Le «  gène celtique  » peut multiplier par 11 le risque de cancer du foie chez 500000 hommes américains

0
37


Selon une étude, les hommes qui ont au moins deux copies du «gène celtique» sont 11 fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de cancer du foie.

Le gène, qui est une mutation du gène p.C282Y, est ainsi surnommé car il se trouve le plus souvent chez les personnes d’origine celtique britannique.

Il provoque une maladie appelée hémochromatose, qui est une accumulation malsaine de fer dans le sang, ce qui, selon les scientifiques, augmente le risque de cancer du foie.

Plus de sept pour cent des hommes qui avaient le gène défectueux ont développé la maladie mortelle à l’âge de 75 ans dans une étude, alors que le taux dans la population générale n’était que de 0,6 pour cent.

Les chercheurs estiment que 0,44% des hommes blancs américains sont porteurs du gène, tout comme 0,11% des hommes amérindiens.

Cela se traduit par plus de 500 000 hommes aux États-Unis qui sont à risque. Les scientifiques estiment que 175 000 hommes et garçons supplémentaires au Royaume-Uni sont porteurs du gène.

Les femmes sont également porteuses du gène, mais l’étude a révélé qu’elles ne faisaient pas face à un risque accru de cancer dans l’étude et qu’elles souffraient également moins d’hémochromatose.

Les signes avant-coureurs que quelqu’un a le gène celtique incluent la fatigue, la faiblesse musculaire et les douleurs articulaires, et cela peut être diagnostiqué par un rapide test sanguin.

On dit aux personnes qui en sont porteuses de boire moins d’alcool que la limite de 14 unités par semaine du gouvernement pour limiter les dommages au foie et de faire traiter leur sang régulièrement pour éliminer les concentrations excessives de l’élément.

Ce graphique du document d’étude montre à quel point le cancer du foie était fréquent chez les personnes ayant deux copies du gène celtique, ventilé par âge (ligne bleue), et à quel point il était fréquent chez les personnes sans gène (ligne jaune)

Des scientifiques de l’Université d’Exeter ont analysé des informations sur 1 294 hommes porteurs d’au moins un gène celtique d’Angleterre, d’Écosse et du Pays de Galles, en utilisant des données stockées dans la biobanque britannique.

Vingt et un de ces hommes ont développé un cancer du foie au cours de la période de neuf ans examinée, et 14 d’entre eux sont morts de la maladie.

QU’EST-CE QUE L’HÉMO-CHROMATOSE?

L’hémochromatose est une maladie héréditaire dans laquelle les niveaux de fer dans le corps s’accumulent lentement sur plusieurs années.

Cette accumulation de fer, connue sous le nom de surcharge en fer, peut provoquer des symptômes désagréables.

S’il n’est pas traité, cela peut endommager des parties du corps telles que le foie, les articulations, le pancréas et le cœur.

L’hémochromatose affecte le plus souvent les personnes d’origine blanche du nord de l’Europe et est particulièrement fréquente dans les pays où de nombreuses personnes sont d’origine celtique, comme l’Irlande, l’Écosse et le Pays de Galles, d’où son surnom de «malédiction celtique».

La mutation génétique à l’origine de la maladie est portée par 250 000 personnes au Royaume-Uni et environ 1 million aux États-Unis.

Les symptômes comprennent la fatigue, la perte de poids et les douleurs articulaires. Cependant, la condition peut également provoquer un dysfonctionnement érectile chez les hommes et des règles irrégulières chez les femmes.

Bien que l’hémochromatose elle-même ne tuera personne ou ne la rendra pas gravement malade, si elle n’est pas traitée, l’accumulation excessive de fer peut entraîner des complications plus dangereuses telles que des lésions hépatiques permanentes ou un cancer, le diabète, l’arthrite ou une insuffisance cardiaque.

Source: Choix du NHS

Les chiffres ont été ajustés pour projeter le risque de développer la maladie parmi ceux qui avaient au moins deux copies du gène pour donner le chiffre de 7,2 pour cent.

Les scientifiques ont également suivi 1 596 femmes avec les gènes, mais ont constaté que les gènes n’avaient pas d’impact significatif sur leur risque de développer un cancer du foie.

Les scientifiques ont déclaré que cela pourrait être dû au fait que les femmes perdent du fer lors de leurs règles et pendant l’accouchement, il est donc moins susceptible d’augmenter à des niveaux nocifs dans leur corps, bien que certaines développent encore une hémochromatose.

Le travail a été publié dans le prestigieux Journal de l’American Medical Association, JAMA.

Le professeur David Melzer, un expert en santé publique qui a dirigé la recherche, a déclaré: «  Tragiquement, les hommes atteints d’un gène défectueux de l’hémochromatose meurent d’un cancer du foie depuis de nombreuses années, mais cela a été considéré comme rare.

Il a ajouté: «Heureusement, la plupart de ces cancers pourraient être évités grâce à un traitement précoce. Les dons de sang effectués pendant le traitement de routine de l’hémochromatose peuvent être utilisés pour d’autres patients, de sorte qu’un diagnostic précoce serait en fait un gagnant-gagnant pour le NHS.

L’excès de fer est stocké par le foie lorsqu’il ne peut pas être utilisé par l’organisme et que le produit chimique – qui est un métal lourd – est connu pour être toxique à des concentrations élevées.

Il a été observé qu’il endommage directement l’ADN, ce qui peut entraîner des mutations ou la mort cellulaire, et peut également bloquer les gènes suppresseurs de tumeurs qui aident à éliminer les erreurs génétiques précoces qui peuvent se transformer en cancers.

Les scientifiques ont déclaré que leurs résultats suggéraient que des tests de diagnostic devraient être effectués plus tôt pour détecter ceux qui ont les gènes défectueux.

Ci-dessus, un scan montrant le foie et une tumeur cancéreuse à l'intérieur.  Cela a été pris à Cassidy Armstrong, 36 ans, des États-Unis, qui pensait qu'elle risquait une `` condamnation à mort '' lorsque la tumeur de la taille d'une pastèque a été identifiée.

Ci-dessus, un scan montrant le foie et une tumeur cancéreuse à l’intérieur. Cela a été pris à Cassidy Armstrong, 36 ans, des États-Unis, qui pensait qu’elle risquait une «  condamnation à mort  » lorsque la tumeur de la taille d’une pastèque a été identifiée.

QU’EST-CE QUE LE CANCER DU FOIE?

Les chiffres montrent que près de 6 000 Britanniques et 33 000 Américains reçoivent un diagnostic de cancer du foie chaque année.

La maladie mortelle est souvent difficile à traiter car elle peut être difficile à repérer à un stade précoce, lorsqu’elle provoque peu de symptômes visibles.

De nombreux patients ne bénéficient pas d’une intervention chirurgicale qui leur sauve des vies car ils ne sont pas diagnostiqués avec la maladie tant qu’elle ne s’est pas propagée.

Au lieu de cela, ils reçoivent une chimiothérapie et d’autres traitements similaires pour ralentir sa progression. Les taux de survie à cinq ans sont aussi bas que 6%.

Les symptômes courants sont la jaunisse, la perte d’appétit, la perte de poids involontaire, des épisodes de vomissements, des démangeaisons cutanées et de la fatigue, selon le NHS.

La moitié des cas sont considérés comme évitables. Boire trop d’alcool, être en surpoids et fumer sont tous liés à la maladie.

Le Dr Janice Atkins, chercheur à l’Université d’Exeter et premier auteur de l’article, a averti que les gènes défectueux sont «relativement courants» chez les personnes d’ascendance européenne.

«Malheureusement, l’hémochromatose est souvent diagnostiquée trop tard», dit-elle. «Un diagnostic plus précoce pourrait éviter tant de maladies inutiles.

Une étude publiée dans le British Medical Journal l’année dernière a averti que les gènes défectueux quadruplaient le risque de développer une maladie du foie.

Les chercheurs ont découvert que chez les hommes, qui sont deux fois plus à risque que les femmes, 1,6% de toutes les arthroplasties de la hanche et 5,8% de tous les cancers du foie étaient dus à une hémochromatose.

Le cancer du foie ne provoque parfois pas de symptômes jusqu’à ce qu’il soit à un stade avancé et difficile à traiter, ce qui signifie qu’il est difficile à diagnostiquer tôt.

Il a été révélé l’année dernière que les décès dus à la maladie avaient augmenté de 50 pour cent en dix ans et augmentaient plus rapidement que ceux de tout autre type de maladie.

Chaque année, environ 18 000 hommes meurent d’un cancer du foie aux États-Unis et 24 000 autres sont diagnostiqués, selon le CDC.

Les taux ont augmenté régulièrement mais ont commencé à se stabiliser.

En plus des risques génétiques dévoilés dans la nouvelle étude, les taux élevés et croissants d’obésité et de diabète mettent également les gens aux États-Unis à un risque élevé de cancer dévastateur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here