La France interdit les langues non sexistes dans les écoles, invoquant un «  préjudice  » à l’apprentissage

0
34
French School


La France a interdit l’utilisation d’une langue non sexiste dans les écoles, invoquant un «préjudice» à l’apprentissage de la langue française.

Dans un décret envoyé aux écoles à travers la France, le ministère de l’Éducation du pays visait à mettre fin à l’utilisation de points médians désignant à la fois les terminaisons masculines et féminines des mots. Comme le Télégraphe rapporté, dans la langue française, les noms reflètent le sexe de l’objet auquel ils se réfèrent et la terminaison masculine est généralement dominante.

Par exemple, un groupe d’amis comprenant cinq femmes et un homme s’écrirait comme « amis » mais un point médian changerait l’orthographe du mot en « ami.es »

Le décret du ministère de l’Éducation vise à mettre fin à l’utilisation du point médian dans les mots, déclarant qu’il crée de la confusion dans l’apprentissage de la langue.

Dans le décret, Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de l’Académie française et Marc Lambron, actuel directeur de l’Académie française, ont déclaré que l’utilisation d’une langue non sexiste dans les écoles «nuisait à la pratique et à l’intelligibilité de la langue française.  »

Le décret envoyé aux écoles à travers la France stipulait que «l’écriture dite« inclusive »doit être évitée, qui utilise notamment le point médian pour révéler simultanément les formes féminines et masculines d’un mot utilisé au masculin lorsqu’il est utilisé dans un sens».

« De plus, cette écriture, qui se traduit par la fragmentation des mots et des accords, constitue un obstacle à la lecture et à la compréhension de l’écrit. L’impossibilité de transcrire verbalement des textes en utilisant ce type d’écriture entrave la lecture à haute voix ainsi que la prononciation, et par conséquent l’apprentissage. , en particulier pour les plus jeunes », précise le décret, qui a été traduit par Google.

Selon le Télégraphe, Nathalie Elimas, secrétaire d’État française à l’éducation prioritaire, a déclaré que l’utilisation des points médians « disloque les mots, les divise en deux ».

« Avec la diffusion de l’écriture inclusive, la langue anglaise – déjà quasi-hégémonique à travers le monde – vaincra certainement et peut-être pour toujours la langue française », a déclaré Elimas selon le Télégraphe.

Le ministre français de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a déclaré au journal français Le Journal du Dimanche, que l’utilisation des points médians pose également un problème pour les élèves ayant des troubles d’apprentissage.

Les enfants écoutent leur professeur assis dans une salle de classe le premier jour de la rentrée, à l’école élémentaire Chaptal à Paris, le 2 septembre 2019. Le décret du ministère de l’Éducation français vise à mettre fin à l’utilisation du point médian en mots, affirmant que cela crée de la confusion dans l’apprentissage de la langue.
Martin Bureau / Getty

« Mettre des points au milieu des mots présente un obstacle lorsqu’il s’agit d’enseigner [French] langue », a déclaré Blanquer Le Journal du Dimanche.

Malgré le décret du ministère de l’Éducation, le syndicat des enseignants français, le SUD Education Union, a publié une déclaration critiquant le décret et appelé les écoles du pays à l’ignorer.

« SUD Education demande au Ministre de cesser de tenter d’imposer son retard à la communauté éducative. SUD appelle le personnel à ne pas tenir compte de ces consignes d’un autre temps, et à exercer à sa guise, en fonction des situations professionnelles, la pleine utilisation de leur liberté pédagogique », a déclaré le syndicat dans un communiqué, traduit par Google.

Newsweek a contacté le ministère de l’Éducation en France pour commentaires, mais n’a pas reçu de réponse à temps pour la publication.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here