Comment la mission UAE Hope Mars marquera l’histoire

0
34



Trois pays – les Émirats arabes unis, les États-Unis et la Chine – se lancent dans des missions cet été, profitant de la fenêtre biennale lorsque la Terre et Mars sont les plus proches l’une de l’autre.

L’Emirates Mars Mission, qui vise à capturer l’image la plus complète à ce jour de l’atmosphère de la planète rouge, sera le premier du trio à décoller. Avec son lancement prévu le 15 juillet retardé par les conditions météorologiques, il devrait maintenant être lancé depuis le Japon plus tard cette semaine; ce faisant, elle fera de l’histoire la première mission interplanétaire du monde arabe.

« C’est l’âge d’or de l’espace aux EAU », a expliqué Fatma Hussain Lootah, responsable de la section science instrumentale de l’équipe.

«C’est le moment où nous avons décidé de nous démarquer dans peut-être un secteur dans lequel personne ne s’attendait à ce que nous nous développions, car il est basé sur la connaissance, il est très basé sur la science.

Nouveaux horizons

Les ambitions spatiales des Émirats arabes unis s’inscrivent dans une dynamique de diversification économique dans un pays où le pétrole domine l’économie. Le secteur représentait 30% du PIB du pays l’année dernière, mais le gouvernement estime que des initiatives telles que la mission Emirates Mars aideront en encourageant les étudiants à explorer de nouveaux sujets.

« Le gouvernement des EAU voulait inspirer les jeunes émiratis à se lancer dans les STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) et voulait utiliser cette mission comme catalyseur de changement dans de multiples secteurs, qui incluent le secteur universitaire, le secteur industriel et le secteur économique », a déclaré Omran Sharaf, chef de projet de la mission.

Pour souligner ces intentions, le vaisseau spatial autonome a été nommé « Al Amal », ce qui se traduit par « Hope » en anglais. L’équipe estime que ce geste résonnera au-delà des Émirats arabes unis.

« Nous savons tous que nous sommes dans une région en proie à des troubles … alors quand on l’appelait la sonde Hope, c’était en quelque sorte un symbole d’espoir, pas seulement pour les jeunes émiratis, pour les jeunes de toute la région », dit Lootah.

« Et juste pour leur donner l’espoir que … c’est une nouvelle ère, c’est une époque où il va y avoir de la science. Il va y avoir de la technologie. Il va y avoir des vaisseaux spatiaux … tout est possible. »

Enlever

Le monde arabe observera ces ambitions prendre son envol lorsque la sonde sera lancée depuis Tanegashima, au Japon.

Le simple fait d’aller aussi loin était un exploit impressionnant pour le pays du Golfe. Selon Sharaf, la plupart des missions sur Mars mettent entre 10 et 12 ans à se développer. Mais les scientifiques du Mohammed Bin Rashid Space Center, à Dubaï, n’avaient que six ans pour mener à bien le projet.

Environ 450 ingénieurs et techniciens ont travaillé sur la sonde Hope pendant six ans.

Si tout se passe comme prévu, Hope passera une année martienne entière en orbite, soit 687 jours, à analyser les niveaux d’hydrogène et d’oxygène. Ces données fourniront des informations sans précédent sur l’atmosphère de Mars, ce qui pourrait aider les scientifiques à mieux comprendre pourquoi la planète est devenue inhabitable.

Mais même si la sonde est encore à sept mois d’atteindre Mars, Sharaf dit que le projet a déjà réussi aux Emirats Arabes Unis.

« Depuis l’annonce de la mission, nous avons vu l’impact de la mission dans différents secteurs. Nous avons vu des universités lancer des programmes scientifiques qu’elles n’avaient pas dans le passé … nous avons vu des étudiants de premier cycle changer de majeure en finance et relations internationales avec les sciences.  »

« Donc, en ce qui concerne la vision elle-même, nous avons déjà vu l’impact. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here