Le Premier ministre danois ne comprend « pas du tout » le problème de la France avec l’accord sur les sous-marins américains

0
13
Danish PM


Le Premier ministre danois Mette Frederiksen a déclaré dans une interview à un journal qu’elle était du côté américain dans un différend entre la France et les États-Unis au sujet d’un important accord de défense indo-pacifique, a rapporté l’Associated Press.

Frederiksen a déclaré aux journalistes qu’elle voulait mettre en garde contre la transformation de « défis concrets, qui existeront toujours entre alliés, en quelque chose qu’ils ne devraient pas être ».

« À la lumière des discussions qui se déroulent actuellement en Europe, je pense qu’il est important de dire que je considère (le président américain Joe) Biden comme très fidèle à l’alliance transatlantique », a déclaré Frederiksen au journal danois Politiken. Mercredi.

Lorsqu’on lui a demandé si elle pouvait comprendre les critiques françaises, Frederiksen a répondu : « Non, je ne peux pas. Je ne comprends pas du tout. »

Un accord avec les États-Unis et la Grande-Bretagne signifiait que l’Australie se retirerait d’un contrat de plusieurs milliards de dollars pour acheter des sous-marins français diesel-électriques et utiliserait à la place des navires à propulsion nucléaire américains.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’accord était un coup de poignard dans le dos, et mardi, l’UE a accepté de placer le différend en tête de l’agenda politique du bloc.

Pour plus de reportages de l’Associated Press, voir ci-dessous.

Le Premier ministre danois Mette Frederiksen a déclaré dans une interview à un journal qu’elle était du côté américain dans un différend entre la France et les États-Unis au sujet d’un important accord de défense indo-pacifique. Ci-dessus, Frederiksen fait un geste alors qu’elle prononce son discours d’ouverture au congrès de son parti à Aalborg, au Danemark, le 18 septembre 2021.
HENNING BAGGER / Ritzau Scanpix / AFP / Getty Images

Lors d’un appel téléphonique d’une demi-heure mercredi que la Maison Blanche a qualifié d’« amical », Macron et Biden ont convenu de se rencontrer le mois prochain pour discuter de la voie à suivre. L’appel suggérait un refroidissement des esprits. La France a également accepté de renvoyer son ambassadeur qu’elle avait rappelé de Washington.

Elle a souligné que cela ne signifiait pas que le Danemark était d’accord avec les États-Unis sur tout.

« Nous avons dit que nous aurions aimé voir une autre sortie d’Afghanistan », a-t-elle déclaré. « Mais je n’ai aucune frustration par rapport à la nouvelle administration américaine. »

Le Danemark, membre de l’OTAN, a été un fervent partisan des États-Unis. Il a soutenu la guerre en Irak et maintenu quelque 12 000 soldats en Afghanistan de 2002 jusqu’au retrait des États-Unis cette année.

Par ailleurs, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a publié jeudi un communiqué, affirmant avoir eu une réunion bilatérale avec son homologue américain, le secrétaire d’État Antony Blinken, en marge du sommet des Nations unies visant à « rétablir la confiance » entre leurs deux pays. .

Le Drian a déclaré que la réunion de New York avait eu lieu à la lumière de l’appel de mercredi entre Macron et Biden.

Le communiqué de Le Drian notait que la « sortie de crise entre nos deux pays prendrait du temps et nécessiterait des actions ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here