French Muslims, stigmatized by the attacks, feel under pressure

0
33


                    <br/>Elaine Ganley, Associated Press        



            <br/><span class="date">

              Publié le dimanche 1 novembre 2020 à 15 h 05 HNE
            </span>

            <br/></p><div>
             <p>

PARIS - La pression monte à chaque attaque horrible.  Après trois en cinq semaines, les musulmans de France se sentent pressés.



Un projecteur de suspicion a été à nouveau exercé sur eux avant même les derniers actes de violence extrémiste, dont deux décapitations.  Le président Emmanuel Macron a poursuivi ses efforts pour débarrasser l'islam en France des extrémistes, dans le cadre d'un projet qu'il qualifie de «séparatisme», un terme qui fait grimacer les musulmans.



Au milieu de l'intensification de la rhétorique et de nouvelles attaques de la part d'étrangers, y compris le meurtre de trois personnes jeudi dans une église catholique de Nice, les musulmans de France ont gardé la tête baissée et le menton relevé.  Mais au fond, certains se tortillent, se sentant tenus pour responsables.



«C'est inquiétant pour les musulmans», a déclaré Hicham Benaissa, un sociologue spécialisé dans l'islam sur le lieu de travail.  Au sein de son réseau, dit-il, certains «parlent de quitter la France.  La situation est tendue.  Il y a de la peur.



L'islam est la deuxième religion en France, qui compte la plus grande population musulmane d'Europe occidentale.  Mais les quelque 5 millions de musulmans du pays ont parcouru une ligne délicate à la recherche d'une pleine acceptation dans ce qui est pour beaucoup leur nation de naissance.  La discrimination jette une ombre sur certains et constitue un obstacle pur et simple à la vie courante pour d'autres.



La valeur chère à la France de la laïcité, qui vise à garantir la liberté religieuse, a été utilisée ces dernières années par l'État pour régner dans les coutumes pratiquées par certains musulmans.  La proposition de loi du président pourrait signifier un nouveau bricolage avec la loi de la laïcité de 1905 née d'un conflit avec le puissant clergé catholique romain.



Macron a provoqué des manifestations de colère et des appels au boycott des produits français la semaine dernière, de l'Asie du Sud au Moyen-Orient.  Il est accusé de répandre un sentiment anti-musulman, notamment en faisant l'éloge du professeur décapité près de Paris, en défendant le droit des Français à caricaturer le prophète de l'islam Mahomet.



Samuel Paty a été attaqué à l'extérieur de son école le 16 octobre par un adolescent réfugié d'origine tchétchène pour avoir montré les caricatures dans un cours d'éducation civique.  Un jeune Tunisien a tué trois personnes jeudi à l'intérieur de la basilique de la ville méridionale de Nice, décapitant une femme.La série d'effusions de sang a commencé le 25 septembre lorsqu'un jeune réfugié pakistanais a blessé deux personnes devant l'ancien bureau de rédaction de Charlie Hebdo à Paris.  En janvier 2015, des assaillants y ont massacré 12 personnes après que le journal ait publié des caricatures du prophète.  Ce procès est en cours.



Les paroles de solidarité des dirigeants musulmans de France sont sans faille.  L'attaque «a touché des frères et sœurs qui priaient leur seigneur.  Je suis profondément chrétien aujourd'hui », a déclaré l'imam de la mosquée Ar-Rahma de Nice, Otman Aissaoui.



Mais, "une fois de plus, nous sommes stigmatisés, et les gens agissent si vite pour regrouper les choses", a également déclaré Aissaoui, reflétant le malaise grandissant des musulmans de France, originaires pour la plupart d'anciennes colonies françaises d'Afrique du Nord.



Les musulmans «ne sont ni coupables ni responsables ... Nous ne devrions pas avoir à nous justifier», a déclaré Abdallah Zekri, un responsable du Conseil français pour la foi musulmane.



Les attentats et le plan de «séparatisme» de Macron, qui comprend une refonte partielle de l'organisation de l'islam en France, de la formation des imams à la gestion des associations musulmanes, ont creusé le fossé.  Ils ont également attiré l'attention sur la valeur chère de la laïcité - «laicite» en français - qui est inscrite dans la Constitution française mais n'est toujours pas clairement définie.



«La présence de l'islam n'était pas prévue par la société française», a déclaré Tareq Oubrou, un imam de premier plan à Bordeaux.



Les tensions sont vives dans le passé, notamment avec des modifications de la loi sur la laïcité, avec une loi de 2004 interdisant le port du foulard dans les salles de classe et une autre en 2010 interdisant les masques.



"La laïcité a toujours été un écran de fumée ... une manière cachée de traiter la question de l'islam", a déclaré Benaissa.



Rim-Sarah Alouane, doctorante à l'Université Toulouse Capitole, recherche sur la liberté religieuse et les libertés civiles, est plus dure.  «Depuis les années 1990, la laicite a été utilisée comme arme et utilisée à mauvais escient comme un outil politique pour limiter la visibilité des signes religieux, en particulier ceux des musulmans», a-t-elle déclaré.



«L'État doit s'assurer de respecter et d'embrasser pleinement sa diversité et de ne pas la considérer comme une menace», a-t-elle déclaré.



La montée en puissance de l'islam à la vue du public a été progressive et est essentiellement passée inaperçue jusqu'à ce que l'extrême droite s'en saisisse comme une menace pour l'identité française.  Au fil des ans, les mosquées se sont multipliées, ainsi que les écoles musulmanes.



Les hommes musulmans sont d'abord venus en France pour occuper des emplois subalternes après la Seconde Guerre mondiale.  Dans les années 1970, les immigrés musulmans travaillant dans les usines automobiles, la construction et d'autres secteurs étaient «absolument essentiels à l'industrie française», a déclaré Benaissa.  Renault, par exemple, a installé des salles de prière.



«Aujourd'hui, lorsqu'une femme voilée arrive dans une entreprise, il y a… une révolte.  Qu'est-il arrivé?"  Il a demandé.



De nombreux musulmans, contrairement à leurs parents ou grands-parents, reçoivent une éducation, de meilleurs emplois et effacent le «mythe du retour», a-t-il dit.



Olivier Roy, un expert de haut niveau, a déclaré à une commission parlementaire que la plupart des musulmans ont travaillé pour s'intégrer dans la culture française.  Ils "se présentent à la République française et se plaignent de ne pas avoir de retour en retour, de ne pas bénéficier d'une reconnaissance", a-t-il déclaré.



Macron a reconnu dans un discours que la France porte l'entière responsabilité de la «ghettoïsation» des musulmans dans les projets de logement, mais insiste sur le fait que la loi envisagée ne vise pas à stigmatiser les musulmans.



Pourtant, la stigmatisation fait partie de la vie en France pour beaucoup, du fait d'être pointé du doigt par la police pour des contrôles d'identité à la discrimination dans la recherche d'emploi.



«Le musulman est réduit à sa religion», a déclaré Oubrou, l'imam bordelais.  «Tout n'est pas chrétien dans la vie d'un chrétien.»



La religion sans chef unique a de multiples souches en France, allant du modéré au salafiste avec une interprétation rigoureuse de la religion jusqu'à des parvenus radicaux.



Dans son projet, Macron envisage des mesures comme la formation des imams en France au lieu de les faire venir de Turquie, du Maroc ou d'Algérie.



Benaïssa ne sous-estime pas «l'offensive idéologique» de l'islam politique, mais affirme qu'un débat public féroce réduit l'islam à une seule peur.



«L'islam n'est pas l'islamisme, un musulman n'est pas un islamiste.  Un islamiste n'est pas nécessairement un djihadiste », a-t-il déclaré.  «Ce que je crains, c'est que les identités se radicalisent, avec d'un côté ceux qui revendiquent l'identité musulmane et de l'autre ceux qui revendiquent l'identité de la France.
          </div>

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here