Les conservateurs demandent à Trudeau de comparaître devant un comité étudiant la controverse sur WE

0
46


Les conservateurs de l’opposition exigent que le premier ministre Justin Trudeau témoigne devant le comité des finances de la Chambre des communes alors qu’il se prépare à étudier combien le gouvernement a dépensé pour attribuer un contrat maintenant annulé à WE Charity.

« J’ajouterai le nom de Justin Trudeau à la liste des témoins. Je l’inviterai à comparaître et à témoigner sous serment avant de prêter serment », a déclaré dimanche le porte-parole des finances conservateur Pierre Poilievre lors d’une conférence de presse. « Normalement, les premiers ministres ne comparaissent pas devant les commissions parlementaires, mais ce ne sont pas des heures normales. »

M. Poilievre a adopté avec succès une motion mardi demandant au comité de tenir quatre réunions ce mois-ci pour examiner la question.

Le gouvernement libéral est sous le feu de sa décision d’octroyer un contrat à fournisseur unique de 19,5 millions de dollars à WE Charity, un partenariat qui aurait permis à l’organisation d’administrer plus de 900 millions de dollars pour le travail étudiant cet été dans le cadre de la Subvention canadienne pour les services aux étudiants (CSSG).

Poilievre a déclaré dimanche qu’il ajouterait également le ministre des Finances, Bill Morneau, à la liste des témoins, étant donné que lui et Trudeau ont des liens avec l’organisation WE et ne se sont pas récusés des discussions du Cabinet sur le contrat.

« Le Premier ministre peut accepter volontairement de se présenter, d’assister et de respecter l’invitation d’un comité parlementaire », a déclaré M. Poilievre. « Ou, le Parlement peut l’obliger à comparaître – quelque chose qui prendrait plus de temps mais pourrait être fait et devrait être fait si le Premier ministre se soustrait à la responsabilité. »

En cas de désaccord sur la volonté ou la capacité de témoigner de Trudeau, a déclaré Poilievre, son parti présenterait simplement une motion, qui nécessiterait le soutien d’autres partis d’opposition.

Le NPD a refusé de dire s’il appuierait une telle motion, mais a déclaré à CBC News que le parti croyait en «aller au fond des choses, et plus nous recevions de réponses (y compris de Trudeau et Morneau), plus vite nous pourrions obtenir ces réponses. pour le public canadien. « 

Poilievre a déclaré qu’il aurait « des nouvelles dans les jours à venir » sur la question de savoir si son parti demanderait également aux cofondateurs de WE Craig et Marc Kielburger de témoigner.

Les députés de l’opposition continuent de faire pression

La motion de Poilievre de mardi appelait auparavant au moins quatre témoins à témoigner, dont le greffier du Conseil privé Ian Shugart, ministre de la Diversité et de l’Inclusion et Youth Bardish Chagger, sous-ministre principal d’Emploi et Développement social Canada et un représentant de Bénévoles Canada.

Sa motion a été accompagnée d’une motion distincte du porte-parole du NPD en matière de finances, Peter Julian, exigeant que le gouvernement produise tous les documents, notes de service, notes d’information, correspondance et autres documents concernant la création du programme.

Dimanche, Charlie Angus, du NPD, a également demandé au comité d’éthique du Parlement d’étudier « la conduite éthique et la prévention des conflits d’intérêts au sein du cabinet du Premier ministre », demandant au chef de cabinet du PMO Katie Telford de témoigner, entre autres témoins.

Si sa motion est adoptée, Angus souhaite que le comité publie des recommandations afin de « mieux permettre au cabinet du premier ministre de mener les affaires du gouvernement avec la confiance du public dans son intégrité ».

Le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mario Dion, enquête déjà sur la participation de Trudeau à l’attribution du contrat. CBC News a appris la semaine dernière que la mère de Trudeau, Margaret, et son frère, Alexandre, avaient reçu des dizaines de milliers de dollars pour participer aux événements WE Charity.

En juin, le Premier ministre a déclaré que les fonctionnaires fédéraux avaient identifié l’organisation comme la mieux adaptée à l’emploi.

Margaret Trudeau arrive à l’événement WE Day à Londres, en Angleterre, en 2017. WE Charity a déclaré à CBC News qu’elle avait reçu des honoraires s’élevant à 250 000 $ pour avoir pris la parole lors des événements de l’organisation, tandis que le frère de Justin Trudeau, Alexandre, a reçu environ 32 000 $. (Alastair Grant / The Associated Press)

Les partis visent Morneau

Les conservateurs et le NPD ont également demandé au chien de garde du Canada en matière d’éthique d’enquêter sur le ministre des Finances Bill Morneau après que ses liens avec l’organisation ont été révélés.

«L’une des filles du ministre Morneau est un employé actuel de WE Charity. Il semblerait que le ministre Morneau reconnaîtrait que le fait que le membre de sa famille était un employé de cette organisation l’a obligé à se récuser concernant cette décision extraordinaire d’externaliser près de milliards de dollars. engagement en dollars de fonds publics dans un contrat à source unique « , a écrit Angus vendredi dans une lettre à Dion.

Grace Acan, qui est née en Ouganda mais a rejoint la famille de Morneau en 2010, travaille pour le département des voyages de l’organisme de bienfaisance depuis 2019. L’autre fille de Morneau, Clare, a également été associée à WE Charity, s’exprimant lors de plusieurs événements de la Journée de la WE.

Le bureau de Morneau a déclaré que le rôle d’Acan dans l’organisation est administratif et n’est pas lié au travail que NOUS faisons avec le gouvernement fédéral. Le porte-parole a déclaré que l’implication de Clare Morneau était strictement volontaire.

NOUS licencie les travailleurs impliqués dans l’accord

WE Charity a mis à pied des centaines de contractuels destinés à administrer le CSSG après la fin du partenariat avec l’organisation au début du mois.

Selon le Toronto Star, WE Charity avait embauché 465 travailleurs contractuels avant le retrait du projet. L’organisation a licencié 450 d’entre eux tout en donnant les 15 autres postes à temps plein, a rapporté le Star.

« WE Charity a pris la décision de ne prendre aucun des fonds qui ont été alloués pour payer les travaux livrés pour le programme CSSG. Tous les coûts irrécupérables et les paiements restants aux entrepreneurs et aux fournisseurs sont payés par WE Charity », a déclaré l’organisme de bienfaisance dans une déclaration à CBC News samedi.

L’initiative, qui, selon les conservateurs, aurait pu être réalisée grâce à l’élargissement du programme Emplois d’été Canada, est maintenant reprise par le gouvernement fédéral.



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here