Coronavirus: Stricter rules for Liverpool, Warrington, Hartlepool and Middlesbrough – but mayor vows to challenge them | Political news

0
17


Stricter coronavirus restrictions are being imposed in four new areas – but a mayor says they are ‘damaging’ and he won’t accept them.

Health secretary Matt Hancock urged residents of Liverpool area of ​​the city, Warrington, Hartlepool and Middlesbrough not to mix socially with those of other households – except in outdoor spaces like parks and outdoor hospitality areas.

And he asked them to avoid “all travel except essential travel” – which means people can still go to work and school.

The changes will take effect from midnight 1 Saturday.

Mr Hancock said the measures are necessary because “in some parts of the country the virus is spreading rapidly ”, with cases shooting up to 268 per 100,000 inhabitants in Liverpool.

Image:
Liverpool has seen cases rise to 268 per 100,000 population

But the second peak in COVID-19[feminine cas est « hautement localisée », a-t-il affirmé, ajoutant que les actions récentes avaient un « impact positif ».

« Ce que nous faisons pour répondre à ces terribles circonstances commence à fonctionner, alors ne lâchez pas », a-t-il déclaré jeudi dans un communiqué de la Chambre des communes.

« Continuons tous à faire notre part et un jour, sur ce virus, nous l’emporterons. »

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Hancock annonce des restrictions locales plus strictes

Steve Rotheram, le maire du métro de la région de la ville de Liverpool, a déclaré que les mesures étaient un « pas dans la bonne direction », mais a ajouté qu’il n’était pas sûr « qu’elles suffisent ».

Il a appelé le gouvernement à publier ses preuves scientifiques et à fournir un soutien économique «substantiel» aux entreprises déjà en difficulté.

Mais les restrictions ont été qualifiées d ‘«inacceptables» par Andy Preston, le maire indépendant de Middlesbrough.

Il a dit qu’il avait appelé le gouvernement à imposer de nouvelles mesures mais que celles annoncées vont « trop ​​loin » et sont « inacceptables ».

« Nous sommes allés au gouvernement avec des propositions fantastiques, intelligentes et pragmatiques pour assurer la sécurité des gens, protéger notre société et faire en sorte que les gens ne se sentent pas seuls », a déclaré M. Preston à Sky News.

« Nous n’avons pas été écoutés …

«Évidemment, s’il y a une loi, je la respecterai et personne ne devrait enfreindre la loi.

« Mais dans l’état actuel des choses, je n’accepte pas ces propositions – elles sont inutiles, elles vont trop loin, elles vont nuire à la santé mentale et elles tueront des emplois viables. »

M. Preston a ajouté qu’il était « insensé et totalement inutile » d’empêcher les gens de différents foyers d’avoir des rencontres distantes dans des cafés sécurisés par COVID qui seraient « poussés à la faillite », entraînant des pertes d’emplois, sous les ordres du gouvernement.

«Nous ne sommes pas tendres sur COVID ici, nous sommes forts sur COVID – mais nous devons trouver un moyen de vivre avec, de travailler avec et de sauver des emplois», a-t-il déclaré.

Le secrétaire fantôme du Labour à la santé, Jon Ashworth, a précédemment suggéré que l’approche de verrouillage local ne fonctionnait pas.

Il a déclaré que de nombreuses régions qui y étaient soumises voyaient des cas augmenter et non diminuer, alors il a demandé: « Pourquoi les taupes ne se font-elles pas frapper? »

Le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson a nié avoir ignoré les dirigeants locaux.

Boris Johnson préside un briefing sur le coronavirus à Downing Street
Image:
Le porte-parole de M. Johnson a déclaré qu’il voulait supprimer le virus et protéger les emplois

« Notre approche pour lutter contre la deuxième vague du virus est de supprimer la propagation du virus tout en maintenant l’économie aussi ouverte que possible », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, le dirigeant travailliste Sir Keir Starmer a semblé contester le couvre-feu de 22 heures pour les pubs, bars et restaurants – après plusieurs rapports de personnes se répandant hors des lieux en même temps.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Les Londoniens ignorent le couvre-feu à Leicester Square

« Nous soutenons le paquet que le gouvernement a mis en place », a-t-il déclaré. « Mais je pense [Manchester mayor] Andy Burnham, in particular, questioned whether the 10pm curfew was working as intended.

“He signaled, naturally, to a lot of people leaving the premises at the same time.

“I think it might be a good idea for the government to reflect on what Andy Burnham is saying and consider whether it should stay in place. ”

At least 16 million people are currently living under some form of tighter restrictions, in addition to the national measures in place in the UK.

Analysis: England’s coronavirus divide could be a matter of income
By Thomas Moore, scientific correspondent

The map of the COVID-19 outbreak now reveals a striking north-south divide in England.

Rates are much higher in a broad swath of the North West, Yorkshire and North East than they are in the Home Counties and the South West.

This may be in part because the virus has remained at a slightly higher rate in parts of the Northwest, even at the end of the long spring lockdown.

Once the brakes were removed and we all started mixing again, the virus took off faster and faster in these areas before spreading regionally.

But that does not fully explain the sharp rise.

The higher deprivation rate in large urban areas is also likely to be a significant factor.

People living in less affluent areas are more likely to live closer to each other, with several generations under one roof.

They are more likely to have jobs with more interaction with a lot of other people, like bus drivers, or jobs in confined spaces, like food processing plants.

And they are also more likely to be in poor health with higher rates of heart disease and diabetes.

All of this increases the risk of the virus spreading and affecting more vulnerable people.

When you take a closer look at the infection rate map and zoom into London, there are parts of the east that are more severely affected. These are some of the most disadvantaged districts in the capital.

So what at first appears to be a geographic divide may actually be an income issue.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here