Le premier vaccin COVID-19 pourrait être livré aux points de distribution dès la fin décembre, dit Fortin

0
39


Les responsables fédéraux ont expliqué aujourd’hui comment ils prévoient de déployer des millions de doses de vaccin COVID-19 dans les semaines à venir, alors qu’Ottawa lance sa campagne d’inoculation de masse.

L’approvisionnement initial en doses sera limité – seulement trois millions de Canadiens devraient recevoir une injection au cours des trois premiers mois de 2021. Des millions de doses supplémentaires devraient arriver à mesure que la chaîne d’approvisionnement se stabilise.

L’un des principaux défis auxquels est confronté l’effort de vaccination est la distribution de vaccins qui doivent être conservés à des températures très basses – bien inférieures à celles qu’un réfrigérateur commercial standard peut offrir.

Le produit Pfizer, qui devrait obtenir le feu vert de Santé Canada dès ce mois-ci, doit être maintenu à environ -80 degrés Celsius pour rester stable. Le produit Moderna, un autre vaccin qui utilise la technologie révolutionnaire de l’ARN messager (ARNm), doit être conservé à -20 degrés Celsius.

Maj.-Gén. Dany Fortin, ancien commandant de l’OTAN en Irak, dirige la logistique et les opérations de vaccination dans un nouveau centre d’opérations national de l’Agence de la santé publique du Canada. Alors que le pays fait face à des «complexités logistiques» sans précédent, a-t-il dit, l’armée et ses partenaires seront prêts à déployer des vaccins dès qu’ils seront approuvés au Canada.

Maj.-Gén. Dany Fortin, le commandant de l’intervention militaire du Canada en cas de pandémie. (Radio Canada)

Il a déclaré que le centre national des opérations n’attend pas l’approbation de Santé Canada pour commencer les préparatifs. Le produit Pfizer sera livré par cette entreprise directement aux points de distribution provinciaux et territoriaux dès la fin du mois.

Le gouvernement fédéral a déjà sécurisé la chambre froide requise pour ce produit. Toutes les provinces ont indiqué où les réfrigérateurs spécifiques à Pfizer devraient être placés et 14 points de distribution à travers le pays seront prêts à recevoir le vaccin à partir du 14 décembre, a déclaré Fortin.

Finalement, il y aura 205 «points de problème» à travers le pays où les professionnels de la santé pourront administrer le vaccin, a déclaré le général. Il appartiendra aux provinces et aux territoires de préciser où et quand les Canadiens seront vaccinés.

Fortin a déclaré qu’au moins un «essai à sec» a été exécuté jusqu’à présent, et d’autres sont prévus dans les jours à venir, pour s’assurer que les choses se passent bien une fois que ce vaccin arrivera sur nos côtes depuis des centres de fabrication aux États-Unis et à l’étranger.

Le général a déclaré que son équipe était en contact quotidien avec Pfizer et que l’entreprise était « à l’aise » avec le plan élaboré par le Canada. Pfizer a déclaré qu’il n’expédierait pas de produit dans un pays qui n’est pas prêt à recevoir un vaccin si sensible à la température.

Se préparer au pire

Il a déclaré qu’il planifiait activement plusieurs pires scénarios, tels que le mauvais temps, les cyberattaques et les incendies dans les centres de distribution.

« Nous appliquons une approche à l’échelle nationale », a déclaré Fortin. « La taille, la portée et l’ampleur de ce problème sont sans précédent et plusieurs facteurs sont en jeu », a-t-il déclaré.

Le vaccin Moderna sera importé au Canada par le gouvernement fédéral, en grande partie par l’intermédiaire de compagnies maritimes privées. Ottawa partagera à son tour le produit entre les provinces et les territoires.

Le gouvernement est en train de finaliser des contrats «de bout en bout» avec des entreprises de logistique – les entreprises qui transporteront les vaccins Moderna vers des centres où les Canadiens pourront se faire vacciner.

Le chef conservateur Erin O’Toole pousse le gouvernement fédéral à obtenir plus de détails sur son plan de déploiement de vaccins. (Sean Kilpatrick / La Presse canadienne)

Le chef conservateur Erin O’Toole et la porte-parole de son parti en matière de santé, Michelle Rempel Garner, ont tenu une conférence de presse ce matin pour discuter d’une motion de l’opposition qui demandera au gouvernement de publier son plan d’ici le 16 décembre.

O’Toole a accusé le gouvernement de ne pas avoir fourni aux Canadiens un plan et un calendrier pour la distribution des vaccins.

«Sans un calendrier concret pour les vaccins, les entreprises n’auront pas la confiance nécessaire pour réinvestir dans leurs opérations et réembaucher les Canadiens qui ont été mis à pied pendant la pandémie», a-t-il déclaré.

«Sans un échéancier ou des détails fiables, les provinces ont la tâche impossible d’établir des chaînes d’approvisionnement complexes sans délai.

La motion demande une mise à jour de l’état sur:

  • Comment chaque type de vaccin sera livré, entreposé et distribué en toute sécurité aux Canadiens.
  • La date à laquelle chaque type de vaccin sera déployé pour la première fois au Canada et le taux de vaccination prévu par mois.
  • Toute directive fédérale prévue concernant le déploiement du vaccin par groupe prioritaire, comme les agents de santé de première ligne et les personnes âgées.
  • Le plan de distribution du vaccin aux communautés autochtones, aux membres des Forces armées canadiennes et aux anciens combattants.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here