Are the Conservatives worried about the People’s Party of Canada – or should they be? – .

0
19
Are the Conservatives worried about the People’s Party of Canada – or should they be? – .


div id= » »>

As the Conservatives enter the home stretch of the federal election campaign with polls that put them in a close fight against the Liberals, should they sweat what is on their political right?

The leader of the People’s Party of Canada, Maxime Bernier, would like to think so.

The former Tory called the Tory’s current leadership bogus while harnessing his populist horse in anti-lockdown movements across the country and denouncing government-imposed vaccine warrants and passports.

And although the PPC lags far behind the Tories with around 4% of popular support in opinion polls, Bernier and his 311 candidates are hoping for a “purple wave” of Tory supporters and others who will exchange their votes on September 20.

<p>La chef conservatrice Erin O'Toole, lors d'un récent arrêt de campagne dans la région du Grand Toronto, a esquivé une question sur Bernier et le PPC, et a plutôt vanté son parti comme étant le mieux placé pour relancer la reprise économique post-pandémie du Canada.</p>  <p>D'autres, comme Canada Proud, ont été plus directs.  L'annonceur tiers enregistré, dont l'objectif déclaré est de vaincre les libéraux de Justin Trudeau, a multiplié les avertissements concernant un vote divisé à droite.</p>  <h2>Poussée des médias sociaux</h2>  <p>L'organisation dirigée par Jeff Ballingall, qui a été directeur numérique de la course au leadership d'O'Toole en 2020, a diffusé des mèmes et des vidéos sur les réseaux sociaux pour faire passer son message.</p>  <p>Cet effort en ligne a coïncidé avec une prise de conscience croissante de la mesure dans laquelle les médias sociaux ont alimenté les sentiments anti-vaccin et anti-Trudeau parmi des segments de la population canadienne.</p>  <p>Un article de Canada Fier comprend une photo souriante du chef libéral sous-titrée : « Trudeau lorsqu'il découvre que vous votez PPC ».  Une deuxième photo ci-dessous le montre les yeux écarquillés avec la légende: "Trudeau quand il découvre que vous votez conservateur."</p>  <p>"Qu'on le veuille ou non, si nous divisons le vote, Trudeau gagne à nouveau", dit un message d'accompagnement.  « Si vous votez pour PPC, vous votez pour Trudeau », lit-on dans un autre.</p>  <p>Dire que certains de ceux qui soutiennent le PPC sont opposés à Trudeau serait un euphémisme, car les personnes portant les pancartes du parti ont fait partie de la foule de manifestants en colère qui ont lancé des obscénités au chef libéral lors d'événements de campagne.</p>  <div><span><figure class="imageMedia image full"><div class="placeholder"><img loading="lazy" alt=""   src="https://www.fr24news.com/fr/a1/wp-content/uploads/2021/09/Les-conservateurs-sinquietent-ils-pour-le-Parti-populaire-du-Canada-—.jpg"/></div><figcaption class="image-caption">Un partisan du Parti populaire du Canada manifeste avant le débat des chefs anglophones, à Gatineau, au Québec, le 7 septembre. Les Canadiens voteront lors d'une élection fédérale le 20 septembre.<!-- --> <!-- -->(Nathan Denette/La Presse Canadienne)</figcaption></figure></span></div>  <p>Le PPC a également destitué le président de son association de circonscription d'Elgin–Middlesex–London la semaine dernière après avoir été accusé d'avoir jeté du gravier sur Trudeau lors d'un événement à London, en Ontario.</p>  <p>La police de la ville du sud-ouest de l'Ontario a annoncé samedi avoir inculpé Shane Marshall dans l'incident.  Le suspect partage le nom de l'ancien président de l'association de circonscription du PPC, mais le parti n'a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires sur la question de savoir si l'homme actuellement accusé est la même personne.</p>  <p>Ballingall a déclaré dans une interview que de nombreuses personnes opposées à Trudeau et aux libéraux se sentent éloignées du processus politique actuel du Canada et pourraient vouloir voter pour le PPC pour protester contre l'establishment.</p>  <p>"Ils veulent voter pour le PPC comme vote de protestation, ils veulent se débarrasser de Trudeau, mais vous ne pouvez pas avoir les deux", a-t-il déclaré.  "Vous ne pouvez pas protester et vous débarrasser de Trudeau. Ce n'est pas un scénario parfait. C'est un choix binaire."</p>  <p>Pourtant, ce ne sont pas seulement les Canadiens privés de leurs droits qui soutiennent le PPC, car Bernier a réussi à puiser dans la colère contre les vaccinations obligatoires et les passeports vaccinaux, une population qui, selon le stratège politique Shakir Chambers, comprend des non-conservateurs.</p>  <p>« Ils occupent un espace tellement unique dans cette élection », a déclaré Chambers, qui a aidé les progressistes-conservateurs de Doug Ford à remporter les élections provinciales de 2018 en Ontario.</p>  <p>"Ils disent que nous devrions avoir une conversation sur ces choses. Aucune autre partie ne dit que vous pouvez même discuter pour savoir si cela devrait être obligatoire ou non."</p>  <h2>Le stand de vaccins d'O'Toole a attisé la colère</h2>  <p>O'Toole a essayé de marcher sur une ligne fine en ce qui concerne les vaccins, affirmant d'une part que les Canadiens devraient se faire vacciner pour freiner la propagation de COVID-19 et protéger les citoyens vulnérables tout en défendant la liberté de choisir de ne pas le faire. donc.</p>  <p>Ce message mitigé a mis certains de ses candidats conservateurs dans une impasse lorsqu'il s'agit d'expliquer la position du parti sur la question, y compris dans le cœur ouest de la Saskatchewan et de l'Alberta où le parti reste dominant.</p>  <p>"Vous pouvez lire notre plate-forme … C'est très différent de la plate-forme libérale", a écrit le député sortant de l'Alberta, Garnett Genuis, dans un récent commentaire sur Facebook.</p>  <p>"Je comprends que je ne sois pas d'accord avec le parti sur tout. Honnêtement, je ne suis pas d'accord avec le parti sur tout. Mais notre parti est contre la vaccination obligatoire et c'est la seule alternative viable à Justin Trudeau."</p>  <p><em><strong>REGARDER |  Le chef conservateur est interrogé sur le soutien croissant dans les sondages pour le PPC</strong></em></p>  <div><span><span class="mediaEmbed"><div class="player-placeholder-ui-container  "><div class="player-placeholder-video-ui" title="Conservative leader is asked about the rising support in polls for the People's Party and its effect on the right-of-centre vote" role="button" tabindex="0"><div class="player-placeholder-ui  "><div class="video-item video-card-overlay " aria-labelledby="1944501827776-metadata-" title="Conservative leader is asked about the rising support in polls for the People's Party and its effect on the right-of-centre vote"><div class="thumbnail-wrapper"><div class="thumbnail-container"><img   src="https://www.fr24news.com/fr/a1/wp-content/uploads/2021/09/Les-conservateurs-sinquietent-ils-pour-le-Parti-populaire-du-Canada-—.777xh:h;*,*&downsize=510px:* 510w".jpeg" alt="" class="thumbnail" loading="lazy"/></div></div><div class="video-card-overlay-container"><div class="video-info-container"><h3 class="video-item-title">Le chef conservateur est interrogé sur le soutien croissant dans les sondages pour le Parti populaire et son effet sur le vote de centre-droit</h3></div></div></div></div></div></div><span class="media-caption">Erin O'Toole s'est entretenue avec John Paul Tasker de la CBC lors d'un arrêt à Port Credit, en Ontario.  vendredi.<!-- --> <!-- -->1:04</span></span></span></div>  <p>Arnold Viersen, un autre député albertain candidat à sa réélection, a également pris la parole.</p>  <p>"Le parti conservateur s'oppose aux vaccins obligatoires et un gouvernement conservateur est le seul moyen d'empêcher Trudeau d'appliquer les siens", a écrit le candidat.</p>  <p>La question des vaccins n'est qu'une question dans laquelle O'Toole a attisé la colère de certains à droite alors qu'il tentait de diriger les conservateurs davantage vers le centre.  Le leader conservateur a reconnu que son projet d'introduire un prix sur le carbone était également impopulaire auprès de certains.</p>    <p>O'Toole a défendu cette décision à plusieurs reprises tout au long de l'élection dans le but de mieux se connecter avec la majorité des Canadiens qui, selon les sondages d'opinion, veulent agir contre le changement climatique.</p>  <p>"Nous vous avons montré que nous sommes un nouveau parti", a-t-il déclaré vendredi.  "Nous sommes un parti changé et nous sommes ici pour gagner votre confiance."</p>  <p>Chambers pense néanmoins que les vaccins plus que les opinions plus modérées d'O'Toole sur le changement climatique ou l'avortement – ​​le chef conservateur a déclaré qu'il soutenait le droit des femmes de choisir – sont ce qui pourrait pousser les mécontents conservateurs dans les bras du PPC.</p></div>

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here