Le Nigeria cherche 6,9 ​​milliards de dollars auprès de prêteurs pour financer la lutte contre les coronavirus | Nigeria News

0
90


Le Nigeria demande 6,9 ​​milliards de dollars à des prêteurs multilatéraux pour lutter contre l’impact de la pandémie de coronavirus sur la plus grande économie d’Afrique, a déclaré lundi le ministre des Finances.

Le Nigeria, dont les revenus ont chuté avec la chute des prix du pétrole, a demandé 3,4 milliards de dollars au Fonds monétaire international, 2,5 milliards de dollars à la Banque mondiale et 1 milliard de dollars à la Banque africaine de développement, a déclaré Ministre des finances, du budget et de la planification nationale Zainab Ahmed.

Plus:

Le Nigeria est le plus grand producteur de pétrole du continent africain et se remet toujours d’une récession causée par la dernière période de faiblesse des prix du pétrole. Dimanche, il comptait 232 cas confirmés de nouveau coronavirus et cinq décès.

Un verrouillage de deux semaines a été imposé la semaine dernière à l’État de Lagos, qui abrite le centre commercial tentaculaire du pays, ainsi qu’à l’État voisin d’Ogun et au territoire de la capitale Abuja, pour empêcher la propagation du virus à travers le pays.

Le ministre a déclaré lors d’une conférence de presse à Abuja que le Nigéria était l’un des nombreux États africains à demander la suspension des obligations de service de la dette pour 2020 et 2021 des prêteurs multilatéraux.

Les demandes font partie d’un débat plus large sur l’allégement de la dette. Mais les analystes estiment que l’obtention d’un tel soulagement sera un défi car il faudra obtenir l’approbation d’un éventail disparate de créanciers.

Le FMI, qui a reçu des demandes d’aide d’environ 80 pays, dont 20 pays africains, met à disposition environ 50 milliards de dollars de ses mécanismes de financement d’urgence pour aider les pays à faire face à la crise. La Banque mondiale a approuvé un plan de réponse de 14 milliards de dollars.

Le ministre des Finances du Nigéria a déclaré que le soutien du FMI ne serait pas lié à un programme officiel et que les fonds ne seraient assortis d’aucune condition.

Confirmation du premier cas de coronavirus en Afrique subsaharienneLes autorités sanitaires nigérianes ont indiqué qu’elles retracent tous ceux qui ont été en contact avec un homme italien qui a été testé positif pour le coronavirus, le premier cas de ce type en Afrique subsaharienne [File: George Osodi/Bloomberg]

Réduire les dépenses

« Il est important de préciser que le Nigéria n’a pas l’intention de négocier ou de conclure un programme officiel avec le Fonds monétaire international, à l’heure actuelle ou dans un avenir prévisible », a ajouté Ahmed.

Le gouvernement a déclaré le mois dernier que les dépenses du budget de 34,6 milliards de dollars pour 2020 devraient être réduites d’environ 4,9 milliards de dollars en raison de la baisse des prix du pétrole et de l’impact de la pandémie, qui a fait baisser la demande mondiale de carburant.

Le ministre a déclaré que le budget supposerait un prix du pétrole de 30 dollars le baril, contre 57 dollars, et une production de 1,7 million de barils par jour (b / j) plutôt que 2,1 millions de b / j.

« Les risques sanitaires et économiques émergents résultant de la pandémie de COVID-19 et de la baisse des prix internationaux du pétrole constituent des menaces existentielles pour l’économie, le système de santé, la sécurité nationale du Nigéria ainsi que la vie de nos citoyens », a déclaré Ahmed.

Le Nigéria, où la croissance économique avait été d’environ 2%, peine toujours à surmonter une récession de 2016 causée par une précédente baisse des prix du pétrole à moins de 30 dollars le baril. Lors de la dernière crise, les prix du pétrole ont plongé à un creux de près de 20 ans de près de 20 dollars le baril.

Fitch Ratings a poussé lundi la note de la dette du Nigéria plus profondément dans le territoire « indésirable », le classant « B » et disant qu’il s’attendait à ce que la pandémie de virus ramène l’économie en récession. Il prévoyait que l’économie se contracterait de 1% en 2020.

Ahmed a déclaré que le gouvernement avait fourni 102,5 milliards de nairas (270 millions de dollars) pour soutenir le secteur de la santé, dont 6,5 milliards de nairas (16 millions de dollars) avaient déjà été mis à disposition en tant que dépenses essentielles pour le Nigeria Center for Disease Control.

L’État de Lagos, où la plupart des cas confirmés de virus dans le pays ont été identifiés, a reçu 10 milliards de nairas (26 millions de dollars) en financement d’urgence, a déclaré le ministre.

Samedi, le gouvernement a annoncé son intention de créer un fonds pour les coronavirus afin de renforcer son infrastructure de santé.

Lundi, Ahmed a déclaré que le président avait approuvé le fonds et que le soutien des législateurs était recherché pour emprunter l’argent sur des comptes spéciaux.

LA SOURCE:
Agence de presse Reuters

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here