Analyste français: Impossible pour la France de ne pas intervenir dans un conflit entre la Grèce et la Turquie

0
53


Les conditions étant considérées comme particulièrement compliquées, les analystes internationaux ont non seulement du mal à faire la bonne lecture des développements, mais aussi à évaluer quels seront les prochains mouvements d’acteurs clés comme la France sur «l’échiquier méditerranéen».

Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique, suit de près la crise en Méditerranée orientale et estime qu’en cas de conflit militaire entre la Grèce et la Turquie, Paris interviendra vigoureusement.

L’entrevue que le Dr Tertrais a eue SKAI A commencé par Apostolos Maggeriadis demandant comment le Français voyait le navire de recherche turc Oruç Reis rentrer au port, dans lequel il a exprimé sa conviction que cela sera interprété comme un signe de désescalade, que cela soit vrai ou non.

M. Tertrais a également émis des doutes sur le fait que le Conseil européen parviendra à un accord sur des sanctions contre la Turquie pour ses violations des plateaux continentaux grec et chypriote et sa rhétorique de guerre constante.

Interrogé par Maggeriadis sur la question de savoir si la France interviendrait dans une guerre gréco-turque, le directeur adjoint de la Fondation parisienne pour la recherche stratégique a déclaré: «C’est une question importante. Laissez-moi vous donner une idée.

«Je ne sais pas ce que pense Emmanuel Macron, mais je pense que ce serait… s’il y avait une agression claire, une agression militaire ou autre, contre un partenaire de l’UE, un allié de l’UE comme la Grèce, ce serait impossible pour un pays comme la France de ne pas réagir militairement », a déclaré le professeur, ajoutant que« ce serait tout simplement impossible ».

«À présent, rappelez-vous que nous discutons évidemment de questions très délicates, car tous les membres de l’UE ne seraient pas d’accord pour dire qu’il faudrait une réaction militaire. Mais je pense que si c’était indiscutablement selon la vision française du droit international, alors clairement les Français réagiraient militairement. Je ne sais pas exactement de quelle manière, forme ou forme, mais ils devraient, ils devraient le faire », dit-il en hochant la tête.

Interrogé par l’intervieweur sur la source de la rivalité franco-turque, le professeur a expliqué que la Syrie et la Libye sont des zones où elles ont de très forts désaccords.

Tout en soulignant que les ressources naturelles ne sont pas un problème pour les Français, Tertrais a expliqué que le problème de Paris avec la Turquie concerne le droit international concernant l’espace maritime et les plateaux continentaux, tout comme la volonté de l’UE de défendre ses frontières.

Le directeur adjoint de l’un des think tanks français les plus influents, fondé par un ministre français de la Défense et ouvertement partenaire du ministère français des Armées et du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a déclaré que la France ne s’oppose pas à l’islam, mais à la politique radicale. Islam que la Turquie promeut de manière agressive en Europe et incompatible avec la République française.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here