Un officiel voit assouplir les règles du COVID-19 lorsque plus de la moitié de la population est vaccinée – Nouvelles Du Monde

0
16
Un officiel voit assouplir les règles du COVID-19 lorsque plus de la moitié de la population est vaccinée - Nouvelles Du Monde


Le Canada pourrait commencer à assouplir les restrictions relatives au COVID-19 lorsque plus de la moitié de la population aura reçu une première dose de vaccin, a déclaré lundi le chef du comité d’immunité du pays, alors que l’Alberta durement touchée a annoncé que plus de règles de santé publique seraient à venir mardi.

Le premier ministre Jason Kenney a déclaré que l’impulsion pour plus de restrictions en Alberta, la province avec le taux d’infection le plus élevé au pays, était un rodéo «No More Lockdowns» au cours de la fin de semaine. L’événement a vu des centaines de personnes se rassembler sans masque au mépris ouvert des règles de santé publique.

«J’étais très perturbé. En fait, j’étais en colère », a déclaré Kenney lors d’une conférence de presse lundi.

«Compte tenu des problèmes que nous avons rencontrés ce week-end et des cas records enregistrés, nous développons un ensemble de mesures de santé publique plus fortes.

«Les prochaines semaines sont cruciales.»

Le Dr Timothy Evans, directeur exécutif du groupe d’immunité du Canada, a déclaré que des mesures d’assouplissement pourraient s’accompagner d’une augmentation des vaccinations.

Le Royaume-Uni, comme le Canada, a pris la décision de reporter les secondes doses de vaccin en faveur d’une couverture plus large. Le Royaume-Uni a vacciné plus de la moitié de sa population contre le COVID-19 et a jusqu’à présent réussi à enrayer une troisième vague, a déclaré Evans.

En ce qui concerne les mesures de santé publique, «je pense que nous verrons peut-être une occasion de les rappeler lorsque 50, 60 pour cent des Canadiens seront vaccinés», a-t-il déclaré à un comité de la Chambre des communes.

Mais il a noté que, étant donné que moins de Canadiens par habitant étaient infectés par le COVID-19 qu’au Royaume-Uni, il faudrait peut-être plus de vaccins ici – entre 60 et 65%. À l’heure actuelle, environ 33% de tous les Canadiens sont vaccinés avec au moins une dose.

Lundi, le comité national d’experts sur les vaccins du Canada a également pesé sur le vaccin à dose unique de Johnson & Johnson, affirmant qu’il ne devrait être offert qu’aux Canadiens de 30 ans et plus qui ne veulent pas attendre un autre vaccin.

Le Comité consultatif national de l’immunisation a déclaré dans une mise à jour que les vaccins à ARNm fabriqués par Pfizer-BioNTech et Moderna sont toujours préférés en raison de « l’excellente protection qu’ils fournissent et de l’absence de signaux de sécurité préoccupants ».

L’âge recommandé est similaire à celui émis pour le vaccin Oxford-AstraZeneca et intervient car les deux sont suspectés de provoquer un nouveau et très rare syndrome de coagulation sanguine.

Cependant, les recommandations ont noté qu’en tant que vaccin à injection unique, Johnson & Johnson peut convenir aux populations qui sont plus difficiles à programmer pour une deuxième dose ou qui ne veulent pas attendre.

Les plans de distribution du premier envoi du vaccin J&J ont été suspendus après que Santé Canada a appris qu’une partie de celui-ci avait été faite dans une installation du Maryland citée pour des violations de la sécurité et du contrôle de la qualité.

Cela n’a pas empêché plusieurs provinces d’élargir leurs programmes de vaccination lundi grâce à une augmentation prévue des livraisons d’un autre fabricant de vaccins clé. Les expéditions du vaccin Pfizer-BioNTech devant doubler d’environ un million à deux millions par semaine, l’Ontario, le Québec, le Manitoba et la Nouvelle-Écosse ont ouvert l’accès à de nouveaux groupes d’âge.

Le Québec et la Nouvelle-Écosse ont abaissé l’âge d’admissibilité aux vaccins, tandis que le Manitoba a annoncé que tous les adultes autochtones pouvaient désormais se faire vacciner.

L’Alberta a également déclaré qu’elle commencerait à inclure les enseignants, les éducateurs et le personnel de soutien pour la priorité des vaccins.

L’Ontario a ouvert des rendez-vous pour les vaccins aux personnes de 18 ans et plus vivant dans des points chauds désignés, bien que certains résidents aient signalé des difficultés à trouver un endroit. Plus de 73 000 rendez-vous ont été pris dans les deux premières heures suivant l’élargissement de l’admissibilité de la province.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré qu’elle était satisfaite de la façon dont cela se passait dans l’ensemble et a exhorté ceux qui ont des problèmes à réessayer. « Vous obtiendrez un rendez-vous, mais je suis désolée des problèmes que les gens rencontrent actuellement », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Les données de l’Agence de la santé publique du Canada ont montré que les vaccins semblent offrir un degré élevé de protection contre l’infection commençant deux semaines après l’inoculation.

L’agence a déclaré qu’au 26 avril, 2274 personnes avaient reçu un diagnostic de COVID-19 au moins deux semaines après avoir reçu leur première dose d’un vaccin COVID-19. Les données suggèrent qu’environ 7,1 millions de personnes avaient 14 jours ou plus après avoir été vaccinées avec au moins une dose à cette date, ce qui signifie qu’il y avait des infections dites révolutionnaires chez environ 0,03% des personnes vaccinées.

Parmi les personnes infectées après la vaccination, 203 personnes se sont retrouvées à l’hôpital et 53 sont décédées. L’agence a déclaré que « le pourcentage de cas de percée est faible » et que des données détaillées ne sont pas encore disponibles pour comprendre pleinement les raisons qui les sous-tendent.

L’accès élargi aux vaccins intervient alors que plusieurs provinces luttent pour contenir une troisième vague mortelle du nouveau coronavirus.

Dans le Nord, le Nunavut a suspendu sa zone de déplacement commune avec les Territoires du Nord-Ouest, où une éclosion de COVID-19 dans une école primaire de Yellowknife a entraîné la fermeture de toutes les écoles de la ville. Le conseil municipal d’Iqaluit, au Nunavut, a également déclaré l’état d’urgence local après que le nombre total de cas actifs dans la ville de 8 000 personnes est passé à 81.

Il y avait de meilleures nouvelles au Québec, qui a annoncé la semaine dernière qu’il assouplissait certaines restrictions en matière de santé publique dans un contexte de décompte et d’hospitalisations stables ou en baisse. La plupart des élèves du primaire de la région de Québec ont repris les cours en personne lundi, tandis que le couvre-feu à Montréal et à Laval a été repoussé de 20 h à 21 h 30, à compter de lundi soir.

L’agent de santé provincial de la Colombie-Britannique, le Dr Bonnie Henry, a déclaré lundi qu’environ 1,1 million de doses supplémentaires de Pfizer-BioNTech et que davantage d’expéditions de Moderna à venir ce mois-ci pourraient signifier que le temps d’attente de 16 semaines entre les doses serait raccourci.

La province a enregistré 2 174 nouveaux cas en trois jours et 15 décès supplémentaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here