Terry Glavin: Le Canada «naïf» attend en vain que la Chine «fasse la bonne chose»

0
68


Contenu de l’article

Alors que l’approche obséquieuse persistante d’Ottawa à Pékin menace d’isoler le Canada des efforts des démocraties libérales du monde pour affronter et contenir le régime de plus en plus belliqueux et oppressif du chef suprême chinois Xi Jinping, le gouvernement Trudeau se trouve de plus en plus en désaccord avec les Canadiens.

Et maintenant, une nouvelle initiative, dirigée par le groupe Alliance Canada Hong Kong et environ deux douzaines d’organisations ouïghoures, tibétaines et de défense des droits de l’homme, a obtenu le soutien de près de 100 députés et sénateurs, dont deux libéraux influents. L’effort vise à pousser le gouvernement à sanctionner des fonctionnaires chinois spécifiques en vertu de la «loi Magnitski» du Canada, la Loi sur la justice pour les victimes de fonctionnaires étrangers corrompus. Mais les réponses d’Ottawa ont été, comme d’habitude, équivoques, miaulantes et sans engagement.

Avec l’annonce cette semaine par le Premier ministre britannique Boris Johnson que le géant chinois des télécommunications «champion national» Huawei sera purgé des réseaux Internet 5G (cinquième génération) du Royaume-Uni entièrement d’ici 2027, le Canada est maintenant seul parmi le consortium «Five Eyes» à refuser de empêcher Huawei des déploiements 5G. Cela menace non seulement l’accès continu du Canada aux opérations de partage de renseignements en collaboration avec les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Cela laisse également au Canada encore moins de poids pour l’aide de nos alliés en ce qui concerne l’enlèvement de Michael Kovrig et Michael Spavor par Pékin: pourquoi d’autres pays devraient-ils défendre le Canada si le Canada ne peut pas invoquer le moxie pour se défendre?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here