Que fait-on pour lutter contre COVID-19

0
62


La pandémie de COVID-19 a touché chaque province et territoire. L’administrateur en chef de la santé publique du Canada et ses homologues provinciaux encouragent les gens à se laver les mains, à se donner de l’espace et à porter un masque s’ils sont malades ou s’ils sont faits maison s’ils croient qu’ils auraient pu être exposés au virus et ne présentent aucun symptôme .

Ottawa a investi de l’argent dans la recherche sur les soins de santé et l’économie. Il a également imposé des restrictions aux voyages internationaux et impose des quarantaines de 14 jours aux voyageurs de retour au Canada pour tenter de limiter la propagation du nouveau coronavirus.

Les cours sont suspendus ou annulés dans les écoles du pays.

Chaque province et territoire a également ses propres mesures d’urgence pour détecter les cas et prévenir la propagation du virus.

Voici un aperçu de la façon dont différentes juridictions réagissent:

Colombie britannique

AVANT JC. a déclaré l’état d’urgence provincial le 18 mars, un jour après avoir annoncé une urgence de santé publique.

La mesure donne à la province le pouvoir de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les personnes et les communautés, y compris en accusant les personnes qui ignorent les ordres de santé publique.

La province a également interdit de revendre des fournitures essentielles telles que de la nourriture et du matériel de nettoyage.

Tous les frais de stationnement à B.C. les hôpitaux ont été annulés pendant la pandémie pour garantir un accès plus sûr aux patients et au personnel.

Les autorités ont interdit les rassemblements de plus de 50 personnes en un seul endroit, y compris les restaurants, les écoles, les lieux de culte, les théâtres, les casinos, les arénas sportifs et les lieux en plein air.

Certains parcs provinciaux sont fermés.

Le directeur général du Vancouver Park Board, Malcolm Bromley, affirme que les voitures seront interdites sur la plupart des routes du parc Stanley, ce qui donnera plus de place aux cyclistes, aux marcheurs et aux joggeurs.

Les autorités ont également émis des restrictions contre les incendies au début de la saison des incendies de forêt.

Le premier ministre John Horgan a annoncé qu’il prolongeait l’état d’urgence jusqu’à la fin du 14 avril.

Alberta

L’Alberta a déclaré une urgence de santé publique le 17 mars.

La province a donné aux organismes d’application de la loi le plein pouvoir d’exécuter les ordonnances et d’imposer des amendes pour les infractions.

Il y a des restrictions sur les rassemblements de masse de plus de 15 personnes, à l’intérieur et à l’extérieur dans les lieux de culte, les mariages ou les funérailles. Tout rassemblement doit permettre aux gens de garder la distance de deux mètres des autres.

Toutes les entreprises non essentielles ont été fermées, y compris les fournisseurs de services personnels, les magasins de vêtements et les magasins de meubles.

Il est interdit aux Albertains de fréquenter des installations de loisirs et de divertissement publiques ou privées. Les restaurants ont été fermés, sauf pour emporter ou livrer. Les casinos sont fermés.

L’accès des véhicules aux parcs provinciaux et aux terres publiques est interdit aux visiteurs.

Les Albertains qui ont été mis en quarantaine ne peuvent quitter leur propriété pendant 14 jours. Cela empêche également les personnes qui vivent dans des appartements d’utiliser les ascenseurs.

Il existe également une nouvelle restriction concernant les visiteurs dans les maisons de soins infirmiers, les établissements de soins de longue durée et les hôpitaux – bien que des exceptions puissent être faites si un enfant est hospitalisé ou si une femme est sur le point d’accoucher.

Saskatchewan

Le premier ministre Scott Moe a déclaré l’état d’urgence provincial le 18 mars.

Il ordonne que tous les ordres du médecin hygiéniste en chef soient suivis et donne à la police le pouvoir de les faire respecter.

Les rassemblements publics sont limités à 10 personnes maximum.

Les discothèques, bars et salons sont fermés, mais ils sont autorisés à fournir des plats à emporter ou de l’alcool.

Les installations de loisirs et de divertissement sont fermées. Les prestataires de services personnels tels que les tatoueurs, les coiffeurs, les esthéticiennes et les masseuses de relaxation ne peuvent pas opérer.

Les cliniques dentaires, optométristes, chiropratiques et podiatriques sont fermées – sauf en cas d’urgence.

Tous les employés des établissements de soins de longue durée font vérifier leur température et sont surveillés pour COVID-19.

Les responsables de la santé disent qu’il n’y a aucune preuve que le bétail ou les animaux domestiques peuvent être infectés ou transmettre le COVID-19, mais cela n’a pas été exclu. Ils suggèrent à toute personne infectée par le virus d’éviter tout contact avec des animaux, ainsi qu’avec des personnes, jusqu’à ce que plus d’informations soient disponibles.

Manitoba

Le gouvernement du Manitoba a déclaré l’état d’urgence à l’échelle de la province le 20 mars.

La province a limité les rassemblements publics à 10 personnes au maximum, contre 50 auparavant.

Il comprend tout lieu intérieur ou extérieur, lieux de culte ou événements familiaux tels que les mariages et les funérailles.

Des entreprises non essentielles ont été condamnées à fermer. Les salons, spas, bars et autres établissements seront fermés à partir de mercredi. Les restaurants peuvent rester ouverts pour emporter ou livraison seulement.

Les fermetures n’affectent pas les établissements de santé, les services gouvernementaux et les autres institutions.

Les salles de bingo et de jeux ainsi que les centres de bien-être et les gymnases sont fermés.

La province permet également aux gens blessés par les retombées économiques du COVID-19 d’éviter les pénalités et les intérêts sur certains paiements de services publics et les impôts fonciers. Il y a également un gel de toutes les augmentations de loyer jusqu’au 31 mai au moins.

Aucun visiteur n’est autorisé dans les établissements de soins de longue durée et les hôpitaux. Il pourrait y avoir des exceptions dans les hôpitaux pour des raisons de compassion.

Ontario

L’Ontario a déclaré l’état d’urgence le 24 mars.

Toutes les affaires, sauf celles jugées essentielles, ont été fermées.

La province permettra la collecte et la livraison en bordure de rue du cannabis.

Toute construction industrielle, à l’exception des projets essentiels, tels que les hôpitaux, a été arrêtée.

Tous les bars et restaurants, à l’exception des plats à emporter et des livraisons, ont été fermés.

Sont également fermés les installations de loisirs, les bibliothèques publiques, les écoles privées, les garderies agréées, les cinémas et les salles de concert.

Tout événement public de plus de cinq personnes, y compris les défilés, les événements et les services dans les lieux de culte, est interdit.

Les parcs provinciaux sont fermés.

La ville de Toronto a également fermé des terrains de jeux, des terrains de sport, des parcs à chiens sans laisse, des parcs de planche à roulettes et des aires de pique-nique. Les parkings attenants aux parcs sont fermés.

L’Ontario a prolongé sa déclaration d’urgence provinciale jusqu’au 14 avril au moins.

Québec

Le Québec a déclaré une urgence de santé publique le 13 mars et l’a renouvelée une semaine plus tard.

Le gouvernement a réduit les services non prioritaires et interdit les rassemblements intérieurs et extérieurs.

Les autorités ont ordonné à la police de mettre en place des points de contrôle, ce qui restreint sévèrement l’accès à huit régions éloignées. Les restrictions ont depuis été étendues pour interdire tout voyage non essentiel dans une grande partie des chalets au nord de Montréal et à Charlevoix, au nord-est de Québec.

Le Québec a également interdit les visites non essentielles dans les hôpitaux, les centres d’hébergement et de soins de longue durée ou entre les enfants des familles d’accueil et leurs familles biologiques.

Des cliniques désignées ont été ouvertes pour toute personne présentant des symptômes.

Pour donner une pause aux employés du commerce de détail, les magasins sont fermés le dimanche d’avril, et seules les pharmacies, les stations-service, les dépanneurs et les restaurants à emporter restent ouverts ces jours-là.

Le maire de Montréal a également déclaré l’état d’urgence pour aider les autorités à mieux gérer la propagation du COVID-19 parmi les sans-abri de la ville.

Nouveau-Brunswick

L’état d’urgence a été déclaré au Nouveau-Brunswick le 19 mars.

Les entreprises servant de la nourriture et des boissons ont été limitées à emporter et à livrer. Les salons et les clubs ne sont pas autorisés à autoriser les clients à entrer.

Les clients ne sont pas autorisés à entrer dans les commerces de détail, sauf s’ils servent de la nourriture, des médicaments, du carburant ou d’autres fournitures essentielles.

De nombreux services de santé – comme les chiropraticiens, les dentistes et les optométristes – sont interdits de voir les patients en personne, sauf en cas d’absolue nécessité.

Aucun rassemblement de plus de 10 personnes n’est autorisé et les résidents sont invités à rester chez eux autant que possible. Il leur est également demandé de retarder les courses non essentielles.

Tout voyage inutile au Nouveau-Brunswick est interdit.

Tous les terrains de jeux de la province sont fermés, mais certains parcs publics et sentiers pédestres restent ouverts tant que des mesures physiques de distance sont respectées.

Nouvelle-Écosse

La province de la Nouvelle-Écosse a déclaré l’état d’urgence le 22 mars et il a été prolongé jusqu’au 19 avril.

Il établit une règle de 14 jours pour l’auto-isolement et l’auto-quarantaine des personnes revenant de l’extérieur du Canada.

Toutes les écoles et garderies sont fermées. Les établissements de soins de longue durée et les maisons de soins sont fermés aux visiteurs.

Les casinos ont fermé et aucune entreprise n’est autorisée à exploiter un terminal de loterie vidéo.

Les restaurants sont limités au service de livraison et à emporter uniquement. Les débits de boissons sont fermés.

Il existe également des restrictions sur les professionnels de la santé tels que les chiropraticiens et les dentistes.

Deux centres d’évaluation mobiles ont été créés pour effectuer des tests communautaires.

Île-du-Prince-Édouard

Le premier ministre Dennis King a déclaré une urgence de santé publique le 16 mars.

Il comprenait une ordonnance aux Insulaires de s’abstenir d’assister à tout rassemblement public et la fermeture des bibliothèques, des garderies, des gymnases et des écoles.

Les hôpitaux ont limité les visiteurs – bien qu’un seul visiteur soit autorisé à la fois à voir des patients en soins palliatifs, en soins intensifs, en soins intensifs néonatals, en obstétrique et en pédiatrie.

Tous les établissements de soins de longue durée continuent de restreindre complètement les visiteurs.

Les mesures comprennent également des amendes pour toute personne qui ne se conforme pas à une directive d’auto-isolement.

L’agent de santé publique recommande aux personnes qui s’auto-isolent de rester sur leur propre propriété à l’extérieur.

Le gouvernement travaille à ouvrir une clinique externe pour permettre une augmentation des tests et pour alléger la charge des hôpitaux.

Les fonctionnaires ont également reporté l’impôt foncier provincial et le paiement des frais jusqu’à la fin de l’année.

Terre-Neuve-et-Labrador

La province a déclaré une urgence de santé publique le 18 mars.

Cela comprend la fermeture de la plupart des entreprises – à l’exception des épiceries, pharmacies, stations-service et autres magasins considérés comme essentiels.

Les rassemblements de plus de 10 personnes ne sont pas autorisés. Cela comprend les funérailles et les mariages.

Les épiceries et les magasins à grande surface seront autorisés à ouvrir cette année le Vendredi Saint, qui est normalement fermé les jours fériés, pour les empêcher de devenir trop occupés pendant que les gens achètent pour le week-end de Pâques.

Quiconque arrive de l’extérieur de la province doit s’auto-isoler pendant 14 jours.

Les responsables de la santé ont le pouvoir de restreindre les droits et libertés des personnes en temps de crise. Les personnes qui violent les ordres s’exposent à des amendes.

Yukon

Le Yukon a déclaré l’état d’urgence le 27 mars.

Les résidents du Yukon qui arrivent au Canada avec des symptômes de COVID-19 doivent être mis en quarantaine à leur destination d’arrivée, et ceux qui ne présentent aucun symptôme doivent s’auto-isoler pendant 14 jours lorsqu’ils rentrent chez eux.

Le Yukon a demandé à toutes les personnes arrivant sur le territoire, y compris les mineurs, de s’isoler pendant 14 jours.

Le gouvernement a fermé les bars et limité les rassemblements sociaux à 10 personnes ou moins.

Les installations de loisirs, les bibliothèques, les musées et les centres d’accueil sont fermés. Les classes scolaires sont suspendues jusqu’au 15 avril au moins.

Les établissements de soins de longue durée sont fermés aux visiteurs et aux bénévoles, tandis que tous les services non urgents ou de routine, y compris les tests de laboratoire, les radiographies, la physiothérapie et l’ergothérapie sont suspendus.

Tous les dentistes doivent également suspendre le traitement non urgent jusqu’à nouvel ordre.

Territoires du nord-ouest

Les Territoires du Nord-Ouest ont déclaré une urgence de santé publique le 18 mars, qui est maintenant passée à l’état d’urgence.

Il exige que toute personne qui arrive sur le territoire depuis l’extérieur de ses frontières s’auto-isole pendant 14 jours.

Il est interdit de traverser tous les points d’entrée sur le territoire – aérien et routier -.

Les commandes excluent les travailleurs des services essentiels tels que les professionnels de la santé ou les services d’urgence.

Le territoire a demandé que tous les rassemblements intérieurs et extérieurs soient annulés – peu importe leur taille ou leur nombre.

De nombreuses entreprises, dont des voyagistes, des gymnases, des musées et des théâtres, ont été condamnées à fermer.

Le gouvernement a déclaré qu’il aiderait les familles autochtones qui souhaitent se diriger vers la terre comme alternative à la distance physique. Il fournira une subvention de 2,6 millions de dollars pour aider les familles à acheter le matériel et les fournitures appropriés pour se rendre dans les camps de pêche et de chasse.

Nunavut

Le Nunavut a déclaré une urgence de santé publique le 20 mars, et elle a été prolongée jusqu’au 16 avril.

Il n’y a aucun cas connu de COVID-19, mais il a des restrictions en place.

Il y a une période d’auto-isolement obligatoire de 14 jours dans l’un des quatre endroits du sud du Canada pour tout résident qui souhaite retourner au Nunavut.

Les employés critiques qui doivent retourner au travail doivent demander une exemption.

Tous les déplacements médicaux non essentiels ont été annulés.

Les rassemblements publics, y compris sur les terrains de jeux ou les parcs et lors des services religieux, culturels ou spirituels, sont interdits.

Sources: sites Web des gouvernements provinciaux et territoriaux

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 8 avril 2020

La Presse Canadienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here