Global digital tax easing ends, as US-France trade explodes

0
29


Relaxation ends in the global fight over technology taxes.

Earlier this year, France agreed to suspend the collection of a digital income tax from big tech companies like Facebook. Inc.,

        Amazon.com<span class="company-name-type"> Inc.</span>









  et alphabet<span class="company-name-type"> Inc. de</span>


  Google.  Pendant ce temps, les États-Unis ont retardé l'application des tarifs qu'ils imposaient aux produits français en représailles à la taxe.</p><div> <p>Mais maintenant, la France a repris la collecte de ce que l'on appelle sa taxe sur les services numériques, a déclaré un responsable français.  D'autres pays, dont l'Italie et le Royaume-Uni, dont les taxes similaires sont entrées en vigueur cette année, devraient également commencer la collecte dans les mois à venir.






  Les États-Unis, quant à eux, devraient imposer le 6 janvier des droits de douane sur 1,3 milliard de dollars d'importations françaises, y compris les cosmétiques et les sacs à main.  Washington a également des enquêtes en cours qui pourraient conduire à des tarifs similaires dans 10 autres pays, dont le Royaume-Uni, l'Italie, l'Inde et l'Espagne.













  La question en litige est de savoir comment taxer une économie de plus en plus numérique.  Pendant des décennies, les conventions fiscales ont généralement réparti les bénéfices des entreprises en fonction de l'endroit où la valeur est créée.  Mais les multinationales modernes, en particulier celles qui proposent des offres numériques, peuvent vendre leurs produits au-delà des frontières de manière à laisser peu de bénéfices imposables dans un pays où ces produits sont consommés.







  <div data-layout="inline&#10;              " data-layout-mobile="" class="&#10;        media-object&#10;        type-InsetMediaIllustration&#10;          inline&#10;    scope-web|mobileapps&#10;  article__inset&#10;        article__inset--type-InsetMediaIllustration&#10;          article__inset--inline&#10;  ">


      <figure class="&#10;        media-object-image&#10;        enlarge-image&#10;        renoImageFormat-&#10;        img-inline&#10;        article__inset__image&#10;      " itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">

  <div style="padding-bottom:66.66666666666666%;" data-mobile-ratio="66.66666666666666%" data-layout-ratio="66.66666666666666%" data-subtype="photo" class="image-container  responsive-media article__inset__image__image">
    <img srcset="https://images.wsj.net/im-278909?width=140&amp;size=1.5 140w,&#10;https://images.wsj.net/im-278909?width=540&amp;size=1.5 540w,&#10;https://images.wsj.net/im-278909?width=620&amp;size=1.5 620w,&#10;https://images.wsj.net/im-278909?width=700&amp;size=1.5 700w,&#10;https://images.wsj.net/im-278909?width=860&amp;size=1.5 860w,&#10;https://images.wsj.net/im-278909?width=1260&amp;size=1.5 1260w" sizes="(max-width: 140px) 100px,&#10;(max-width: 540px) 500px,&#10;(max-width: 620px) 580px,&#10;(max-width: 700px) 660px,&#10;(max-width: 860px) 820px,&#10;1260px" src="https://images.wsj.net/im-278909?width=620&amp;size=1.5" data-enlarge="https://images.wsj.net/im-278909?width=1260&amp;size=1.5" alt="" title="France is again collecting a digital-revenue tax from big tech firms like Google."/>
  </div>


  <figcaption class="wsj-article-caption article__inset__image__caption" itemprop="caption">
      <h4 class="wsj-article-caption-content">La France perçoit à nouveau une taxe sur les revenus numériques auprès de grandes entreprises technologiques comme Google.</h4>
  <span class="wsj-article-credit article__inset__image__caption__credit" itemprop="creator">
        <span class="wsj-article-credit-tag">

          Photo: 
        </span>
    charles platiau/Reuters
      </span>
  </div> 





  La France et certains autres grands pays européens estiment que les entreprises technologiques devraient payer plus d'impôts dans les pays où se trouvent leurs utilisateurs et clients, ce qui pourrait augmenter leurs recettes fiscales.  Mais dans les négociations multilatérales de longue date sur la manière de mettre à jour le système fiscal, les États-Unis se sont opposés à toute solution trop ciblée sur les entreprises technologiques - ralentissant les progrès.






  «Ces taxes sont une réaction au mécontentement quant au temps qu'il a fallu pour obtenir une solution multilatérale mondiale», a déclaré Manal Corwin, qui a occupé le poste de sous-secrétaire adjoint aux affaires internationales au département du Trésor américain de l'administration Obama et travaille maintenant à la comptabilité. firme KPMG.  «Vous devrez peut-être des batailles commerciales avant et après il y a une forte incitation à dire, 'OK, assez.  "






  Le potentiel d'une dispute commerciale sur les taxes numériques constituera un premier défi pour le président élu américain Joe Biden, qui prend ses fonctions deux semaines après l'entrée en vigueur des tarifs américains sur la France.







  <div data-layout="header&#10;              " data-layout-mobile="" class="&#10;        media-object&#10;        type-InsetMediaVideo&#10;          header&#10;    scope-web|mobileapps&#10;  article__inset&#10;        article__inset--type-InsetMediaVideo&#10;          article__inset--header&#10;  ">



      <figure class="media-object-video article__inset__video media-object-video--standard">


<figcaption class="wsj-article-caption article__inset__video__caption">

      Le président élu Joe Biden a fait campagne pour augmenter les impôts des riches et des entreprises.  Mais le sort du plan de M. Biden repose en grande partie sur le fait que les démocrates prennent ou non le contrôle du Sénat.  Richard Rubin du WSJ explique.  Photo: Olivier Douliery / AFP / Bloomberg
    </figcaption>
  </div> 





  Les démocrates ont jusqu'à présent largement soutenu l'approche de l'administration Trump à l'égard de ces discussions, mais la nouvelle administration a refusé de proposer des positions sur le sujet ou de commenter cet article.






  Une glissade dans les différends commerciaux liés à la fiscalité pourrait réduire la production économique mondiale de 1%, a averti en octobre l'Organisation de coopération et de développement économiques, un club de 37 économies avancées.






  Les grandes entreprises technologiques américaines se sont opposées au patchwork de taxes nationales uniques sur les services numériques, qui, selon elles, sont injustement ciblées contre les entreprises dont le siège est aux États-Unis.  Les porte-parole d'Amazon et de Facebook ont ​​déclaré que les entreprises soutiennent plutôt les négociations multilatérales - organisées par l'OCDE - sur une redistribution mondiale coordonnée des recettes fiscales.  Un porte-parole de Google n'a pas répondu à une demande de commentaire, mais la société a précédemment exprimé la même position.







  <div data-layout="inline&#10;              " data-layout-mobile="" class="&#10;        media-object&#10;        type-InsetMediaIllustration&#10;          inline&#10;    scope-web|mobileapps&#10;  article__inset&#10;        article__inset--type-InsetMediaIllustration&#10;          article__inset--inline&#10;  ">


      <figure class="&#10;        media-object-image&#10;        enlarge-image&#10;        renoImageFormat-&#10;        img-inline&#10;        article__inset__image&#10;      " itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">

  <div style="padding-bottom:66.66666666666666%;" data-mobile-ratio="66.66666666666666%" data-layout-ratio="66.66666666666666%" data-subtype="photo" class="image-container  responsive-media article__inset__image__image">
    <img srcset="https://images.wsj.net/im-278897?width=140&amp;size=1.5 140w,&#10;https://images.wsj.net/im-278897?width=540&amp;size=1.5 540w,&#10;https://images.wsj.net/im-278897?width=620&amp;size=1.5 620w,&#10;https://images.wsj.net/im-278897?width=700&amp;size=1.5 700w,&#10;https://images.wsj.net/im-278897?width=860&amp;size=1.5 860w,&#10;https://images.wsj.net/im-278897?width=1260&amp;size=1.5 1260w" sizes="(max-width: 140px) 100px,&#10;(max-width: 540px) 500px,&#10;(max-width: 620px) 580px,&#10;(max-width: 700px) 660px,&#10;(max-width: 860px) 820px,&#10;1260px" src="https://images.wsj.net/im-278897?width=620&amp;size=1.5" data-enlarge="https://images.wsj.net/im-278897?width=1260&amp;size=1.5" alt="" title="Amazon charges merchants fees to compensate for digital-services taxes in France, the U.K. and Italy...."/>
  </div>


  <figcaption class="wsj-article-caption article__inset__image__caption" itemprop="caption">
      <h4 class="wsj-article-caption-content">Amazon facture des frais aux marchands pour compenser les taxes sur les services numériques en France, au Royaume-Uni et en Italie.  Une installation d'entreprise en France l'année dernière.</h4>
  <span class="wsj-article-credit article__inset__image__caption__credit" itemprop="creator">
        <span class="wsj-article-credit-tag">

          Photo: 
        </span>
    thomas samson/Agence France-Presse/Getty Images
      </span>
  </div> 





  Certaines entreprises assujetties aux taxes sur les services numériques ont commencé à répercuter ces coûts.  Amazon facture des frais aux commerçants pour couvrir les taxes en France, au Royaume-Uni et en Italie, a déclaré un porte-parole.






  Les discussions de l'OCDE sur la manière de réaffecter les recettes fiscales des entreprises numériques se sont heurtées à des difficultés.  Au cours de l'été, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré que les pourparlers étaient dans une impasse.  En octobre, l'OCDE a déclaré que si elle avait fait des progrès sur les détails techniques, elle n'atteindrait pas l'objectif de fin d'année de parvenir à un accord global - repoussant ses attentes à la mi-2021.






  L'OCDE affirme que sa proposition sur la façon de réaffecter les revenus imposables entre les pays devrait déplacer environ 100 milliards de dollars de recettes fiscales par an.  Mais le coût net potentiel pour les recettes fiscales américaines est probablement beaucoup plus faible, peut-être aussi peu que 5 milliards de dollars, selon une personne impliquée dans les négociations.






  «La coopération internationale en matière de politique fiscale sera cruciale pour affronter et vaincre le virus, mais aussi pour mieux reconstruire», a déclaré le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, lors d'un discours à la mi-décembre faisant référence à la pandémie de coronavirus.






  Alors que les pourparlers traînaient, certains pays, dont l'Inde et l'Autriche, ont commencé à imposer leurs propres taxes ciblées sur les revenus numériques des grandes entreprises.  L'Espagne affirme que sa taxe sur les services numériques entrera en vigueur le 16 janvier, les paiements étant dus tous les trimestres.






  L'Autriche dit qu'elle s'attend à ce que sa version de la taxe rapporte 40 millions d'euros, soit 49 millions de dollars, pour 2020. La France, pour sa part, affirme que sa taxe - un prélèvement de 3% sur certains types de revenus numériques des grandes entreprises - a apporté 400 millions d'euros en 2019. La taxe française devrait récolter plus que cela en 2020, a déclaré le responsable français.







  <div data-layout="inline&#10;              " data-layout-mobile="" class="&#10;        media-object&#10;        type-InsetMediaIllustration&#10;          inline&#10;    scope-web|mobileapps&#10;  article__inset&#10;        article__inset--type-InsetMediaIllustration&#10;          article__inset--inline&#10;  ">


      <figure class="&#10;        media-object-image&#10;        enlarge-image&#10;        renoImageFormat-&#10;        img-inline&#10;        article__inset__image&#10;      " itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">

  <div style="padding-bottom:66.66666666666666%;" data-mobile-ratio="66.66666666666666%" data-layout-ratio="66.66666666666666%" data-subtype="photo" class="image-container  responsive-media article__inset__image__image">
    <img srcset="https://images.wsj.net/im-278905?width=140&amp;size=1.5 140w,&#10;https://images.wsj.net/im-278905?width=540&amp;size=1.5 540w,&#10;https://images.wsj.net/im-278905?width=620&amp;size=1.5 620w,&#10;https://images.wsj.net/im-278905?width=700&amp;size=1.5 700w,&#10;https://images.wsj.net/im-278905?width=860&amp;size=1.5 860w,&#10;https://images.wsj.net/im-278905?width=1260&amp;size=1.5 1260w" sizes="(max-width: 140px) 100px,&#10;(max-width: 540px) 500px,&#10;(max-width: 620px) 580px,&#10;(max-width: 700px) 660px,&#10;(max-width: 860px) 820px,&#10;1260px" src="https://images.wsj.net/im-278905?width=620&amp;size=1.5" data-enlarge="https://images.wsj.net/im-278905?width=1260&amp;size=1.5" alt="" title="The U.S. on Jan. 6 intends to impose tariffs on $1.3 billion of French imports,..."/>
  </div>


  <figcaption class="wsj-article-caption article__inset__image__caption" itemprop="caption">
      <h4 class="wsj-article-caption-content">Le 6 janvier, les États-Unis ont l'intention d'imposer des droits de douane sur 1,3 milliard de dollars d'importations françaises, comme les sacs à main.  Un atelier Hermès en France en 2016.</h4>
  <span class="wsj-article-credit article__inset__image__caption__credit" itemprop="creator">
        <span class="wsj-article-credit-tag">

          Photo: 
        </span>
    sebastien bozon/Agence France-Presse/Getty Images
      </span>
  </div> 





  «Nous devons nous assurer qu'elles paient leur juste part d'impôts», a déclaré le président français Emmanuel Macron à propos des entreprises technologiques lors d'un événement d'automne à l'OCDE.






  Un accord international est encore possible en 2021. Les discussions à l'OCDE se poursuivent, avec des commentaires publics sur ses propositions soumises ce mois-ci.






  Une proposition moins controversée visant à créer un niveau d'imposition minimum global pour les entreprises se heurte à moins d'obstacles.  Mais il n'est pas susceptible de satisfaire à lui seul la France et d'autres pays, qui ont déclaré qu'ils ne retireraient leurs taxes unilatérales que si un accord satisfaisant pouvait être trouvé sur la fiscalité numérique.






  À mesure que de plus en plus d'impôts sont inscrits dans les livres, un accord international devient plus compliqué, a déclaré Mme Corwin de KPMG: «Il est simplement beaucoup plus difficile de se ressaisir lorsque des pays sont partis et ont fait leurs propres choses.






  <p class="articleTagLine">—Richard Rubin, Rajesh Roy et Eric Sylvers ont contribué à cet article.</p>






  <strong>Écrire à </strong>Sam Schechner à [email protected] et Paul Hannon à [email protected]






  </div><p style="position: absolute;z-index:-1;top:0;left:-15000px;">Copyright © 2020 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés.  87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8</p>

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here