a été déclarée le 13 septembre après que trois membres du personnel ont été testés positifs. Conformément aux protocoles établis, les visites à l’extérieur, l’ergothérapie, les bains et les activités sociales ont tous été interrompus, de même que des bases aussi simples que manger avec de la vaisselle et des couverts ordinaires.

Elle a déclaré avoir déposé une plainte auprès de Fraser Health concernant les conditions persistantes pour ne pas cibler l’établissement – ​​«Je sais qu’ils font de leur mieux» – mais plutôt en dernier recours pour faire la lumière sur les impacts et défendre les personnes touchées.

Elle espère également que l’histoire de sa mère aidera à persuader les personnes qui auraient pu hésiter à se faire vacciner que c’est dans le meilleur intérêt de tous.

« Les gens doivent comprendre ce qui se passe à l’intérieur lorsque nous avons ces épidémies », a déclaré Thain. « Peut-être que cela les aiderait à se faire vacciner ou à se sentir comme, oui, nous ne voulons pas que les gens vivent comme ça. »

Les responsables de Fraser Health ont déclaré lundi 25 octobre qu’au cours des six dernières semaines, il y avait eu un total de 24 tests positifs sur le site – 16 résidents et huit membres du personnel – et deux décès.

Le propriétaire de l’installation, Gord McNaughton, a déclaré qu’à chaque fois que l’épidémie semblait se terminer, un nouveau cas positif redémarrerait l’horloge de quarantaine de deux semaines. Il espère de meilleures nouvelles sur les tests effectués le 25 octobre.

Si ces résultats sont tous négatifs, « alors nous sommes libres », a-t-il déclaré lundi.

Thain a déclaré qu’elle se demandait pendant des semaines pourquoi les patients positifs au COVID dans l’unité affectée ne pouvaient pas être séparés de ceux qui étaient négatifs, pour aider à contenir la propagation.

McNaughton a déclaré qu’il estimait que l’idée avait du mérite, mais lorsqu’il a demandé à Fraser Health – dont tous les établissements agréés de cette région doivent suivre les directives – si le cas positif le plus récent pouvait être transféré dans un hôpital, la réponse a été un non catégorique.

« Nos mains sont liées en termes de décisions que nous pouvons et ne pouvons pas prendre », a déclaré McNaughton. « Ils sont totalement contre.

Il se demande si, si les deux derniers cas positifs avaient été transférés, « peut-être que cette chose aurait été terminée plus tôt ».

Fraser Health a déclaré que les protocoles suivis pour chaque épidémie dans la région sont des « meilleures pratiques » qui ont été élaborées au cours de la pandémie sous la direction de l’agent de santé provincial et sont en place « pour le plus grand bien ».

« C’est une pandémie, il y a des personnes dans l’établissement qui ont été testées positives », a déclaré un porte-parole de l’autorité sanitaire. « Nous essayons d’empêcher la propagation, c’est la meilleure façon de le faire jusqu’à ce que nous soyons certains qu’elle ne se propage plus. »

Les mesures mises en œuvre par l’autorité sanitaire dès le départ pour contenir et freiner la propagation du virus, selon un communiqué de presse du 14 septembre, comprenaient des niveaux de dotation en personnel ; restreindre les visites sociales; modifier les déplacements du personnel et des résidents pour minimiser l’exposition; nettoyage amélioré; notification des résidents, des familles et du personnel ; et le dépistage deux fois par jour du personnel et des résidents.

Thain a déclaré que le soutien n’avait pas répondu aux besoins des résidents isolés, notant que sa mère avait passé trois semaines sans se laver les cheveux avant qu’une exemption médicale lui permettant de prendre un bain ne soit accordée.

McNaughton a convenu que les six dernières semaines ont été difficiles.

« Les résidents en quarantaine ne sont pas bons », a-t-il déclaré. « Le virus est une chose, mais l’ennui et la solitude en sont une autre. »

Il a déclaré que les portes des résidents étaient laissées ouvertes et que le personnel en EPI complet (équipement de protection individuelle) entrait et sortait fréquemment des chambres. Il a noté que la mère de Thain avait été emmenée pour de courtes promenades en tête-à-tête, cependant, le mauvais temps de ces dernières semaines a entravé cela.

Le soutien en personnel de Fraser Health a été apprécié, a ajouté McNaughton, mais pas assez. Les heures supplémentaires à la résidence ont été quatre fois supérieures à ce qu’elles sont normalement et «notre personnel est épuisé». Il a noté qu’aucun membre du personnel n’avait été déplacé parce qu’il n’avait pas été vacciné, cependant, les injections de rappel pour les résidents sont arrivées plus tard que prévu – administrées au milieu de l’épidémie, plutôt qu’en août.

Thain a réitéré que ses critiques ne sont pas dirigées contre l’établissement lui-même ; que son objectif principal est de défendre sa mère et les autres résidents.

Mais jusqu’à présent, ces efforts ont été vains. En plus des responsables de Fraser Health et de Westminster House, elle est liée au bureau du défenseur des personnes âgées et député de Surrey-White Rock, Trevor Halford.

« Il ne semble tout simplement pas que quiconque puisse aider », a-t-elle déclaré.

« C’est navrant que les Canucks aient une aréna pleine ce soir (26 octobre), et pourtant ma mère qui a été vaccinée trois fois ne puisse pas sortir de sa chambre dans une maison de soins infirmiers.


[email protected]
Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter
www.peacearchnews.com/newsletters

Fraser HealthAînésSurrey



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here