L’Egypte a notifié que l’Ethiopie a repris le remplissage du barrage géant

0
23
L'Egypte a notifié que l'Ethiopie a repris le remplissage du barrage géant


Le barrage éthiopien Grand Renaissance est vu alors qu’il subit des travaux de construction sur le Nil à Guba Woreda, dans la région de Benishangul Gumuz, en Éthiopie, le 26 septembre 2019. REUTERS/Tiksa Negeri/File Photo

LE CAIRE, 5 juillet (Reuters) – Le ministre égyptien de l’irrigation a déclaré lundi avoir reçu un avis officiel de l’Éthiopie indiquant qu’il avait commencé à remplir le réservoir derrière son barrage hydroélectrique géant, le Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD), pour une deuxième année.

L’Egypte a informé l’Ethiopie de son rejet catégorique de la mesure, qu’elle considère comme une menace pour la stabilité régionale, a déclaré le ministre de l’Irrigation Mohamed Abdel Aty dans un communiqué.

L’Éthiopie affirme que le barrage sur son Nil Bleu est crucial pour son développement économique et pour fournir de l’électricité à sa population.

L’Égypte considère le barrage comme une grave menace pour son approvisionnement en eau du Nil, dont elle dépend presque entièrement. Le Soudan, un autre pays en aval, s’est dit préoccupé par la sécurité du barrage et l’impact sur ses propres barrages et stations d’eau.

Le volume de l’eau accumulée dépendrait de la quantité de pluie saisonnière tombée en Éthiopie, a déclaré le porte-parole du ministère égyptien de l’Irrigation Mohamed Ghanim à une chaîne de télévision locale.

« Nous ne verrons aucun effet maintenant sur le Nil. Nous avons un mois ou un mois et demi devant nous », a-t-il déclaré.

L’Egypte et le Soudan ont mené une campagne diplomatique pour un accord juridiquement contraignant sur l’exploitation du barrage, mais les pourparlers ont été bloqués à plusieurs reprises.

La poussée diplomatique s’est intensifiée avant le premier remplissage du barrage avec l’été dernier, et encore ces dernières semaines.

Le Conseil de sécurité de l’ONU devrait discuter de la question jeudi, et Abdel Aty a écrit au conseil pour l’informer des derniers développements, selon le communiqué.

L’Éthiopie dit qu’elle exerce enfin ses droits sur les eaux du Nil longtemps contrôlées par ses voisins en aval.

Son ambassadeur à Khartoum a déclaré dimanche que l’Egypte et le Soudan connaissaient déjà les détails des trois premières années de remplissage du barrage, et que la question ne devrait pas être portée devant le Conseil de sécurité car il ne s’agissait pas d’une question de paix et de sécurité.

Reportage de Momen Saeed Atallah, Omar Fahmy et Nafisa Eltahir, écrit par Aidan Lewis; montage par Diane Craft et Sonya Hepinstall

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here