Six civils tués dans une attaque rebelle contre le village de C.Africa (ONU)

0
11
Six civils tués dans une attaque rebelle contre le village de C.Africa (ONU)


Publié le:

Bangui (République centrafricaine) (AFP)

Les rebelles ont tué six civils et blessé plusieurs autres samedi lors d’une attaque contre un village du nord-est de la République centrafricaine instable, a annoncé la mission de maintien de la paix de l’ONU.

« Ce matin, à l’aube, des éléments du 3R (Retour, Récupération, Réhabilitation) ont lancé une attaque à grande échelle contre les positions de l’armée C.Africaine dans le village de Mann », a déclaré le porte-parole de la mission MINUSCA de l’ONU, forte de 12 000 hommes.

« Six civils ont été tués et plusieurs blessés », a-t-il ajouté.

Le village se trouve à environ 550 kilomètres (340 miles) de la capitale Bangui, a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel Abdoulaziz Fall.

« La situation est sous contrôle et des patrouilles sont en cours », a-t-il déclaré.

Les 3R, un groupe rebelle composé de membres de l’ethnie Funali, est l’une des nombreuses formations de ce type qui fleurissent dans ce pays ravagé par la violence.

La RCA est le deuxième pays le moins développé du monde selon l’ONU et souffre toujours des séquelles d’un violent conflit civil qui a éclaté en 2013.

Il a été secoué par des coups d’État et des décennies de mauvaise administration par des dictateurs depuis son indépendance de la France en 1960.

Le président Faustin Archange Touadera a été réélu en décembre avec moins d’un électeur sur trois.

Le scrutin a été entravé par des groupes armés – dont les 3R – qui contrôlaient à l’époque environ les deux tiers du pays, et les rebelles ont lancé une offensive à l’approche du jour du scrutin.

Depuis lors, l’armée, soutenue par les casques bleus de l’ONU, les forces spéciales rwandaises et les paramilitaires russes, a arraché une grande partie du territoire au contrôle des rebelles.

Jeudi, le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé de 12 mois l’embargo sur les armes contre le pays, les membres s’étant alarmés de la « détérioration » de la situation.

L’extension – qui vise à empêcher les groupes armés d’acquérir des armes – est pratiquement la même que le dernier embargo mais comprend une exemption sur les mortiers.

Des « instructeurs » russes aident l’armée nationale centrafricaine mal équipée depuis 2018, date à laquelle Moscou a reconnu pour la première fois avoir envoyé du personnel pour aider à former ses forces assiégées.

Les paramilitaires russes ont fourni des armes légères, obtenant une exemption de l’embargo sur les armes et ont contribué au renforcement de l’armée centrafricaine.

Le mois dernier, des experts de l’ONU ont accusé les instructeurs russes d’avoir commis des « tueries aveugles » et des pillages.

Moscou insiste sur le fait que le personnel n’est pas armé et n’est pas impliqué dans les combats.

La Russie a reconnu le déploiement d’environ 500 instructeurs, mais les experts de l’ONU estiment qu’il pourrait y en avoir jusqu’à 2 000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here