The New York Stock Exchange reopens, the S&P 500 and the Dow Jones reach their highest level in months

0
20


                Les actions ont bondi mardi à Wall Street, poussant le S&P 500 et le Dow Jones Industrial Average à leur plus haut niveau en près de trois mois, l'optimisme quant à la réouverture de l'économie ayant éclipsé les inquiétudes persistantes à propos de la pandémie de coronavirus. point, la première fois depuis le 5 mars. Le Dow Jones a finalement bondi de 2%, franchissant le seuil de 25 000 points pour la première fois depuis le 10 mars, avant que les fermetures d'entreprises généralisées visant à ralentir la propagation de l'épidémie aient plongé l'économie américaine dans une Le parquet de NYSE dans le bas de Manhattan a ouvert ses portes pour la première fois en deux mois, mais avec des barrières en plexiglas, des masques et un nombre réduit de commerçants pour respecter les règles de 6 pieds de distanciation sociale. Ceux qui entrent dans le NYSE verront leurs températures prises et on leur a demandé d'éviter les transports en commun.Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, qui a présidé un État avec le taux de mortalité le plus élevé depuis que le virus s'est installé aux États-Unis, a sonné la cloche pour sonner "Ils n'ont pas rouvert comme ça", a-t-il déclaré lors de son briefing quotidien. «Ils ont rouvert plus intelligemment.» Les actions ont bondi au cours de la séance du matin, poussant le S&P 500 à son plus haut niveau en 2 mois et demi en raison de l'espoir grandissant d'une reprise économique. Le S&P 500 a augmenté de 2%, tandis que le Dow Jones Industrial Average a grimpé de plus de 660 points, soit 2,7% .Plusieurs milliers de courtiers et autres occupaient la salle des marchés du NYSE aussi récemment que dans les années 1990. Mais dans les années qui ont suivi, l'essor du commerce électronique à partir de terminaux informatiques a grandi pour dominer l'action à Wall Street. Ces jours-ci, le NYSE compte environ 500 traders au sol. Le rallye a eu lieu alors que le gouvernement rapportait que la confiance des consommateurs américains avait augmenté ce mois-ci, montrant des signes de stabilisation. Malgré les fermetures d'entreprises généralisées qui ont plongé l'économie en récession, les 50 États ont commencé à assouplir leurs restrictions au maintien à la maison et à permettre aux entreprises d'ouvrir à nouveau leurs portes, même si certaines parties du pays ne constatent aucune baisse des cas confirmés de coronavirus. Il y a aussi un certain optimisme quant à la course au vaccin. »Ces petits pas que nous commençons à voir réouvrir différents États, différentes politiques qui ont été autorisées qui n'étaient pas autorisées il y a deux semaines - ce sont tous des signaux clairs que nous sommes aller dans la bonne direction », a déclaré Jonathan Corpina, associé directeur principal chez Meridian Equity Partners. Dans le monde, le virus a infecté près de 5,5 millions de personnes, tuant plus de 346 000 personnes, selon un décompte de l'Université Johns Hopkins. L'Europe a enregistré environ 170000 morts, tandis que les États-Unis approchaient 100000, soit plus que le nombre d'Américains tués dans les guerres du Vietnam et de la Corée réunies. Mais le véritable bilan est largement estimé être beaucoup plus élevé, les experts affirmant que de nombreuses victimes sont mortes du virus sans jamais avoir été testées.Le président Donald Trump, il y a plusieurs mois, a comparé le coronavirus à la grippe et a rejeté les craintes qu'il pourrait entraîner autant de décès . Les principaux scientifiques de l'administration ont depuis averti que jusqu'à 240000 personnes pourraient mourir du virus.Dans New York, durement touché, Cuomo a rapporté mardi un total de 73 décès sur une journée, le chiffre le plus bas en mois, et en baisse par rapport à un pic de clôture. à 800. "Dans cette nouvelle réalité absurde qui est une bonne nouvelle", a-t-il déclaré. L'Organisation mondiale de la santé a toutefois déclaré que le monde ne restait embourbé que dans la première étape de la pandémie, mettant ainsi un frein aux espoirs d'un rebond économique mondial rapide. «Pour l'instant, nous ne sommes pas dans la deuxième vague», a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur exécutif de l'OMS. "Nous sommes en plein milieu de la première vague mondiale." ___ Les journalistes d'Associated Press Menelaos Hadjicostis et Elaine Kurtenbach ont contribué à ce rapport. 
            

Les actions ont bondi mardi à Wall Street, poussant le S&P 500 et le Dow Jones Industrial Average à leur plus haut niveau en près de trois mois, l'optimisme quant à la réouverture de l'économie ayant éclipsé les inquiétudes persistantes concernant la pandémie de coronavirus.

During the day, the S&P 500 crossed the 3,000 mark, the first time since March 5. The Dow Jones finally jumped 2%, crossing the 25,000 threshold for the first time since March 10, before widespread business closures aimed at slowing the spread of the epidemic plunged the US economy into a brutal slip.

The NYSE parquet in lower Manhattan opened for the first time in two months, but with Plexiglas barriers, masks and a reduced number of traders to respect the rules of social distancing of 6 feet. Those entering NYSE will have their temperatures taken and asked to avoid public transportation.

New York Governor Andrew Cuomo, who has presided over the state with the highest number of deaths since the virus first entered the United States, rang the bell to start the trade.

“They didn’t reopen like that,” he said during his daily briefing. “They reopened more intelligently. “

Stocks soared in morning trading, pushing the S&P 500 to its highest level in 2.5 months, in the hopes of growing economic recovery. The S&P 500 rose 2%, while the Dow Jones Industrial Average climbed more than 660 points, or 2.7%.

Several thousand brokers and others occupied the NYSE trading room as recently as in the 1990s. But in the years that followed, the boom in electronic commerce from computer terminals grew to dominate action. Wall Street. These days, there are around 500 floor traders in the NYSE.

The rally took place as the government announced that consumer confidence in the United States had increased this month, showing signs of stabilization. Yet it remains close to a six-year low in the face of widespread business closings that have plunged the economy into recession.

All 50 states have started to ease restrictions on staying at home and allow businesses to reopen, although parts of the country are seeing no drop in confirmed cases of coronavirus. There is also some optimism about the vaccine race.

“These small steps that we are starting to see reopening different states, different authorized policies that weren’t authorized two weeks ago – these are all clear signals that we are going in the right direction,” said Jonathan Corpina, senior associate director at Meridian Equity Partners.

Worldwide, the virus has infected nearly 5.5 million people, killing more than 346,000 people, according to a count by Johns Hopkins University. Europe has registered around 170,000 deaths, while the United States has approached 100,000, more than the number of Americans killed in the Vietnam and Korean wars combined.

But the true toll would be much higher, with experts saying that many victims died of the virus without ever having been tested.

Several months ago, President Donald Trump compared the coronavirus to the flu and dismissed fears that it could lead to as many deaths. Senior administration scientists have since warned that up to 240,000 people may die from the virus.

In hard-hit New York City, Cuomo reported a total of 73 day-long deaths on Tuesday, the lowest number in months, and down from a peak of nearly 800.

“In this absurd new reality which is good news,” he said.

However, the World Health Organization has said that the world remains mired only in the first stage of the pandemic, thereby dampening hopes for a rapid global economic rebound.

“Right now, we are not in the second wave,” said WHO Executive Director Dr Mike Ryan. “We are in the middle of the first wave in the world. “


Associated Press journalists Menelaos Hadjicostis and Elaine Kurtenbach contributed to this report.

                                

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here