«  Je l’ai fait pour l’Etat islamique  »: un suspect de terrorisme écrase deux motards de la police à Paris

0
184


Un terroriste présumé de l’Etat islamique a été arrêté à Paris la nuit dernière après avoir écrasé à grande vitesse deux motocyclistes de la police entre sa BMW et une voiture de patrouille.

L’attaque horrible a eu lieu dans la banlieue nord de Colombes peu après 17h30 lundi et a laissé l’un des officiers en soins intensifs.

L’attaquant de 29 ans, qui s’appelle Youssef T, a depuis admis « je l’ai fait pour l’Etat islamique », selon des enquêteurs parlant au journal parisien.

Des perquisitions à son domicile à Colombes et dans sa voiture ont découvert «une lettre expliquant son action avec des motifs terroristes possibles» et un couteau.

Le suspect a été placé en garde à vue pour interrogatoire dans un commissariat de haute sécurité de la région parisienne.

Selon des sources policières, un homme sur un cyclomoteur a été pour la première fois pourchassé par une unité de moto de la police effectuant des contrôles routiers pendant le verrouillage du coronavirus.

Il a abandonné son deux-roues puis s’est enfui dans un véhicule Peugeot, laissant l’unité de police se rassembler devant une école fermée.

Un terroriste présumé de l'Etat islamique a été arrêté à Paris la nuit dernière après avoir écrasé deux motards de la police à grande vitesse entre sa BMW et une voiture de patrouille (photo)

Un terroriste présumé de l’Etat islamique a été arrêté à Paris la nuit dernière après avoir écrasé deux motards de la police à grande vitesse entre sa BMW et une voiture de patrouille (photo)

L'attaque horrible a eu lieu dans la banlieue nord de Colombes peu après 17h30 lundi et a laissé l'un des officiers en soins intensifs (scène de l'attaque sur la photo)

L’attaque horrible a eu lieu dans la banlieue nord de Colombes peu après 17h30 lundi et a laissé l’un des officiers en soins intensifs (scène de l’attaque sur la photo)

Des policiers français à moto sécurisent un périmètre de sécurité à Colombes sur les lieux de l'attentat terroriste présumé

Des policiers français à moto sécurisent un périmètre de sécurité à Colombes sur les lieux de l’attentat terroriste présumé

C’est alors que la BMW Série 1 noire est arrivée à grande vitesse et a écrasé les deux officiers qui se tenaient près de leurs vélos et de la voiture de patrouille.

« L’un était coincé entre une voiture de police municipale et celle du fou », a expliqué une source au Parisien.

Les deux officiers ont été précipités loin de la scène, les pires blessés se rendant à l’hôpital Beaujon de Clichy, où il a été placé dans un coma artificiel.

Youssef était connu de la police, mais pas des services de sécurité français, selon les sources de l’enquête.

Un porte-parole du syndicat de la police de Synergie, qui a publié des photos de l’accident sur Twitter, a déclaré: «  L’auteur a apparemment des motivations terroristes qui restent à confirmer.

« En tout état de cause, ceux qui stigmatisent les policiers et les désignent comme des cibles sont très largement responsables de ces actes. »

Nicole Goueta, la mairesse de Colombes, a déclaré que « deux jeunes policiers étaient entre la vie et la mort » et « mes pensées vont à leurs familles ».

Christophe Castaner, ministre français de l’Intérieur, a déclaré: «  Mes pensées vont à nos deux policiers blessés qui étaient employés pour nous protéger.

La circulation est interrompue sur les lieux de l'attaque. Les deux officiers blessés ont été transportés hors de la scène, les pires blessés se rendant à l'hôpital Beaujon de Clichy, où il a été placé dans un coma artificiel.

La circulation est interrompue sur les lieux de l’attaque. Les deux officiers blessés ont été transportés hors de la scène, les pires blessés se rendant à l’hôpital Beaujon de Clichy, où il a été placé dans un coma artificiel.

«Nous saluons la fraîcheur des policiers municipaux qui sont venus à leur secours et ont arrêté l’accusé. L’enquête qui commence mettra en lumière ses motivations. »

Plus tôt ce mois-ci, trois réfugiés soudanais ont été placés en garde à vue en France à la suite de la première attaque terroriste en Europe pendant l’isolement du Coronavirus – ce qui fait craindre qu’ils fassent partie d’une cellule de style ISIS.

L’un, identifié comme Abdallah Ahmed-Osman, âgé de 33 ans, a poignardé deux personnes à mort et gravement blessé sept autres lors d’un déchaînement sanglant dans la ville de Romans-sur-Isère, au sud de Lyon.

Il a ensuite voulu que la police le tue, mais a plutôt été arrêté à la suite du bain de sang du 5 avril.

Les détectives ont ensuite trouvé de la littérature extrémiste dans sa maison, notamment une plainte d’Abdallah selon laquelle il détestait «vivre dans un pays de non-croyants».

Les procureurs antiterroristes ont par la suite confirmé que deux autres réfugiés soudanais, qui étaient des «amis proches» de l’auteur, avaient également été arrêtés.

De telles atrocités font suite à une série d’attentats à la bombe, au pistolet et au couteau perpétrés par l’État islamique et des agents d’Al-Qaïda en France, qui remontent au début de 2015

Un officier de police armé impose un barrage routier où deux de ses collègues ont été grièvement blessés dans l'attaque présumée

Un officier de police armé impose un barrage routier où deux de ses collègues ont été grièvement blessés dans l’attaque présumée

L’attentat terroriste le plus meurtrier jamais enregistré dans le pays est survenu en novembre 2015, lorsque 130 personnes ont été tuées à Paris.

Des kamikazes prêtant allégeance à l’Etat islamique ont visé le Stade de France, des cafés, des restaurants et le lieu de concerts du Bataclan, où 90 personnes sont décédées.

Plus tôt dans l’année, deux hommes armés nés à Paris et liés à Al-Qaïda ont fait irruption dans les bureaux du magazine satirique Charlie Hebdo, faisant 17 morts à l’intérieur et trois à l’extérieur.

En juillet 2016, 86 personnes ont été appelées et plus de 400 blessées lorsqu’un camion de 19 tonnes a été délibérément conduit dans la foule sur la promenade du front de mer à Nice, dans le sud de la France.

Le terroriste s’est avéré être un immigrant tunisien qui a été abattu par la police.

Au cours du même mois, deux terroristes d’Isis ont assassiné un prêtre catholique de 86 ans lors d’un service religieux en Normandie.

Il y a eu de fréquentes attaques au couteau contre les forces de l’ordre, entraînant la mort de policiers en service.

En octobre de l’année dernière, un informaticien radicalisé travaillant dans la préfecture de Paris a poignardé à mort quatre de ses collègues.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here