«Resserrer leur emprise»: la répression du COVID-19 dans la région MENA | Actualités sur la pandémie de coronavirus

0
17
 «Resserrer leur emprise»: la répression du COVID-19 dans la région MENA |  Actualités sur la pandémie de coronavirus


La pandémie de coronavirus a amplifié les risques pour les plus vulnérables de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), selon un nouveau rapport d’Amnesty International.

Les inégalités et la discrimination déjà existantes ont laissé certaines personnes – y compris des prisonniers, des réfugiés, des migrants et des minorités – affectées de manière disproportionnée par la pandémie, a déclaré le rapport de l’organisme de surveillance des droits de l’homme publié mercredi.

Dans un exemple de discrimination institutionnalisée, les autorités israéliennes n’ont pas fourni de vaccins contre le COVID-19 à cinq millions de Palestiniens en Cisjordanie occupée et ont assiégé la bande de Gaza lorsque la campagne de vaccination d’Israël a commencé en décembre 2020.

«Cette décision a violé de manière flagrante les obligations d’Israël en tant que puissance occupante en vertu du droit international», indique le rapport.

La pandémie a également aggravé la situation des travailleurs migrants liés au système de parrainage «abusif» de la kafala à Bahreïn, en Jordanie, au Koweït, au Liban, à Oman, au Qatar, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU), a déclaré le chien de garde des droits.

Alors que certains pays du Golfe ont renoncé aux sanctions en cas de dépassement des visas, de nombreux travailleurs migrants ont également été licenciés arbitrairement de leur emploi et n’ont pas été payés pendant des mois.

Les travailleurs migrants couraient également un risque accru de COVID-19 en raison de conditions insalubres et de la surpopulation dans les camps ou les abris.

En Jordanie, des milliers de travailleurs migrants qui ont perdu leur emploi ont rarement accès à une protection sociale ou à un autre emploi.

En Libye, des minorités, dont les Tabus et les Touaregs, qui sont originaires de régions historiquement négligées, se sont vu refuser des soins de santé adéquats soit en raison d’hôpitaux inaccessibles contrôlés par des groupes armés rivaux, soit parfois par manque de documents officiels, selon le rapport.

Dans plusieurs pays, les prisonniers couraient un risque accru de contracter le COVID-19 en raison de la surpopulation, des conditions insalubres et d’une mauvaise ventilation, selon le rapport.

Le surpeuplement est courant en raison de pratiques de détention arbitraires, y compris la détention provisoire prolongée sans appel effectif, comme en Égypte, ou la détention administrative en Israël, a déclaré l’organisme de surveillance des droits.

Heba Morayef, directeur régional pour la région MENA à Amnesty International a qualifié 2020 «d’année catastrophique» pour les personnes déjà marginalisées, la pandémie rendant leur situation «plus précaire que jamais».

«La pandémie a amplifié les divisions, la discrimination et les inégalités qui existent déjà dans la région. Les gouvernements doivent donner la priorité à la fourniture de soins médicaux adéquats dans les prisons et réduire la surpopulation; tous ceux qui ont été arbitrairement détenus doivent être libérés », a déclaré Morayef.

«Il est essentiel que les gouvernements de la région MENA veillent à ce que les soins de santé qu’ils fournissent, y compris les vaccins, soient fournis sans discrimination.»

Agents de santé non protégés

Les agents de santé de la région ont souffert à cause de «systèmes de santé délibérément négligés et de mesures de protection sociale pitoyables», indique le rapport.

En Égypte, au moins neuf agents de santé qui ont exprimé des préoccupations en matière de sécurité ou critiqué la gestion de la pandémie par le gouvernement ont été arrêtés, dans l’attente d’enquêtes sur des accusations de «terrorisme» et de «diffusion de fausses nouvelles».

Les travailleurs en Égypte, au Maroc, en Syrie et en Tunisie n’ont pas reçu d’équipement de protection individuelle (EPI) adéquat.

«Le courage dont font preuve les agents de santé qui ont mis leur vie en danger malgré des risques énormes doit être reconnu. Avec la lenteur des efforts de vaccination et la pandémie ne montrant aucun signe de ralentissement dans la région MENA, il est crucial que les autorités veillent à ce que les agents de santé soient correctement protégés », a déclaré Morayef.

Une pandémie militarisée

Dans tout le Golfe, à Bahreïn, au Koweït, à Oman, en Arabie saoudite et aux autorités des Émirats arabes unis, les autorités ont utilisé la pandémie comme prétexte pour réprimer davantage le droit à la liberté d’expression, notamment en poursuivant les personnes qui ont publié des commentaires critiques sur les réseaux sociaux sur les réponses du gouvernement à la pandémie. , le groupe de droits trouvé.

Les autorités algériennes, jordaniennes et marocaines ont déclaré l’état d’urgence et sanctionné les critiques par des arrestations ou des poursuites.

Au Maroc, une nouvelle loi d’urgence sanitaire a été utilisée pour poursuivre les militants des droits humains et les journalistes citoyens pour avoir critiqué la gestion de la pandémie par le gouvernement, a déclaré Amnesty.

En Égypte et en Iran, les journalistes et les utilisateurs des médias sociaux ont été harcelés ou arrêtés pour commentaires critiques et couverture. En Tunisie, des militants ont été inculpés de poursuites pénales pour avoir critiqué la distribution de l’aide par les autorités locales pendant le verrouillage national.

En Israël, les autorités ont recouru aux raids, au harcèlement judiciaire et aux interdictions de voyager pour intimider les critiques pacifiques – y compris la militante d’Amnesty International Laith Abu Zeyad qui continue de faire l’objet d’une interdiction de voyager.

Des manifestants manifestent pour marquer l’anniversaire de la mort d’un éminent activiste et contre les allégations de violence policière, à Tunis, Tunisie, le 6 février 2021 [File: Zoubeir Souissi/REUTERS]

Les protestations pour réclamer des droits se poursuivent

Au Liban, quelques jours à peine après l’explosion du port de Beyrouth le 4 août, les forces de sécurité ont réprimé des manifestants non armés appelant à la justice pour les victimes avec une force illégale, tirant des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des plombs sur des manifestants non armés blessant plus de 230 personnes, Amnesty m’a dit.

En Tunisie, des manifestations contre les difficultés économiques ont eu lieu après des mois de verrouillage et se sont heurtées à une force illégale disproportionnée et à des arrestations.

«Alors que les dirigeants de la région MENA exploitaient la pandémie pour resserrer leur emprise sur la liberté d’expression, les habitants de la région ont continué à montrer qu’ils ne resteront pas silencieux face à l’oppression et à l’injustice», a déclaré Morayef.



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here