Une Australienne retrouvée vivante sur une île isolée de Papouasie-Nouvelle-Guinée après avoir disparu pendant 36 heures

0
6
Une fillette australienne de cinq ans a été retrouvée vivante sur une île éloignée après qu'elle et 12 autres personnes aient disparu alors qu'elles naviguaient de Buka à Nissan à Bougainville, en Papouasie-Nouvelle-Guinée (sur la photo, des bateaux à Buka)


Miracle alors qu’une Australienne de cinq ans est retrouvée vivante sur une île tropicale isolée après avoir disparu dans un petit bateau banane rempli de 11 personnes pendant 36 heures

  • Lilycae Kilvert, 5 ans, a fait une promenade en bateau avec sa grand-mère et 11 autres personnes
  • Le groupe avait quitté Buka, la capitale de l’île de Papouasie-Nouvelle-Guinée Bougainville
  • Le père de Lilycae a entendu dire que le groupe avait disparu après son départ mercredi matin
  • Il a reçu un appel indiquant que le groupe avait été retrouvé vivant et en bonne santé vendredi matin

Une fillette de cinq ans a été retrouvée vivante 36 heures après sa disparition lors d’une promenade en bateau banane avec sa grand-mère, leur chien et 11 autres personnes.

L’enfant australienne Lilycae Kilvert qui vit à Bougainville, qui fait partie de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, a quitté la capitale de l’île de Buka en canot mercredi matin.

Lorsque leur bateau n’est jamais arrivé sur l’île de Nissan, ce n’est que jeudi soir que le père de Lilycae, Andrew Kilvert, a reçu la terrifiante nouvelle de la disparition de sa fille.

Mais alors que le père inquiet chargeait son bateau prêt à partir à la recherche de sa famille, il a reçu l’appel que le canot transportant Lilycae et les autres étaient arrivés sur une île isolée à environ 50 km au nord de l’endroit où ils étaient censés débarquer.

Une fillette australienne de cinq ans a été retrouvée vivante sur une île éloignée après qu’elle et 12 autres personnes aient disparu alors qu’elles naviguaient de Buka à Nissan à Bougainville, en Papouasie-Nouvelle-Guinée (sur la photo, des bateaux à Buka)

« Normalement, j’interdis absolument à mes enfants de monter dans ces bateaux bananes », a déclaré M. Kilvert à l’ABC.

« Mais elle était tellement excitée de retourner avec sa grand-mère sur l’île, que j’ai dit: » Eh bien, regardez, les conditions météorologiques sont vraiment calmes … alors je vais faire une exception cette fois ». Et de toute façon, ce n’était pas la bonne exception.

M. Kilvert vit sur l’île de Bougainville depuis 30 ans et dirige une entreprise locale de services de bateaux.

Il a déclaré que les eaux autour de l’île peuvent être très agitées et dangereuses, et il a été appelé plusieurs fois pour secourir des groupes qui sont partis sur des bateaux bananes.

« Vous avez une chaîne de volcans qui pendent des océans profonds, ils reçoivent d’énormes courants qui tourbillonnent, et il est donc difficile de prédire la dérive », a-t-il déclaré.

Le père, qui est australien, a entamé le voyage de 20 heures pour récupérer sa petite fille vendredi matin.

M. Kilvert vit sur l'île de Bougainville depuis 30 ans et affirme que les eaux autour de l'île sont très dangereuses, plusieurs groupes ayant disparu ces dernières années.

M. Kilvert vit sur l’île de Bougainville depuis 30 ans et affirme que les eaux autour de l’île sont très dangereuses, plusieurs groupes ayant disparu ces dernières années.

Il y a eu plusieurs rapports de bateaux et de voyageurs disparus dans les eaux au large de Bougainville.

En février de l’année dernière, un groupe de 12 passagers a quitté l’île pour parcourir 100 km jusqu’aux îles Carteret lorsque leur canot à moteur a chaviré.

Le groupe s’est retrouvé bloqué en mer pendant 32 jours avec seulement quatre passagers survivants.

Parmi les huit personnes décédées figurait un bébé.

En août dernier, un autre groupe de 12 voyageurs a disparu alors qu’il naviguait entre Nissan et Buka.

Les rapports ont confirmé que le groupe était toujours porté disparu en décembre.

Publicité

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here