Le Congo frappé par une deuxième épidémie d’Ebola simultanée: The Tribune India

0
3


Kinshasa, 3 juin

Les autorités congolaises ont annoncé une nouvelle épidémie d’Ebola dans la ville occidentale de Mbandaka, s’ajoutant à une autre épidémie de virus qui sévit dans l’est depuis 2018.

Six cas ont été détectés, dont quatre sont décédés dans la ville, un centre commercial de 1,5 million de personnes sur le fleuve Congo avec des liaisons de transport régulières vers la capitale Kinshasa.

Mbandaka se trouve à 1 000 km d’une épidémie en cours qui a tué plus de 2 200 personnes dans la province du Nord-Kivu près de la frontière ougandaise, où les efforts de confinement ont été entravés par un conflit armé.

La nouvelle flambée est la onzième au Congo depuis que le virus a été découvert près du fleuve Ebola en 1976.

« Nous avons une nouvelle épidémie d’Ebola à Mbandaka », a déclaré aux journalistes le ministre de la Santé, Eteni Longondo. «Nous allons leur envoyer très rapidement le vaccin et les médicaments.»

Le virus Ebola provoque une fièvre hémorragique et se propage par contact direct avec les fluides corporels d’une personne infectée, qui souffre de vomissements et de diarrhée sévères.

Cette découverte est un coup dur pour la République démocratique du Congo, qui a subi trois épidémies d’Ebola depuis 2017. Elle lutte également contre une épidémie de rougeole qui a tué plus de 6 000 personnes et COVID-19, qui en a infecté plus de 3 000 et en a tué 71.

« Cette épidémie nous rappelle que # COVID19 n’est pas la seule menace pour la santé à laquelle les gens sont confrontés », a tweeté le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le ministère de la Santé était dans deux jours pour déclarer la fin de l’épidémie dans l’est du Nord-Kivu en avril lorsqu’une nouvelle chaîne d’infection a été confirmée. Aucun nouveau cas n’y a été détecté depuis plus de 30 jours.

Le virus Ebola a été détecté à Mbandaka en 2018, ce qui fait craindre qu’il ne se propage rapidement là-bas ou atteigne Kinshasa, qui abrite 10 millions de personnes.

Cependant, l’utilisation d’un vaccin et les efforts de confinement rapide, y compris les stations de lavage des mains mobiles et une campagne d’éducation de porte à porte, l’ont tenu à distance. – Reuters



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here