La France demande un soutien européen après la surprise de l’accord sur les sous-marins

0
10
La France et l'Australie conviennent que la dispute sous-marine n'arrêtera pas l'accord commercial


PARIS — La France a annulé des réunions avec des responsables britanniques et australiens et tente de rallier les alliés de l’UE à ses efforts pour plus de souveraineté européenne après avoir été humiliée par le grand pacte de défense du Pacifique orchestré par les États-Unis

L’Australie et la Grande-Bretagne ont insisté lundi sur le fait que la crise diplomatique n’affecterait pas leurs relations à long terme avec la France, qui bouillonne d’un accord stratégique surprise sur les sous-marins impliquant les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne qui a fait couler un contrat de sous-marin français rival.

La France a rappelé ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour la première fois en raison de l’accord, et sa colère montre peu de signes de ralentissement.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, à New York pour représenter la France à l’Assemblée générale de l’ONU, devrait donner une conférence de presse lundi pour aborder la situation. Il rencontre également les ministres des Affaires étrangères des 26 autres pays de l’Union européenne à New York, où il discutera des conséquences de l’accord sur les sous-marins et de la vision de la France pour une Europe plus stratégiquement indépendante.

« Ce n’est pas seulement une affaire franco-australienne, mais une rupture de confiance dans les alliances », a déclaré Le Drian dans le journal français Ouest-France. « Cela appelle une réflexion sérieuse sur le concept même de ce que nous faisons avec les alliances. »

Le Drian a déclaré avoir annulé une réunion avec son homologue australien à New York « pour des raisons évidentes ». Ils devaient rencontrer le ministre indien des Affaires étrangères, mais il s’agira plutôt d’une réunion France-Inde uniquement.

Le Drian a déclaré qu’il n’avait pas de rendez-vous prévu avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken pendant qu’il était à l’ONU, mais qu’il pourrait « le croiser dans les couloirs ».

Alors que le président américain Joe Biden accueille les dirigeants australien et britannique cette semaine, il ne verra pas le président français Emmanuel Macron, qui ne se rendra pas à l’ONU Macron reste en France et devrait s’entretenir avec Biden dans les prochains jours à propos du sous-marin. crise, selon le gouvernement français.

L’accord sur les sous-marins, connu sous le nom d’AUKUS, verra l’Australie annuler un contrat pour acheter des sous-marins français diesel-électriques et acquérir à la place des navires à propulsion nucléaire des États-Unis. Les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne affirment que l’accord renforce leur engagement dans la région indo-pacifique, et a été largement perçu comme une mesure pour contrer une Chine de plus en plus affirmée.

Le gouvernement français semble avoir été pris de court par l’accord et estime que ses propres intérêts stratégiques dans le Pacifique – grâce à ses territoires et sa présence militaire là-bas – ont été ignorés par les principaux alliés.

La ministre française de la Défense a annulé cette semaine une réunion avec son homologue britannique.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, quant à lui, a insisté sur le fait que les relations de la Grande-Bretagne avec la France sont « indéracinables ». S’exprimant sur le chemin de New York, il a déclaré: «AUKUS n’est en aucun cas censé être à somme nulle, ce n’est pas censé être exclusif. Ce n’est pas quelque chose dont tout le monde doit s’inquiéter et surtout pas nos amis français.

Les responsables britanniques ont souligné les liens militaires étroits entre le Royaume-Uni et la France, y compris les opérations conjointes au Mali et en Estonie.

En Australie, des responsables ont déclaré que la colère de la France ne ferait pas dérailler les négociations sur un accord de libre-échange Australie-Union européenne.

L’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thebault, a démenti les informations selon lesquelles la France faisait pression sur l’UE pour qu’elle ne signe pas l’accord commercial avec l’Australie qui est en cours de négociation depuis 2018.

Le ministre australien du Commerce, Dan Tehan, a déclaré qu’il se rendrait à Paris dans quelques semaines pour des négociations commerciales et était « très désireux de prendre contact avec mon homologue français ».

« Je ne vois aucune raison pour laquelle ces discussions ne se poursuivront pas », a déclaré Tehan.

La Commission européenne, la branche exécutive de l’UE, a déclaré lundi qu’elle analysait l’impact de l’accord sur les sous-marins australiens.

L’Australie fait valoir que l’accord sur les sous-marins visait à protéger ses intérêts stratégiques au milieu d’une large inquiétude face à l’affirmation de soi croissante de la Chine.

«Je peux comprendre à quel point les Français sont bouleversés et nous voulons évidemment que cela passe et que nous travaillions à nouveau en étroite collaboration. Mais rappelons-nous, des dizaines de milliers d’Australiens sont morts sur le sol français au cours de deux guerres mondiales protégeant la France en France et protégeant la France de l’ennemi qui allait envahir la France », a déclaré le vice-Premier ministre australien Barnaby Joyce.

——

Rod McGuirk à Canberra et Jill Lawless à Londres y ont contribué.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here