Coronavirus: Major outbreak at the University of Northumbria as 770 students test positive | UK News

0
33


The University of Northumbria says 770 students have tested positive for the coronavirus.

A spokesperson for the institution, based in Newcastle upon Tyne, said 78 students were showing symptoms.

All are now self-isolated.

Image:
A sign at the University of Glasgow. File Image

Roommates and all close contacts are also quarantined and have been asked to book a test if they develop COVID-19[feminine symptômes, a ajouté le porte-parole.

Ellie Burgoyne, 19 ans, étudiante de première année en sciences sociales, a déclaré qu’au moins 20 appartements dans ses résidences s’isolaient maintenant.

Elle aussi est en quarantaine après qu’un de ses colocataires a été testé positif il y a une semaine et a déclaré que « ce n’était pas le plus amusant ».

Un membre du personnel, qui souhaitait garder l’anonymat, a déclaré qu’il y avait « un niveau d’anxiété élevé » à propos de « l’enseignement en face à face ».

Un autre membre du personnel, un conférencier, a déclaré que le nombre de tests positifs était « terrifiant ».

Dans un communiqué, l’université a déclaré qu’elle soutenait les personnes touchées en leur fournissant de la nourriture et d’autres articles essentiels, tels que du linge et des produits de nettoyage.

Il offre également «un soutien social, y compris un soutien de santé mentale en ligne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et un soutien individuel de la part de nos équipes bien-être».

Et c’est « en collaboration avec notre syndicat étudiant, le conseil municipal et d’autres partenaires ».

Mais il a averti que les étudiants qui cassent coronavirus les règles seront « sujettes à des amendes de la police et à des mesures disciplinaires de la part des universités (elle et l’Université de Newcastle), pouvant inclure des amendes, des avertissements finaux ou une expulsion ».

Les étudiants désormais confinés dans des résidences universitaires continueront à apprendre à distance avec «un soutien académique supplémentaire en place pour s’assurer qu’ils ne sont pas désavantagés» s’ils manquent des cours en face à face.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Étudiants de Manchester: première année «  en quelque sorte ruinée  »

Autres universités, y compris Glasgow et Métropole de Manchester, ont souffert de problèmes similaires.

Plus de 50 universités britanniques ont confirmé des cas de coronavirus alors que les étudiants reviennent sur le campus, selon une analyse de l’agence de presse PA.

Northumbria a déclaré qu’elle et son université voisine ont des « équipes d’intervention Covid sur appel qui travaillent en étroite collaboration avec le NHS Test and Trace » et les responsables locaux.

Les étudiants sont encouragés à télécharger l’application NHS COVID-19.

Le conseiller Irim Ali, membre du cabinet du conseil municipal de Newcastle, a déclaré que la ville et l’université avaient fait « des efforts incroyables » pour créer des environnements sécurisés COVID pour les étudiants, mais « malheureusement, un petit nombre d’étudiants sapent ces efforts ».

Elle a ajouté: «Alors que le travail se poursuit pour contrôler les épidémies en cours, nous avons besoin que tous les élèves se conforment aux règlements et aux directives.

« Si nous voulons vaincre le virus, nous avons besoin d’un effort collectif. »

Êtes-vous touché par cette histoire? Si tel est le cas, veuillez nous contacter via [email protected]

Analysis: Concerned that student infections could spread in the community
By Rowland Manthorpe, Technology Correspondent

This large epidemic will raise further questions about the wisdom of reopening universities and colleges, not least because the risk of doing so has been identified well in advance by government science advisers.

The minutes of the September 1 Scientific Advisory Group (SAGE) meeting, released today, warn that opening up higher and higher education “has the potential to cause outbreaks.”

Young people are much less likely to have severe coronavirus, but SAGE warns that transmission within universities and colleges can “spread throughout the community.”

Student movements, say the scientists, means “the risk can be national.”

But even though we’ve seen epidemics in universities before, perhaps the greatest risk is yet to come.

SAGE says larger epidemics could infiltrate the community “towards the end of the academic term, coinciding with the Christmas and New Years period, when students return home.”

Managing this will require, they note, “national control, monitoring and decision making”.

The decision was made and the students went to college.

But we don’t know at all how they will be able to leave.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here