Les propriétaires et les locataires essaient de trouver un terrain d’entente

0
68


CUISINE –
Avec des millions de Canadiens sans emploi à cause de la pandémie de COVID-19, tout le monde n’est pas en mesure de payer un loyer ce mois-ci.

Des milliers de citoyens ont signé des pétitions pour l’annulation du loyer et des versements hypothécaires pendant cette crise, mais le Premier ministre Justin Trudeau dit que cela ne se produira pas.

La situation laisse les locataires et les propriétaires à déterminer entre eux les paiements.

Heather Killam loue son sous-sol et dit qu’elle est aussi compréhensive que possible avec son locataire.

«Il m’a contacté et m’a dit qu’il avait été licencié, alors je lui ai dit de régler le problème. Remettez-le pendant un mois. Rattraper plus tard », dit-elle.

Mais cela signifie que le montant lui revient. « Je vais l’exécuter sur ma ligne de crédit pendant un mois jusqu’à ce que je puisse me rattraper. »

Le ministre du Logement Steve Clark espère que les locataires et les propriétaires pourront travailler ensemble pendant cette période difficile.

«Je suis particulièrement préoccupé par la maman et les propriétaires pop. Les très petits propriétaires avec des revenus limités arrivent », dit-il.

La créatrice d’Ontario Landlords Watch, Kayla Andrade, s’inquiète des mouvements comme la grève des loyers qui signifie que certains locataires profitent de la situation.

«Ce n’est qu’une tactique pour obtenir un loyer gratuit pendant la pandémie», dit-elle.

Certains propriétaires locaux craignent que la situation n’entraîne une augmentation spectaculaire des loyers.

Selon OLW, il y a des dizaines de milliers de demandes de non-paiement de loyer à la commission des locateurs du propriétaire, ce qui signifie que chaque fois que la règle de «non-expulsion» est levée, cela pourrait submerger le système.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here