Un médecin de haut niveau examine le plan pour lever le mandat du masque de la Nouvelle-Écosse

0
9
Augmenter les rendez-vous pour les vaccins ou les restrictions continueront, dit Strang


La Nouvelle-Écosse est toujours sur la bonne voie pour entrer dans la phase 5 de son plan de réouverture le 4 octobre, mais un mandat de masque pourrait rester en vigueur au-delà de cette date.

Le plan initial de la phase 5 était de lever la plupart des restrictions de santé publique restantes, y compris le mandat du masque et les limites de collecte. Mais alors qu’une quatrième vague s’empare de certaines régions du Canada, le médecin-hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse a déclaré qu’il examinait les plans concernant le masquage.

« C’est une question clé que j’ai demandé à mon équipe de santé publique d’examiner attentivement », a déclaré le Dr Robert Strang dans une interview.

Au cours des dernières semaines, les provinces qui avaient précédemment levé les mandats de masque les ont rétablis, y compris, plus récemment, le Nouveau-Brunswick.

Strang a déclaré qu’il ferait une recommandation sur le masquage sur la base de la dernière épidémiologie au Premier ministre Tim Houston la semaine prochaine.

Les gens portent des masques faciaux lorsqu’ils traversent une rue à Montréal, le samedi 31 octobre 2020. Les Néo-Écossais s’attendaient à abandonner leurs masques le 4 octobre lorsque la province entrera dans la phase 5, mais le médecin-hygiéniste en chef de la province dit que c’est toujours le cas à l’étude. (Graham Hughes/La Presse Canadienne)

Mercredi, la Nouvelle-Écosse avait 127 cas actifs de COVID-19, dont 10 cas traités à l’hôpital.

Strang a déclaré que quelle que soit l’épidémiologie, il est toujours à l’aise de lever les limites de collecte au début du mois prochain en raison de la décision de lancer une politique de preuve de vaccination à la fois.

Modifications de la stratégie de dépistage asymptomatique

La spécialiste des maladies infectieuses, la Dre Lisa Barrett, a souligné le besoin continu de mandats de masques d’intérieur dans une série de tweets tard mardi soir. Elle a déclaré que la vaccination est toujours la meilleure défense contre une augmentation des cas, mais également des mandats de masque et des tests asymptomatiques généralisés.

La Nouvelle-Écosse a été libérale avec son utilisation des tests COVID-19 asymptomatiques pendant une grande partie de la pandémie, avec la possibilité de se faire tester dans des centres d’évaluation primaires et des sites de test rapide dans toute la province.

Strang a déclaré que les tests asymptomatiques se poursuivront tout au long de la quatrième vague de COVID-19, mais il a déclaré qu’il n’était plus pratique de les avoir disponibles dans chaque centre d’évaluation primaire.

« Si vous êtes dans une partie de la province où il n’y a vraiment aucune preuve de circulation du virus, si vous êtes complètement vacciné et que vous ne présentez aucun symptôme, la chance que vous … ayez réellement COVID est extrêmement bas, et ce n’est pas une bonne utilisation des ressources pour continuer à vous tester », a-t-il déclaré.

Strang a déclaré que la limitation des tests dans les centres d’évaluation primaires libérera les travailleurs de la santé qui pourront être déployés dans d’autres régions à une époque où les pénuries de personnel sont affligent de nombreuses parties du système de santé de la Nouvelle-Écosse.

Il a déclaré que les tests rapides, qui sont généralement administrés par des bénévoles, resteront disponibles dans les régions où il y a des signes de propagation communautaire, comme Halifax.

« Ce n’est pas qu’on s’arrête [asymptomatic testing], nous l’utilisons simplement de manière plus ciblée, plus ciblée et plus efficace », a-t-il déclaré.

Couverture à 80 % idéale pour la variante delta

Le nombre de vaccinations administrées en Nouvelle-Écosse diminue régulièrement depuis le milieu de l’été, mais il y a eu une légère augmentation du taux de vaccination après l’annonce de la politique de vaccination le 8 septembre.

Strang a déclaré qu’il ne recommandait pas la politique de preuve de vaccination comme moyen d’inciter à la vaccination, et il a déclaré qu’il ne se concentrait généralement pas sur la création d’incitations à la vaccination. Pourtant, il a encouragé plus de Néo-Écossais à se faire vacciner.

« Nous avons besoin de tous les Néo-Écossais qui peuvent se faire vacciner pour se protéger », a-t-il déclaré. « Mais plus important encore, pour nous protéger les uns les autres et nous faire traverser cette quatrième vague de la manière la plus sûre possible. »

Une infirmière prélève une dose du vaccin Moderna COVID-19 pour les résidents de soins de longue durée au campus de Northwood à Halifax le lundi 11 janvier 2021. (Communications Nouvelle-Écosse)

Bien que l’entrée dans la phase 5 ne dépende pas de cela, Strang a déclaré qu’il aimerait voir 80% de la population avec une couverture à deux doses – un niveau qui, selon lui, est nécessaire pour se protéger contre les épidémies de la variante delta.

La mise à jour de mercredi du tableau de bord COVID-19 de la province a montré une couverture vaccinale à deux doses de 73,8%, mais le chiffre réel est environ 3% plus élevé que cela parce que les Néo-Écossais qui ont été vaccinés dans d’autres juridictions ou par le biais d’autres programmes (notamment par l’intermédiaire de l’Armée canadienne Forces), ne sont pas comptés dans le système de la province.

Strang a déclaré que le décompte changera d’ici le 4 octobre, lorsque ces trois pour cent, soit environ 28 000 personnes, seront ajoutés au système de la province. Le changement permettra à ces personnes de participer au programme de preuve de vaccination.



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here