How long will the physical distance? The best doctor in Toronto answers your questions about COVID-19

0
10


                    
Personnel Web, CP24.com
Publié le mercredi 24 juin 2020 à 19h28 HAE
Dernière mise à jour mercredi 24 juin 2020 19:35 EDT

Alors que Toronto est passé à l'étape 2 mercredi, le meilleur médecin de la ville affirme que les résidents doivent continuer d'être prudents et apprendre à vivre avec COVID-19 en toute sécurité. Mercredi, la Santé publique de Toronto a signalé 73 nouvelles infections à COVID-19, portant le nombre total de cas à 14 029. De ces cas, 1 061 sont décédés, tandis que 12 061 se sont rétablis. "Nous savons également, d'après les expériences d'autres juridictions, que nous pouvons nous attendre à voir une augmentation des cas alors que plus de personnes se connectent, se mélangent et se déplacent dans notre ville", a déclaré le Dr Eileen de Villa, médecin hygiéniste de Toronto, lors d'une conférence de presse. "Et jusqu'à ce qu'un vaccin ou un traitement soit disponible, nous devons continuer à être prudents et à prendre soin les uns des autres. Nous devons continuer à évaluer notre situation locale chaque semaine." De Villa a déclaré que les résidents doivent continuer à pratiquer la distance physique et d'autres mesures de santé publique pour continuer à avancer et ne pas risquer de perdre les progrès que la ville a faits pour arrêter la propagation du virus. Mercredi, le médecin a également répondu aux questions COVID-19 des CP24viewers. CP24: Mardi, le service de santé publique de Toronto a signalé le décès d'une fille de moins de 10 ans dont le test COVID-19 était positif. Pouvez-vous nous donner plus de détails sur cette situation? De Villa: Nous n'entrons pas dans les détails personnels ou les détails spécifiques sur un cas donné, juste par respect pour la vie privée des personnes impliquées dans la famille, qui pleurent la perte d'un être cher et d'un jeune. Je peux vous dire qu'il y a des situations où il y a d'autres conditions médicales qui sont plus pertinentes, et qui sont en fait à notre avis plus importantes et ont été impliquées dans la mort ici que vous pouvez mourir avec COVID, mais pas nécessairement avec COVID. Tout dépend des circonstances. Je ne peux pas entrer dans les détails, mais c'est notre compréhension de la situation. Nous regardons un décès qui était avec COVID, que COVID était présent, mais le décès n'était pas réellement dû à COVID. CP24: Que voyez-vous en termes de tendances COVID-19 en ce qui concerne les personnes de moins de 20 ans? De Villa: Nous voyons ces derniers temps plus de cas parmi le groupe d'âge plus jeune. Nous savons que les personnes âgées sont plus jeunes et travaillent plus souvent sur le lieu de travail pour effectuer des tâches essentielles, ce qui crée cette opportunité de risque. Lorsque les gens sont en déplacement, ils se mélangent et interagissent, ce qui crée la possibilité que le virus se propage. Mais c'est pourquoi si nous maintenons de bonnes mesures de santé publique en place, nous pouvons réduire ce risque en restant à la maison lorsque vous êtes malade, en gardant vos distances physiques, en vous lavant les mains ou en utilisant un désinfectant pour les mains à base d'alcool. Et si vous ne pouvez pas maintenir cette distance pour porter un masque, pour protéger tout le monde autour de vous, et si nous portons tous le masque, nous nous protégeons les uns les autres. CP24: Toronto rentrant au stade 2 de sa réouverture, nous préparons-nous à une résurgence du virus? De Villa: Nous savons que nous avons vu cette expérience dans d'autres juridictions. D'autres endroits dans le monde sont un peu en avance sur nous en termes de calendrier de leurs épidémies. Nous savons qu'il y a une période où vous observez une certaine baisse de l'activité COVID-19, comme nous l'avons vu ici. Nous ne pouvons pas rester fermés pour toujours. Il s'agit d'équilibrer, de se protéger contre le COVID-19 tout en rétablissant également toutes les activités que nous devons restaurer pour avoir des vies et prendre soin des autres aspects de la santé. Il s'agit de parvenir à cet équilibre. Et c'est pourquoi nous continuons de mettre l'accent sur toutes les choses que nous savons sur le contrôle des virus et la limitation de la propagation du virus. Et ce sont les choses que j'ai dites maintes et maintes fois. Ces bonnes pratiques de santé publique - garder cette distance physique, rester à la maison lorsque vous êtes malade, vous laver les mains, essayer de ne pas toucher votre visage. Si vous ne pouvez pas maintenir cette distance physique, veuillez porter ce masque en tissu. C'est la meilleure chose que nous puissions faire pour nous protéger mutuellement. CP24: En tant que médecin hygiéniste, quelle est votre réaction à l'annonce de la réouverture de Windsor-Essex alors qu'il y a tout juste deux jours, elle n'a pas reçu le feu vert pour le faire? De Villa: Je ne connais pas les détails de ce qui se passe à Windsor-Essex, car nous sommes assez occupés ici à Toronto. Cependant, je connais les collègues du bureau de santé de Windsor Essex. Je connais le Dr Ahmed, qui est médecin-hygiéniste là-bas, et j'ai une grande confiance en sa capacité de porter de bons jugements et de bonnes pratiques de santé publique. Je fais entièrement confiance à mes collègues du bureau de santé de Windsor-Essex. Je sais que nous sommes impatients de créer cet équilibre entre les protections COVID-19 et de nous assurer que nous sommes en mesure de redémarrer et de continuer les autres aspects de la vie, car c'est également important pour la santé. C'est un équilibre très délicat, mais c'est un équilibre important qui doit être atteint. CP24: Quand les terrains de jeux rouvriront-ils? De Villa: Je ne sais pas s'il y a une réponse très simple à cela. Autre que de dire qu'il existe actuellement une ordonnance provinciale qui interdit l'utilisation des terrains de jeux. Et je crois comprendre que lorsque nous examinons le cadre de réouverture provincial, il y a des terrains de jeux qui devraient rouvrir à l'étape trois, qui, si nous pouvons nous en tenir à nos mesures de santé publique et continuer à faire toutes les choses que nous savons importantes en termes de limiter la propagation du virus, espérons-le, nous en serons au stade trois plus tôt que tard, mais il nous appartient à tous d'y arriver. CP24: Comment nager dans une piscine peut-il être sûr pendant la pandémie? De Villa: Si je comprends bien la science, il n'y a pas grand-chose qui suggère qu'il existe un risque élevé de transmission de virus par l'eau. La principale cause de propagation lorsque nous parlons de COVID-19 est un contact étroit avec une personne infectée par COVID-19. Et lorsque nous parlons de contact étroit, nous parlons de contact avec les gouttelettes respiratoires qui sortent de leur nez et de leur bouche lorsqu'ils parlent, chantent, toussent ou éternuent. C'est le principal facteur de risque. Vous pouvez maintenir la distance si vous pouvez maintenir la distance et rester aussi loin que possible de ces gouttelettes respiratoires. C'est ce qui réduit le risque de COVID-19. Par conséquent, vous pouvez voir que les piscines avec des mesures de distance appropriées peuvent être raisonnables et qu'elles sont à l'extérieur. Nous savons que le risque de transmission est beaucoup plus faible lorsque nous sommes en extérieur, avec beaucoup d'air et de mouvement d'air. CP24: Quelles nouvelles choses avez-vous apprises sur le nouveau coronavirus? De Villa: Nous avons parlé un peu de compréhension et d'une compréhension accrue de la propagation asymptomatique ou de la propagation pré-symptomatique. Je pense que nous avons également beaucoup mieux compris comment le fait d'être dans un espace fermé intérieur avec un contact étroit sont des facteurs de risque. C'est pourquoi, lorsque vous nous voyez passer à la deuxième étape, vous nous voyez promouvoir des activités de type extérieur. Le patio permet une certaine réouverture du restaurant et la restauration d'une activité régulière mais avec un risque réduit. Il y a cinq mois, nous ne savions pas grand-chose. Nous n'avions même pas de nom pour ce virus. Je pense que nous en apprenons encore plus. Nous avons encore des questions auxquelles il faut répondre. J'ai hâte de voir ce que la science nous offre, mais surtout, j'ai hâte que la science nous fournisse des traitements et un vaccin contre ce virus. CP24: Vous attendez-vous à ce que la distance physique se poursuive alors que nous entrons dans la phase 3 dans quelques semaines? De Villa: Je pense que la distance physique va être avec nous pendant un certain temps. Je viens de parler de la nécessité de traitements efficaces et, idéalement, d'un vaccin pour empêcher les infections à COVID-19 de se produire en premier lieu. Mais nous savons que la grande majorité de notre population continue d'être sensible au COVID-19. Nous n'avons tout simplement pas atteint ce niveau d'infection et n'avons donc pas ce niveau d'immunité. C'est pourquoi j'attends avec impatience le vaccin pour obtenir des niveaux élevés d'immunité et arrêter la transmission de ce virus et de cette maladie. Jusqu'à ce que nous arrivions à ce point, l'éloignement physique continuera de faire partie de nos vies, de notre façon de vivre et de coexister en toute sécurité avec COVID-19. CP24: La distance physique est-elle la nouvelle norme? De Villa: Je pense que cela témoigne de la résilience de nous en tant qu'êtres humains que nous comprenons comment nous adapter, et nous savons comment en tirer le meilleur parti dans nos circonstances actuelles dans notre environnement. C'est ce que nous demandons aux gens de faire, non seulement pour eux-mêmes, mais pour notre bien à tous, afin que nous puissions recommencer à profiter de ces aspects de la vie que nous devons franchement abandonner depuis de nombreuses semaines. CP24: Pourquoi les gymnases en sont-ils au stade ultérieur de la réouverture alors que les mesures d'éloignement peuvent être facilement gérées? Existe-t-il des preuves d'autres juridictions selon lesquelles l'ouverture d'un gymnase lorsque des mesures de santé publique sont en place a été associée à des éclosions de COVID-19? De Villa: L'activité physique est fabuleuse pour la santé physique et mentale. Je ne pense pas tant à la salle de sport qu'à l'activité physique et cela ne doit pas être confiné à la salle de gym. J'encouragerais les gens à faire de l'activité physique. Les gymnases ne sont pas une option pour le moment. Quand je regarde le plan de réouverture provincial, les gymnases, si je me souviens bien, sont à l'étape trois. Et quand nous regardons ce qui se passe dans d'autres juridictions, alors qu'il ne s'agit pas de gymnases, j'ai vu des clubs de tennis de table à Séoul, en Corée du Sud, où ils ont eu des épidémies. Et je pense que le problème est que vous parlez d'un espace intérieur clos où les gens ont tendance à respirer fortement parce qu'ils sont engagés dans une activité physique. Vous avez un espace fermé, beaucoup de respiration lourde et cela crée la possibilité de propagation du virus. Par tous les moyens, sortez, profitez de l'activité physique. C'est bon pour toi de le faire dehors. Le risque de transmission de COVID-19 est beaucoup, beaucoup plus faible lorsque vous êtes dans un environnement extérieur. Vous avez beaucoup d'air, beaucoup de mouvements d'air réduisent le risque de propagation d'une personne à l'autre. CP24: Un téléspectateur demande, j'ai lu que les écrans faciaux sont bien meilleurs que les masques et protègent mieux le porteur, et vous pouvez mieux respirer et parler. Ils sont réutilisables et seraient meilleurs pour l'environnement que tous les masques jetables qui s'ajoutent aux décharges. Sans parler d'avoir été éliminé de façon incorrecte. Pourquoi les écrans faciaux ne sont-ils pas mandatés ou du moins encouragés à contrôler la propagation du virus? De Villa: Il y avait quelques couches différentes là-dedans. D'une part, il n'est pas tout à fait clair pour moi que les écrans faciaux sont, en fait, meilleurs que les masques. Et je suppose que nous parlons du grand public ici, donc je peux comprendre qu'il y a certaines circonstances, en particulier dans les soins de santé où un écran facial est requis et d'autres équipements de protection individuelle. Mais si nous parlons de membres du grand public, le message est très simple. Premièrement, veuillez essayer de maintenir la distance physique. Si vous ne pouvez pas maintenir une distance physique, surtout lorsque vous êtes dans un espace intérieur avec des membres du public en dehors de votre cercle social, je recommande fortement que les gens portent un masque en tissu. La bonne nouvelle des masques en tissu est qu'ils ne sont pas jetables. Vous pouvez les laver. Ils peuvent être réutilisés. Ils sont beaucoup plus respectueux de l'environnement de cette façon. Et ils assurent cette protection. Ils nous aident à nous protéger mutuellement. Euh, comme je l'ai dit, plusieurs fois, vous savez, je porte un masque pour vous protéger. Tu portes un masque pour me protéger. C'est ainsi que nous pouvons créer un environnement sûr pour nous tous à partir de COVID-19. C'est le mieux que nous puissions faire dans le grand public pour nous protéger mutuellement. Je pense que c'est aussi plus respectueux de l'environnement que d'utiliser des masques jetables. CP24: De nombreux lieux de mariage attendent une annonce de la province sur la façon de procéder aux événements en septembre. Quelle est la probabilité que plus de 150 personnes soient autorisées dans une pièce en septembre De Villa: Je pense que tout dépend du cadre. Ma compréhension est que les mariages peuvent avoir lieu en ce moment, mais il y a des limites quant au nombre de personnes, en particulier dans un espace intérieur. Et c'est pour protéger tout le monde, c'est pour protéger tous ceux qui participent à l'événement. Vous ne voulez pas que votre mariage soit reconnu comme un événement COVID-19. Ma compréhension est avec les mariages en salle, c'est une capacité de 30% pour essayer de s'assurer qu'il y a suffisamment d'espace pour la distance physique. En septembre, notre temps est souvent encore raisonnable. Et donc à l'extérieur est un ensemble de circonstances complètement différent, certainement un risque moindre, mais je ne sais pas quels seront les chiffres spécifiques à ce moment-là. Malheureusement, je n'ai pas de boule de cristal et je ne peux pas répondre à ce genre de prédictions, mais certaines circonstances permettront des mariages. Et cela dépend de la taille du lieu et de sa capacité. CP24: Si des cas COVID-19 continuent d'apparaître, les écoles ouvriront-elles toujours en septembre? De Villa: Nos homologues provinciaux ont demandé aux conseils scolaires de la province de faire des plans et de faire des plans pour différents types de scénarios afin d'avoir une variété d'options disponibles. Nous espérons que nous pourrons redémarrer les écoles. J'ai réalisé que ce n'était peut-être pas l'activité préférée de tout le monde, mais les écoles jouent un rôle très important dans la vie de nos jeunes. Ils ont de bons avantages pour la santé en plus des avantages éducatifs. J'ai hâte de voir les écoles revenir. Ce sont des éléments importants de notre vie quotidienne pour nos jeunes. Cette interview a été modifiée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here