Donald Trump renews attack on Twitter asking why they didn’t check Obama’s broken promises

0
158


Twitter today added its second warning to a Donald Trump tweet in four days by covering the president’s post on the Minneapolis riots with a comment that he “glorifies violence.”

Trump’s statement that “when looting begins, filming begins” is now masked by a warning that he violated Twitter rules – but the message can be bypassed and the tweet remains live.

Twitter said it was “in the public interest to keep the tweet accessible” under special rules for government officials that protect the public’s right to know what their politicians have said.

The tweet can no longer be liked or replied to and will not be recommended by the Twitter algorithm, although retweets with comments are still possible.

Social media giant said Trump’s tweet “violates our policies regarding the glorification of violence based on the historical context of the last line, its connection to violence and the risk that it could inspire similar actions today “.

The full tweet said, “These THUGS dishonor the memory of George Floyd, and I won’t let that happen. I just spoke to Governor Tim Walz and told him that the military was with him all the time. Any difficulty and we will take control but, when the looting begins, the shooting begins.

Trump has been quarreling with the social media site in recent days for checking his tweets and renewing his attack on the website on Thursday evening – but supported Facebook chief Mark Zuckerberg, who distanced himself from Twitter.

Twitter had put a fact-checking label on two of Trump’s tweets on Tuesday, which made unsubstantiated allegations of postal vote fraud.

Twitter today added its second warning to a Donald Trump tweet in four days by covering the President's message about the Minneapolis riots with a comment that it `` glorifies violence ''

Twitter today added its second warning to a Donald Trump tweet in four days by covering the president’s post on the Minneapolis riots with a comment that he “glorifies violence”

President Donald Trump renewed his attack on Twitter Thursday evening, doubling his quarrel with the social media site for checking his tweets. It came after the president signed an executive decree that will attempt to dilute the main legal protections of Twitter - and unloaded on the platform and social media

President Donald Trump renewed his attack on Twitter Thursday evening, doubling his quarrel with the social media site for checking his tweets. It came after the president signed an executive decree that will attempt to dilute the main legal protections of Twitter – and unloaded on the platform and social media

Trump's comment on the Minneapolis protests (photo last night) that `` when looting begins, filming begins '' is now masked by a warning that it violated Twitter rules - but the message can be bypassed and the tweet stays live

Trump’s comment on the Minneapolis protests (photo last night) that “when looting begins, filming begins” is now masked by a warning that it violated Twitter rules – but the message can be bypassed and the tweet stays live

The president asked why Twitter chose to check on Tuesday when it was not criticizing a comment by former President Obama that people could keep their own doctors under the Affordable Care Act.

The statement ended up being a broken promise after Obama repeatedly repeated it.

Trump also praised Facebook founder Mark Zuckerberg for his criticism of Twitter’s decision to check the tweets.

The new attack came just hours after Trump signed a decree to fight what he claims to be censorship of conservative voices.

The order could open Twitter, Facebook and Google to lawsuits by diluting the legal protection that prevents them from being responsible for publications on their platforms, and that also allows them to moderate content.

Zuckerberg has been accused by Democrats of making fun of the president with his comments on censorship so that Facebook is not targeted.

President Trump congratulated Facebook founder Mark Zuckerberg on Thursday for his criticism of Twitter's decision to check the tweets. Zuckerberg accused by Democrats of mocking President with comments on censorship

President Trump congratulated Facebook founder Mark Zuckerberg on Thursday for his criticism of Twitter’s decision to check the tweets. Zuckerberg accused by Democrats of mocking President with comments on censorship

President Trump shared a comment from Facebook's Mark Zuckerberg on Thursday as he went to Twitter

President Trump shared a comment from Mark Zuckerberg on Facebook on Thursday as he went to Twitter

Despite the ongoing quarrel, Trump returned to Twitter on Thursday evening to detonate them again for fact-checking.

He did this by sharing comments from Facebook founder Mark Zuckerberg on Wednesday that he said social media companies shouldn’t censor content that people share on their platforms.

“CEO Mark Zuckerberg is critical of Twitter today,” Trump wrote before sharing Zuckerberg’s statement.

“We have a different policy from, I think, Twitter on this,” said Zuckerberg in an interview with Fox News.

“I firmly believe that Facebook should not be the arbiter of the truth about everything people say online,” he added.

“Private companies probably shouldn’t be, especially these platform companies, shouldn’t be able to. “

Trump then asked, “Has Twitter criticized Obama for his” you can keep your doctor “?

The President was referring to President Obama’s comment when he said, “If you like being a doctor, you can keep your doctor” under the Affordable Car Act. because he said there would be no change for many Americans with the new plan.

He made the comment several times, but it turned out that it was not true.

In a later tweet, Trump also renewed his dubious allegations about electoral mail fraud that had earned him the Twitter misinformation tag in the first place.

While Trump praised Zuckerberg for his comments on the lack of social media censorship, Democrats criticized him for “doing good” to the president.

“Zuckerberg went to Fox News – a for-profit hate machine that gives a megaphone to racists and conspiracy theorists – to explain how social media platforms should essentially allow politicians to lie without consequences. It erodes our democracy, ”said Senator Elizabeth Warren.

Speaker of the House Nancy Pelosi struck harder by saying that Trump was using the quarrel as a distraction from the coronavirus epidemic.

“It is scandalous, but it is scandalous,” Pelosi said at a press conference on Thursday. “While Twitter is setting up its fact-checking in accordance with what the President says about the vote, it will still not remove the false statements that the President made there. “

“Facebook, all of them, they all want to make money,” she said. “Their business model is to make money at the expense of the truth and the facts they know. And they defend, they defend that.

President Donald Trump went wild on social media Thursday accusing him of anti-conservative bias, which he called one of the biggest threats to freedom of expression in American history – and said he wanted to be able to shut down Twitter.

He lambasted the platform by signing a decree at the Oval Office which aims to begin attacking what he claims to be censorship of conservative voices.

The order could open Twitter, Facebook and Google to lawsuits by diluting the legal protection that prevents them from being responsible for publications on their platforms, and that also allows them to moderate content.

It happened after Twitter slapped two of the president’s tweets with a “fact check” on Tuesday and Trump responded by saying he would regulate and even shut down the Silicon Valley giants if they turned out to be biased.

Twitter CEO Jack Dorsey in the photo has been criticized by Facebook founder Mark Zuckerberg for checking Trump's tweets.

Twitter CEO Jack Dorsey in the photo has been criticized by Facebook founder Mark Zuckerberg for checking Trump’s tweets.

Trump also renewed his dubious allegations of election mail fraud on Thursday evening that earned him the Twitter misinformation tag in the first place

Trump also renewed his dubious allegations of election mail fraud on Thursday evening that earned him the Twitter misinformation tag in the first place

Trump spoke at the White House with Attorney General Bill Barr looking over his shoulder

Trump spoke at the White House with Attorney General Bill Barr looking over his shoulder

He accused Twitter of being a “publisher with a point of view” and not a “neutral platform” by verifying it, then criticized one of its leaders, Yoel Roth, its head of user integrity, accusing him of “fraud” to verify the facts. Twitter says it was not involved.

When asked if he wanted to get rid of Twitter, he replied, “If it were legal, if it could be legally closed, I would. “

Trump has signed the “fairness” decree, which could lead to Twitter, Facebook, Google and other social networks and search platforms being stripped of a legal shield that makes them almost immune from prosecution.

Trump has used harsh language while Attorney General Bill Barr is watching and the President has signed an order that could expose Twitter and other social media platforms to a barrage of prosecution. Barr said that when companies “keep” their collection and engage in “censorship”, content companies become “publishers” and should not be entitled to a legal “shield”.

ARTICLE 230: THE TRUMP LAW IS IMPOSED ON MORE SOCIAL MEDIA CLAIMS

Twenty-six hidden words in a 1996 telecommunications overhaul law have enabled companies like Facebook, Twitter and Google to become the giants they are today.

These are the words that President Donald Trump challenged Thursday in an executive decree, which would remove these protections if online platforms engaged in “editorial decisions” – including, in the president’s opinion, adding a warning from fact checking to one of Trump’s tweets.

Under US law, Internet companies are generally exempt from liability for the material that users post on their networks. Section 230 of the Communications Decency Act 1996 – which itself is part of a broader telecommunications law – provides a legal “refuge” for Internet companies.

But Trump and other politicians argue that Twitter, Facebook, and other social media platforms have abused this protection and should lose their immunity – or at least deserve it by meeting government requirements.

Item 230 probably cannot be easily disassembled. But if it were, the Internet as we know it could cease to exist.

What is section 230?

If a news site falsely calls you a crook, you can sue the publisher for defamation. But if someone posts this on Facebook, you can’t sue the business – just the person who posted it.

This is thanks to Article 230, which states that “No supplier or user of an interactive IT service shall be treated as the publisher or speaker of information provided by another information content provider”.

This legal phrase protects companies that can host thousands of billions of messages from legal action by anyone who feels aggrieved by something someone else has posted – whether or not their complaint is legitimate.

Section 230 also allows social platforms to moderate their services by deleting messages that, for example, are obscene or violate own service standards, as long as they act in “good faith”.

Where does article 230 come from?

The history of the measure dates back to the 1950s, when bookstore owners were held responsible for the sale of books containing “obscenity”, which is not protected by the First Amendment. A case ultimately ended up in the Supreme Court, which held that it created a “deterrent effect” to hold someone responsible for someone else’s content.

This meant that the complainants had to prove that the bookstore owners knew they were selling obscene books, said Jeff Kosseff, the author of “The Twenty-Six Words That Created the Internet,” a book on section 230.

Fast forward a few decades as the commercial Internet took off with services like CompuServe and Prodigy. Both offered online forums, but CompuServe chose not to moderate them, while Prodigy, looking for a family image, did.

CompuServe has been prosecuted on this matter and the case has been closed. Prodigy, however, got into trouble. In their case, the judge ruled that “they have editorial control – so you’re more like a newspaper than a newsstand,” said Kosseff.

This did not suit politicians, who feared that this result would discourage new Internet companies from moderating. And article 230 was born.

“Today, it protects both the responsibility for user posts and the responsibility for clams for content moderation,” said Kosseff.

What happens if article 230 is limited or disappears?

“I don’t think social media companies would exist in their current form without section 230,” said Kosseff. “They based their business models on large platforms for user content. “

There are two possible outcomes. Platforms could become more cautious, as Craigslist did after the 2018 adoption of a sex trafficking law that created an exception to section 230 for material that “promotes or facilitates prostitution”. Craigslist quickly removed its “Dating” section, which was not intended to facilitate sex work. But the company did not want to take any risks.

This result could not actually hurt anyone other than the president himself, who regularly attacks private figures, fosters conspiracy theories and accuses others of crimes.

“If the platforms were not immune from the law, they would not risk the legal liability that could result from hosting Donald Trump’s lies, libel and threats,” said Advisor Kate Ruane legislative branch of the American Civil Liberties Union.

Another possibility is that Facebook, Twitter and other platforms could completely abandon moderation and let the lower common denominator prevail.

These unsupervised services could easily end up being dominated by trolls, such as 8chan, which is infamous for its graphic and extremist content, said Eric Goldman, a professor of law at the University of Santa Clara. Canceling section 230 would be “an existential threat to the Internet,” he said.

But Goldman does not see the White House order as this kind of threat to the Internet, saying it is a “political theater” that will appeal to Trump supporters. “The president cannot override Congress,” he said.

ASSOCIATED PRESS

“We are here today to defend free speech against one of the greatest dangers it has faced in American history, frankly, and you know what is going on as well as anyone. This is not good, “said Trump before placing the order, which came just days after Twitter provided what Trump staff call a fact check on his own tweets.

Troubled as to whether he would actually seek to use the courts to shut down Twitter, Trump replied, “I think if Twitter was not honorable, if you want a guy like this to be your judge and jury. , I think you shut it down for me, “in reference to the” chief integrity officer of Twitter, “who revealed that he posted tweets that were very critical of Trump and the best Republicans.

Trump, a billionaire who amassed a branding and real estate empire before running for president, added, “A small handful of powerful social media monopolies control much of all public and private communications. in the United States and we know what it is, we don’t need to name them, we’ll give you a full list.

He continued: “They have an uncontrolled power to censor, restrict, edit, shape, mask, modify virtually any form of communication between individuals or a large audience.”

Trump touched on the 2016 election when he was tearing up Twitter – a fact lawyers could try to report if the companies were trying to pretend in court that the action was politically motivated.

“We cannot allow that to happen, especially when they do what they do,” said Trump. “Because they hurt things. They have points of view. And if we go through it, it’s really amazing that there was a success in 2016, but we can’t let that continue. It’s very, very unfair. ‘

“What they are doing is tantamount to a monopoly, you can say,” said Trump. It is like getting back on the air. I can’t let this happen. Otherwise, we are not going to have a democracy. We are not going to have anything to do with a republic.

Trump also tried to use the power of the federal purse strings as pressure, claiming that we were not going to any repressed social media company.[es] freedom of speech.’

He said the government was spending “billions of dollars to give them money” and said the companies were “rich enough”, although independent accounts had lowered total government spending on advertising.

“We are going to do nothing or very little,” said Trump.

When asked if he would just consider deleting his Twitter account given his concerns, Trump said he would “do this in the blink of an eye” if we had a “fair press” in the United States. .

The wording of the order signed by Trump specifically distinguished Twitter for its decision to post two of the president’s tweets. The platform provided additional information, although it did not delete the tweets.

It seems to have been added since a draft decree widely circulated near the signing.

“Twitter now selectively chooses to put a warning label on certain tweets in a way that clearly reflects political bias,” said the order. ‘As has been reported, Twitter never appears to have placed such a label on another politician’s tweet. Just last week, representative Adam Schiff continued to mislead his subscribers by peddling the long-denied Russian collusion hoax, and Twitter did not report these tweets. Not surprisingly, his officer in charge of the so-called “site integrity” displayed his political bias in his own tweets.

Schiff is the Democratic Chairman of the House Intelligence Committee and a favorite target of Trump.

Another section identified four tech platforms – compared to a draft order that didn’t name Instagram and YouTube.

“Twitter, Facebook, Instagram and YouTube have immense, if not unprecedented, power to shape the interpretation of public events; censor, delete or delete information; and control what people see or don’t see, “he said.

Yet another describes a new government “task force” that will assess, among other things, media organizations with evidence of “bias” used to review the content. ”

“The complaints described in article 4 (b) of this order will be shared with the working group, in accordance with applicable law. The task force will also collect publicly available information regarding the following: (iv) use of third parties, including contractors, organizations and individuals, with indications of bias to examine the content, “said he.

At least one section that was not included in a draft form available to the public gave Barr new authority.

A section on public spending on online advertising states: “The Department of Justice will review the speech restrictions based on the views imposed by each online platform identified in the report described in paragraph b) of this section and assess whether online platforms are problematic vehicles for government discourse due to discrimination of views, deception towards consumers or other bad practices. “

A section on FCC considers newly added coverage. “The FTC will consider preparing a report” on whether complaints alleging a violation of the law imply its provisions. One project said the agency would produce the report – which would effectively give it the opportunity to release one.

Section asks GA task force to look at area from a financial perspective, if platform policies act in ways that “limit the ability of users with particular views to make money on the platform compared to other similarly located users. “

Shares of Twitter, the target of Trump’s fact-finding anger, fell 3% in the early afternoon, but shares of Facebook rose slightly.

Founder Mark Zuckerberg told CNBC he didn’t want to be an “arbiter of the truth,” and criticized Jack Dorsey of Twitter for fact checks. Google’s shares were also up. He did not comment on the line.

Facebook rejected the order, saying it would curtail and not expand freedom of expression by making platforms reluctant to publish something controversial.

The crucial legal section is Trump’s order to the Federal Communications Commission (FCC) to clarify how to apply the regulations under section 230 of the Communications Decency Act.

This is federal law largely exempting online platforms from the legal responsibility for user publications.

But the ordinance states that protection should not apply if companies are “engaged in editorial conduct” – which means forming an opinion on how people’s views are presented.

This is what Trump accuses Twitter of doing by checking it, and what the Conservatives claim to happen to their messages which are less promoted than those with more liberal views.

Such a move could open Twitter, Facebook and other platforms to an avalanche of lawsuits from people who claim their opinions have been unjustly censored.

It also forces the agency to check whether social media platforms are using “deceptive” policies to moderate content by not openly declaring how they decide how views are treated.

Trump has also put in place a mechanism for Americans to speak out against political censorship or suspected political prejudice on the part of social media giants to be investigated by the Federal Trade Commission.

The White House’s technology bias reporting tool will collect online censorship complaints and submit them to the Department of Justice and the Federal Trade Commission (FTC).

Donald Trump warned Wednesday morning that his administration would begin to regulate and shut down social media sites, saying the tech giants were trying to `` completely silence conservative voices ''

The claim came after Twitter, one of its favorite media outlets for communicating with the American people, called two of its tweets on postal ballots

Donald Trump warned Wednesday morning that his administration would start regulating and shutting down social media sites, saying the tech giants were trying to “silence conservative voices completely”

The White House launched a similar tool last year, but it is now closed.

The order has also been rejected by civil liberties groups – and by the Chamber of Commerce, normally a reliable supporter of Republican politics.

“This presumably unconstitutional executive order also aims to divert public attention from the fact that there are now more than 100,000 Covid-related deaths across the country and an economy that is sinking to levels of great depression “Said Kristen Clarke, chairman and executive director of the Civil Rights Lawyers Committee under a statement.

Allegations of anti-conservative bias on social media

Internal Facebook report recognized bias

Last year, Facebook opened to an independent investigation into anti-conservative prejudice after repeated criticism from Trump.

The audit, conducted by former Republican senator Jon Kyl and others, revealed that the tech giant was still far from eliminating his bias.

He concluded that Facebook’s efforts to counter the false information had silenced the voices of the Conservatives. For example, the fact-checking sites used by the social media giant were inherently leftist.

En outre, il a constaté que la politique de publicité de Facebook aurait pu restreindre le plaidoyer anti-avortement.

Le rapport de Kyl a déclaré: «Facebook a reconnu l’importance de notre évaluation et a pris certaines mesures pour répondre aux préoccupations que nous avons découvertes. Mais il reste encore beaucoup à faire pour répondre aux préoccupations des conservateurs. “

Don Jr. prétend être frappé par une interdiction de l’ombre

Une série de personnalités pro-Trump de haut niveau ont affirmé que Twitter et Instagram avaient rendu plus difficile la recherche de leurs comptes ou de leurs publications individuelles.

Donald Trump Jr.et Mark Meadows, à l’époque membre du Congrès et aujourd’hui chef de cabinet de Trump à la Maison Blanche, et Jim Jordan, un défenseur éminent de Trump, faisaient partie de ceux qui ont fait cette réclamation.

Trump Jr. a fait cette affirmation dans son livre, Triggered.

Twitter a nié être impliqué dans une telle pratique, mais a mis à jour son algorithme lorsque la controverse a éclaté en juillet 2016. Instagram – qui appartient à Facebook – a déclaré qu’il ne modifiait pas l’importance des publications pour des raisons politiques.

James Woods est banni de Twitter

L’acteur conservateur et tweeter de premier plan a été exclu de son compte en mai 2019 pour avoir tweeté: «  Si vous essayez de tuer le roi, vous ne devriez pas manquer  » # HangThemAll. “

Twitter: Candace Owens suspendue après avoir critiqué le verrouillage

La commentatrice conservatrice Candace Owens a tweeté plus tôt ce mois-ci: «Apparemment, @GovWhitmer pense qu’elle est une dictatrice dûment élue d’un pays socialiste. Les habitants du Michigan doivent lui tenir tête. Ouvrez vos entreprises. Aller au travail. La police pense qu’elle est folle aussi. Ils ne vont pas arrêter 10 000 000 de personnes pour aller travailler.

Un porte-parole de Twitter a confirmé que le tweet d’Owens avait violé sa politique de fake news Covid-19. Twitter a déclaré que le tweet serait supprimé et Owens signifierait un ‘timeout’ avant d’être autorisé à se reconnecter.

Google accusé de censure des opinions sur l’avortement, les droits des armes à feu, l’islam et le terrorisme sur sa plateforme YouTube

En février, Google a convaincu mercredi une cour d’appel fédérale de rejeter les allégations selon lesquelles YouTube aurait censuré illégalement l’Université Prager, une organisation à but non lucratif conservatrice dirigée par l’animateur de talk-show radio Dennis Prager.

PragerU a affirmé que l’opposition de YouTube à ses opinions politiques l’avait amené à étiqueter des dizaines de vidéos sur des sujets tels que l’avortement, les droits des armes à feu, l’islam et le terrorisme pour son paramètre «  Mode restreint  » et à empêcher les tiers de faire de la publicité sur les vidéos.

Écrivant pour la cour d’appel, la juge de circuit Margaret McKeown a déclaré que YouTube était un forum privé malgré son «  ubiquité  » et son accessibilité publique, et l’hébergement de vidéos n’en faisait pas un «  acteur d’État  » aux fins du premier amendement.

Le fléau de Clinton, Tulsi Gabbard, poursuit Google pour violation de la liberté d’expression

L’année dernière, elle a annoncé qu’elle poursuivait Google pour 50 millions de dollars après avoir suspendu son compte publicitaire dans les heures qui ont suivi un débat démocrate parce qu’il essayait de la faire taire.

Bien qu’elle soit démocrate, les idéaux nationalistes de Gabbard l’ont mise en désaccord avec le parti démocrate.

Hillary Clinton a suggéré que le vétéran de la guerre en Irak était un atout russe.

Tulsi Now Inc. a déclaré dans le procès déposé en juillet 2019 que Google avait violé son droit à la liberté d’expression et n’avait pas fourni de «  réponse directe  » pour suspendre son compte d’annonces.

Facebook, Apple, YouTube et Spotify interdisent Alex Jones d’Inforoute

En 2018, Facebook, Apple, YouTube et Spotify ont interdit les pages et le contenu d’Infowars et de l’hôte de l’émission Alex Jones.

Un porte-parole de Facebook a fait référence à un contenu qui, selon lui, glorifiait la violence et l’utilisation d’un langage déshumanisant pour décrire les musulmans et les migrants. Ceux-ci ont violé leurs politiques de violence graphique et de discours de haine.

Le porte-parole a noté que les théories du complot adoptées par Jones lors d’événements tels que les attentats du 11 septembre et les tirs à l’école de Sandy Hook n’étaient pas la raison de son interdiction.

YouTube a emboîté le pas quelques heures plus tard, tout comme Spotify, après qu’Apple a supprimé Jones de son répertoire de podcasts.

Laura Loomer bannie de Twitter après avoir affirmé qu’Ilhan Omar était «anti juif» et soutenu la loi de la charia

Cette décision intervient alors qu’une cour d’appel fédérale a confirmé cette semaine le rejet d’un procès qui accusait Twitter, Facebook et d’autres géants de la technologie de conspirer pour étouffer les opinions politiques de l’activiste d’extrême droite, Laura Loomer, et d’un organisme sans but lucratif conservateur, Freedom Watch.

En novembre 2018, Loomer s’est menottée aux portes du siège de Twitter à New York après que la société l’ait interdite. La société a suspendu définitivement le compte de Loomer, qui comptait plus de 260 000 abonnés, après avoir tweeté que la démocrate du Minnesota Ilhan Omar, l’une des deux premières femmes musulmanes à siéger au Congrès, était «  anti juive  » et soutenait la charia.

Facebook a également interdit Loomer, qui se présente pour un siège au Congrès de la Floride en tant que républicain.

En mars 2019, le juge de district américain Trevor McFadden a déclaré que leur poursuite soulevait des «  préoccupations non triviales  » mais n’a pas lié ces préoccupations à des réclamations légales viables.

La Chambre de commerce américaine a également fustigé la décision.

« Nous pensons que la liberté d’expression et le droit de faire du commerce sont fondamentaux pour le système américain de libre entreprise », a déclaré un responsable de la chambre dans un communiqué, a rapporté le New York Times.

«Quelles que soient les circonstances qui ont conduit à cela, ce n’est pas ainsi que les politiques publiques sont élaborées aux États-Unis. Un décret ne peut pas être correctement utilisé pour modifier la loi fédérale. “

Facebook a publié une déclaration disant que limiter la section de la loi sur les communications aurait pour effet inverse de protéger la liberté d’expression.

«Facebook est une plate-forme pour divers points de vue. Nous croyons en la protection de la liberté d’expression sur nos services, tout en protégeant notre communauté contre les contenus préjudiciables, y compris les contenus conçus pour empêcher les électeurs d’exercer leur droit de vote  », a-t-il déclaré, sur NBC News. reported sur Twitter.

«Ces règles s’appliquent à tout le monde. L’abrogation ou la limitation de la section 230 aura l’effet inverse. Cela limitera plus de discours en ligne, pas moins.

«En exposant les entreprises à une responsabilité potentielle pour tout ce que disent des milliards de personnes dans le monde, cela pénaliserait les entreprises qui choisissent d’autoriser les discours controversés et encouragerait les plateformes à censurer tout ce qui pourrait offenser quiconque

L’ordonnance indique qu’elle a reçu 16 000 réponses de partialité présumée et suggère qu’elles feront partie de l’enquête de la Federal Trade Commission.

L’ordonnance exige également que le procureur général établisse un groupe de travail comprenant des procureurs généraux des États qui examinera l’application des lois des États qui interdisent aux plateformes en ligne de se livrer à des actes déloyaux et trompeurs.

Et il indique que le groupe de l’AG devrait chercher à savoir qui effectue des vérifications factuelles pour les plateformes de médias sociaux et s’ils ont des «indices de parti pris».

Et les agences fédérales doivent être invitées à revoir leur publicité sur les plateformes de médias sociaux, qui valait 1,5 milliard de dollars au cours de la dernière décennie. Trump l’a décrit comme «des milliards et des milliards de dollars».

L’article 230 de la loi de 1996 est un bouclier contre les réseaux sociaux qui sont poursuivis pour ce que les gens publient sur leurs plateformes.

Il dit: « Aucun fournisseur ou utilisateur d’un service informatique interactif ne sera traité comme l’éditeur ou le locuteur des informations fournies par un autre fournisseur de contenu d’information. “

Il indique également que: «Aucun fournisseur ou utilisateur d’un service informatique interactif ne sera tenu responsable en raison de toute mesure prise volontairement de bonne foi pour restreindre l’accès ou la disponibilité de matériel que le fournisseur ou l’utilisateur considère comme obscène, obscène, lascif. , sale, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible, que ce matériel soit ou non protégé par la Constitution. “

Un éditeur ou un orateur peut normalement être poursuivi pour diffamation pour le contenu de son discours, mais en ne faisant pas partie de ceux-ci, toute tentative de poursuivre les géants des médias sociaux pour ce qui est écrit sur eux tombe au premier obstacle.

La loi de 1996 a permis à la Silicon Valley de gagner des milliards de dollars à partir des messages, des photos et des vidéos de ses utilisateurs, avec une responsabilité juridique minimale, tout en leur donnant la liberté de supprimer tout ce qu’ils considèrent comme « répréhensible ».

Quand il a été écrit, les médias sociaux n’existaient pas.

Depuis sa croissance explosive, les plateformes comme Twitter et Facebook ont ​​changé à plusieurs reprises.

Leurs algorithmes décident de l’ordre dans lequel les utilisateurs voient les nouveaux messages et peuvent être utilisés pour rendre un contenu particulier plus ou moins visible.

Cela a conduit les critiques à dire qu’ils se comportent comme des éditeurs – décidant ce que les gens lisent ou voient – et pas simplement comme des forums.

Le reste de la loi donne aux forums le pouvoir de fixer des normes pour le contenu, que les plateformes de médias sociaux ont utilisées comme base pour modérer le contenu et pour justifier l’existence d’algorithmes.

Les conservateurs – et de nombreux autres en dehors de la pensée dominante sur des sujets tels que l’histoire, le changement climatique et même le coronavirus – ont critiqué l’utilisation de l’article 230 en affirmant que la grande technologie a censuré le contenu sans être soumis à un examen minutieux.

Les sénateurs républicains Marco Rubio (FL) et Josh Hawley (MO) ont été parmi ceux qui ont critiqué Twitter pour avoir placé son drapeau de vérification des faits sur les tweets du président.

Rubio a déclaré: «  La loi protège toujours les sociétés de médias sociaux comme @Twitter parce qu’elles sont considérées comme des forums et non comme des éditeurs.

« Mais s’ils ont maintenant décidé d’exercer un rôle éditorial comme un éditeur, ils ne devraient plus être protégés de leur responsabilité et traités comme des éditeurs en vertu de la loi. “

Hawley, membre du comité judiciaire du Sénat, a déclaré que cela « soulève de sérieuses questions quant à savoir si Twitter visait le président pour des raisons politiques ».

Il n’y a cependant aucune possibilité qu’une Chambre démocratique adopte des réformes de la loi elle-même.

Cela laisse Trump essayer d’utiliser les pouvoirs de l’exécutif.

L’ordonnance interdit également aux contribuables fédéraux d’aller sur des plateformes en ligne qui «violent les principes de la liberté d’expression».

Mais un rapport de février dernier a montré que le gouvernement fédéral n’avait dépensé que 8 millions de dollars en publicités sur les réseaux sociaux en 2018.

L’idée d’élargir l’exposition juridique des plateformes a plus de poids.

En vertu de l’ordonnance, le secrétaire au Commerce déposerait une pétition pour une nouvelle réglementation de la FCC. Cela rendrait les plates-formes responsables lorsque les actions sont «trompeuses, prétextruelles ou incompatibles avec les conditions de service d’un fournisseur», ou lorsqu’elles sont prises avec «un préavis insuffisant» ou par une «explication déraisonnable».

Trump lui-même a largement utilisé les poursuites judiciaires et les menaces juridiques au cours de sa carrière. Les États-Unis ont découvert en 2016 que Trump et ses entreprises avaient été impliqués dans 3500 procès en trois décennies.

Les mouvements de Trump ont entraîné un recul immédiat.

« Cela ne fait que mettre en mouvement les forces de l’ordre et la réglementation contre une entreprise privée pour avoir interrogé le président », a déclaré Matt Schruers, président de la Computer and Communications Industry Association, selon le Washington Post.

L’ancienne commissaire de la FCC, Jessica Rosenworcel, a ajouté: «Les médias sociaux peuvent être frustrants. Mais un décret exécutif qui ferait de la Commission fédérale des communications la police du discours du président n’est pas la réponse.

Jesse Blumenthal, chef du groupe Stand Together soutenu par Koch, a déclaré qu’il était «simplement absurde» d’essayer de réécrire un statut clair par le biais d’un décret.

La première section de la règle contient un langage plus politique que technique, à la suite de rapports que l’administration s’est précipité pour l’éteindre.

Il qualifie la liberté d’expression de «fondement de la démocratie américaine» et affirme que le fait d’avoir un nombre limité de discours «triés sur le volet» est «fondamentalement anti-américain et antidémocratique».

Le commentateur conservateur Ben Shapiro a tweeté: «  Voici l’effet inévitable … toutes les sections de commentaires seront supprimées. Aucun site Web n’a les ressources nécessaires pour modifier activement tous les commentaires afin de se protéger de toute responsabilité, et aucun site Web n’est disposé à laisser les commentaires entièrement exempts de normes. “

Pachter a déclaré que la vérification des faits «  est une idée stupide de la part de Twitter  » et qu’au lieu de cela, ils devraient simplement supprimer les tweets signalés, avertir le délinquant ou les suspendre pour avoir enfreint ses règles.

Trump a affirmé mercredi dans un fil Twitter que les conservateurs étaient réduits au silence et réglementés de manière disproportionnée sur les sites de médias sociaux comme Twitter et Facebook, Twitter ayant publié des étiquettes d’avertissement «  trompeuses  » sur deux de ses tweets sur le vote par correspondance mardi.

“Republicans believe that social media platforms are completely silencing the voices of the Conservatives. Nous allons les réglementer fortement ou les fermer avant de pouvoir permettre que cela se produise  », a écrit le président sur son Twitter mercredi matin. « Nous avons vu ce qu’ils ont tenté de faire, et ont échoué, en 2016. Nous ne pouvons pas laisser une version plus sophistiquée se reproduire. “

L’avertissement a été émis après que Trump a réagi avec fureur à ce que deux de ses tweets soient étiquetés comme trompeurs, avec des liens vers des articles de presse suggérant qu’ils étaient faux.

En réponse à la «  vérification des faits  », le directeur de campagne de Trump, Brad Parscale, a déclaré: «  Nous avons toujours su que la Silicon Valley mettrait tout en œuvre pour entraver et interférer avec le président Trump qui transmettrait son message aux électeurs.

«  S’associer aux faux médias biaisés  » vérificateurs de faits  » n’est qu’un écran de fumée que Twitter utilise pour essayer de conférer à leurs tactiques politiques évidentes une fausse crédibilité. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la campagne Trump a retiré toutes nos publicités de Twitter il y a des mois, et leur parti pris politique clair en fait partie.

En revanche, Jack Dorsey de Twitter a refusé de retirer les tweets du président où il a vanté une théorie du complot réfutée selon laquelle l’hôte de MSNBC Joe Scarborough était impliqué dans la mort d’un membre du personnel alors qu’il était membre du Congrès républicain américain de Floride.

Les utilisateurs de Twitter, dont certains républicains, n’ont pas réagi avec bonté au président suggérant une augmentation des réglementations sur les sites de médias sociaux.

Jack Dorsey

Le président a souvent attaqué les géants des médias sociaux et les personnes qui les dirigent – même si le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a refusé de faire pression pour que certains tweets de Trump soient supprimés. In the photo: Facebook CEO Mark Zuckerberg (left) and Dorsey (right)

Twitter a publié une alerte au point d'exclamation bleu sous deux des tweets de Trump sur le potentiel de fraude avec le vote par correspondance, invitant les utilisateurs à `` obtenir les faits sur les bulletins de vote postal ''

Twitter a publié une alerte au point d’exclamation bleu sous deux des tweets de Trump sur le potentiel de fraude avec le vote par correspondance, invitant les utilisateurs à «  obtenir les faits sur les bulletins de vote postal  »

Les utilisateurs qui ont cliqué sur les points d'exclamation bleus sont ensuite redirigés vers une page expliquant pourquoi la réclamation n'a pas été étayée, y compris une affirmation selon laquelle la réclamation de Trump est `` fausse '' et qu'il n'y a `` aucune preuve '' que le vote par courrier électronique était lié à la fraude électorale

Les utilisateurs qui ont cliqué sur les points d’exclamation bleus sont ensuite redirigés vers une page expliquant pourquoi la réclamation n’a pas été étayée, y compris une affirmation selon laquelle la réclamation de Trump est «  fausse  » et qu’il n’y a «  aucune preuve  » que le vote par courrier électronique était lié à la fraude électorale

Mark Zuckerberg de Facebook poursuit Twitter pour sa vérification des faits de Trump

Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a critiqué le concurrent Twitter jeudi après avoir «  vérifié les faits  » les tweets de Donald Trump.

Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a immédiatement riposté en déclarant que le site continuerait à appeler «  des informations incorrectes ou contestées  » sur les élections partagées par les utilisateurs.

Dans son interview avec Fox, Zuckerberg de Facebook a déclaré que ce n’était pas la place de l’entreprise d’agir comme un «arbitre de la vérité».

« Nous avons une politique différente de, je pense, Twitter à ce sujet », a-t-il déclaré.

« Je crois fermement que Facebook ne devrait pas être l’arbitre de la vérité de tout ce que les gens disent en ligne », a-t-il ajouté.

“Private companies probably shouldn’t be, especially these platform companies, shouldn’t be able to. “

Dorsey a tweeté: «  Vérification des faits: il y a quelqu’un en fin de compte responsable de nos actions en tant qu’entreprise, et c’est moi. Please leave our employees out of this. We will continue to report incorrect or disputed information about elections around the world. Et nous admettrons et posséderons toutes les erreurs que nous commettons », a-t-il écrit.

« Conformément à notre politique d’intégrité civique, les tweets d’hier peuvent induire les gens en erreur en leur faisant croire qu’ils n’ont pas besoin de s’inscrire pour obtenir un bulletin de vote (seuls les électeurs inscrits reçoivent des bulletins de vote) », a-t-il ajouté. « Nous mettons à jour le lien sur le tweet de @ RealDonaldTrump pour que cela soit plus clair. “

Michael Pachter, analyste de recherche dans la société d’investissement Wedbush Securities, a déclaré à Fox Business: «  Twitter a élaboré une règle qui s’applique à une seule personne …

«  Ils ne traitent pas (Trump) comme ils traitent tout le monde. Ils ont élaboré un ensemble de règles distinct pour lui, qui vérifie les faits, car ils ont trop peur de son intimidation pour supprimer le tweet ou le suspendre.

L’éminente conservatrice Margot Cleveland, dont le travail a été présenté dans plusieurs publications d’actualités de droite, a pesé sur le fait de prétendre que toute organisation privée a le droit de décider quel discours peut ou ne peut pas figurer sur leur plateforme.

« Astuce de pro: Dire que Twitter viole votre droit constitutionnel à la liberté d’expression ou vos droits au premier amendement est wacko b / c Twitter n’est pas le gouvernement », a écrit Cleveland mercredi matin. «Dire que Twitter« étouffe la liberté d’expression »ne l’est pas. De puissantes organisations privées peuvent étouffer le discours. “

Le critique Trump et républicain George Conway, qui est marié à la conseillère de la Maison Blanche Kellyanne Conway, a republié un message de la porte-parole du département d’État qui contredisait le tweet du président.

«  Le porte-parole du département d’État, quelques heures après que le président des États-Unis a suggéré que le gouvernement puisse «  réglementer fortement  » les plateformes de médias sociaux ou les «  fermer  », a écrit Conway en guise de message.

Morgan Ortagus a tweeté depuis le compte-rendu officiel du porte-parole du département d’État: «Les gouvernements qui restreignent l’accès à Internet privent leurs citoyens des informations dont ils ont besoin pour rester en sécurité. #FreedomOfExpression en ligne et hors ligne est vital, en particulier pendant COVID-19. @StateDept est fier d’être un membre actif de @FO_Coalition. ‘

Kellyanne Conway a critiqué Twitter pour avoir signalé les tweets, s’en prenant à Yoel Roth, le responsable du site Twitter Integrity, lors d’une interview avec Fox & Friends mercredi.

Elle a même cité son pseudo Twitter sur la télévision en direct pour s’assurer que les républicains savaient où adresser leurs plaintes.

«  Ce type attaque constamment les électeurs de Trump, Trump, Mitch McConnell, vous l’appelez. Il est le chef de l’intégrité sur Twitter  », a déploré Conway.

« C’est horrible la façon dont il regarde les gens qui devraient autrement avoir une plate-forme gratuite et claire sur Twitter. “

Trump a également réaffirmé le thème de ses tweets signalés dans son tweet du mercredi matin: «  Tout comme nous ne pouvons pas laisser les bulletins de vote postal à grande échelle prendre racine dans notre pays. “

Trump estime que les bulletins de vote postaux augmenteront les risques de fraude électorale – et profiteront aux démocrates en 2020.

«  Ce serait gratuit pour tous sur la tricherie, la contrefaçon et le vol de bulletins de vote  », a insisté Trump. “Whoever cheats the most wins. Likewise, social media. Clean up your number, NOW !!!! ‘

Mardi, le président a tweeté que l’initiative de vote par correspondance de la Californie entraînerait une fraude électorale substantielle lors des élections générales de novembre.

Trump a accusé mardi soir que Twitter s'immisce dans l'élection présidentielle de 2020 en vérifiant ses tweets et en les signalant par des avertissements

Trump a accusé mardi soir que Twitter s’immisce dans l’élection présidentielle de 2020 en vérifiant ses tweets et en les signalant par des avertissements

Il a également accusé le géant de la technologie d'avoir `` étouffé la liberté d'expression '' dans une diatribe enflammée mardi.

Il a également accusé le géant de la technologie d’avoir «  étouffé la liberté d’expression  » dans une diatribe enflammée mardi.

Le responsable biaisé de Twitter «Site Integrity» a déjà appelé le président «une mandarine raciste»

Yoel Roth, dont le titre officiel sur Twitter est responsable de Site Integrity, a fait face à une réaction violente mercredi après que son histoire de tweets anti-Trump soit apparue moins de 24 heures après que le géant des médias sociaux ait mis en garde contre deux des tweets du président.

Yoel Roth, dont le titre officiel sur Twitter est responsable de l'intégrité du site

Yoel Roth, dont le titre officiel sur Twitter est responsable de l’intégrité du site

Dans un tweet de janvier 2017, Roth a qualifié l’administration Trump de «  nazis réels à la Maison Blanche  » et a tweeté en novembre 2016 que les survols d’États étaient racistes.

Il a également comparé le conseiller de Trump Kellyanne Conway au nazi Joseph Goebbels en disant: «  Aujourd’hui, sur Meet The Press, nous parlons avec Joseph Goebbels des 100 premiers jours …  » – Ce que j’entends chaque fois que Kellyanne est sur une émission de nouvelles.

La majorité des tweets de Roth critiquant Trump et son administration ont été publiés vers 2017.

Roth a commencé à travailler chez Twitter en 2015 en tant que partenaire de confiance des produits, selon son profil LinkedIn.

Il occupe son poste actuel de responsable de l’intégrité du site depuis près de deux ans.

Conway, qui est un conseiller de Trump, s’est déchaîné contre Roth dans une interview accordée à Fox & Friends mercredi et est allé jusqu’à donner sa poignée Twitter à la télévision en direct.

«  Ce type attaque constamment les électeurs de Trump, Trump, Mitch McConnell, vous l’appelez. Il est le chef de l’intégrité de Twitter  », a déclaré Conway.

« C’est horrible la façon dont il regarde les gens qui devraient autrement avoir une plate-forme gratuite et claire sur Twitter. “

«Il n’y a AUCUNE FAÇON (ZÉRO!) Que les bulletins de vote par correspondance soient rien de moins que substantiellement frauduleux. Les boîtes aux lettres seront volées, les bulletins de vote seront falsifiés et même imprimés illégalement et signés frauduleusement  », a écrit Trump mardi matin.

He then insinuated that non-citizens could get ballots.

«  Le gouverneur de Californie envoie des bulletins de vote à des millions de personnes, toute personne vivant dans l’État, peu importe qui ils sont ou comment ils y sont arrivés, en obtiendra un  », a-t-il poursuivi dans le discours de Twitter. « Cela sera suivi par des professionnels qui diront à toutes ces personnes, dont beaucoup n’ont même jamais pensé à voter auparavant, comment et pour qui voter. “

Trump a mis fin à la tirade de deux tweets en disant: «  Ce sera une élection truquée  ».

‘En aucune façon!’ a déclaré Trump, qui vote en Floride, absent.

Le président a utilisé un bulletin de vote postal pour voter à la primaire de Floride le mois dernier – une décision que son administration a défendue car il ne peut pas se présenter pour voter en personne lorsqu’il vit à Washington, D.C.

Mardi après-midi, Twitter avait signalé les tweets avec un point d’exclamation bleu invitant les utilisateurs à « obtenir les faits sur les bulletins de vote postal ».

Une autre page du site de médias sociaux qualifie les tweets de Trump de «non fondés», selon des vérificateurs des faits de CNN, du Washington Post et d’autres médias.

« Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur les processus de vote et ont été étiquetés pour fournir un contexte supplémentaire autour des bulletins de vote par correspondance », a déclaré une déclaration de Twitter.

Après le passage de Twitter, Trump a utilisé le site de médias sociaux qu’il attaque pour dénoncer sa décision de qualifier ses tweets de « trompeurs » et les a accusés de « réprimer la liberté d’expression ».

Il a menacé le géant de la technologie, déclarant qu’il ne l’autoriserait pas à continuer.

‘@Twitter s’immisce maintenant dans l’élection présidentielle de 2020. Ils disent que ma déclaration sur les bulletins de vote par correspondance, qui conduira à une corruption et une fraude massives, est incorrecte, sur la base d’une vérification des faits par Fake News CNN et l’Amazon Washington Post  », a écrit Trump mardi soir.

« Twitter étouffe complètement le DISCOURS LIBRE, et moi, en tant que président, je ne permettrai pas que cela se produise! » affirma-t-il.

La campagne 2020 de Trump n’a pas tardé à claquer la décision.

«  Nous avons toujours su que la Silicon Valley mettrait tout en œuvre pour entraver et interférer avec le fait que le président Trump transmette son message aux électeurs. Le partenariat avec les faux vérificateurs factuels des faux médias d’information n’est qu’un écran de fumée que Twitter utilise pour essayer de conférer à leurs tactiques politiques évidentes une fausse crédibilité. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la campagne Trump a retiré toutes nos publicités de Twitter il y a des mois, et leur parti pris politique clair en fait partie  », a déclaré le directeur de campagne Brad Parscale dans un communiqué.

For weeks, Trump has said that states, not wanting to expose the public who are voting to COVID-19, should not be implementing large-scale postal ballot plans.

The President made a distinction between absentee ballots, which he said could be used for special purposes, and governors sending each returning voter a return ballot.

« Je dois faire un absent parce que je vote en Floride et que je suis président et que je vis dans cette belle maison là-bas qui est peinte en blanc », a-t-il déclaré mardi au Rose Garden.

Trump’s tweets came after the National Republican Committee and two other GOP groups on Sunday filed a lawsuit against California Governor Gavin Newsom, who had signed an executive order to use mail-in ballots for the November elections.

«En Californie, le gouverneur, j’entends, envoie des millions de bulletins de vote dans tout l’État. Des millions, à n’importe qui. Les gens qui ne sont pas des citoyens, des illégaux, quiconque se promène en Californie va obtenir un bulletin de vote  », a déclaré Trump à la Maison Blanche mardi.

«Nous n’allons pas détruire ce comté en permettant que de telles choses se produisent. We are not destroying our country, ”he added.

Republicans have long suspected that facilitating the vote would elect more Democrats. Young people, for example, tend to be more democratic, but are also less likely to vote in person.

La Californie a été le premier État du pays à s’engager à envoyer des bulletins de vote postal à tous les électeurs inscrits pour les élections de novembre, ce qui répond à la pandémie de coronavirus.

«  Les démocrates continuent d’utiliser cette pandémie comme stratagème pour mettre en œuvre leur programme électoral partisan, et le décret du gouverneur Newsom est la dernière attaque directe contre l’intégrité de nos élections  », a déclaré la présidente du Comité national républicain, Ronna McDaniel, dans un communiqué.

« Aucun État qui mène des élections par correspondance n’envoie automatiquement des bulletins de vote aux électeurs inactifs car il encourage la fraude, la coercition, le vol et tout autre vote illégitime », a-t-il ajouté.

Le procès demande que l’ordonnance de Newsom soit interdite comme illégale et a été déposée par le RNC, le National Republican Congressional Committee et le California Republican Party.

Many studies have found little evidence of electoral fraud related to postal voting. Les démocrates disent qu’il est nécessaire de contrer les risques pour la santé liés au coronavirus en aidant à empêcher les foules dans les bureaux de vote.

President Trump continued to tweet about the death of Lori Klausutis on Tuesday, again suggesting that Joe Scarborough may have been the cause of his death

Le président Trump a continué de tweeter sur la mort de Lori Klausutis mardi, suggérant à nouveau que Joe Scarborough était peut-être à l’origine de sa mort

Mercredi dernier, Trump a dénoncé son intention d’étendre le vote par correspondance au Michigan et au Nevada, deux États clés du swing.

Il a brièvement menacé de suspendre le financement fédéral des deux États, mais a abandonné l’avertissement après une avalanche de critiques de la part des démocrates.

Depuis qu’il a remporté les élections de 2016 via l’Electoral College, mais qu’il a perdu le vote populaire contre Hillary Clinton, le président a allégué que «  des millions  » de personnes avaient voté illégalement en Californie et c’est ainsi que Clinton avait un tel avantage.

Il n’y avait aucune preuve de fraude électorale à grande échelle lors de l’élection présidentielle de 2016.

LIRE L’ORDRE EXÉCUTIF COMPLET DE DONALD TRUMP SUR LE «BIAS» SUR LES MÉDIAS SOCIAUX

PREVENTING CENSORSHIP ONLINE

Par l’autorité qui m’est confiée en tant que président par la Constitution et les lois des États-Unis d’Amérique, il est ordonné comme suit:

Section 1. Policy.

La liberté d’expression est le fondement de la démocratie américaine. Our founding fathers protected this sacred right with the first amendment to the Constitution. La liberté d’exprimer et de débattre des idées est le fondement de tous nos droits en tant que peuple libre.

Dans un pays qui chérit depuis longtemps la liberté d’expression, nous ne pouvons pas permettre à un nombre limité de plateformes en ligne de choisir à la main le discours auquel les Américains peuvent accéder et transmettre sur Internet. This practice is fundamentally anti-American and anti-democratic. Lorsque de grandes et puissantes sociétés de médias sociaux censurent des opinions avec lesquelles elles ne sont pas d’accord, elles exercent un pouvoir dangereux. Ils cessent de fonctionner comme des tableaux d’affichage passifs et doivent être vus et traités comme des créateurs de contenu.

La croissance des plateformes en ligne au cours des dernières années soulève d’importantes questions sur l’application des idéaux du premier amendement aux technologies de communication modernes. Aujourd’hui, de nombreux Américains suivent l’actualité, restent en contact avec leurs amis et leur famille et partagent leurs points de vue sur les événements actuels via les médias sociaux et d’autres plateformes en ligne. En conséquence, ces plates-formes fonctionnent à bien des égards comme l’équivalent du 21e siècle de la place publique.

Twitter, Facebook, Instagram et YouTube possèdent un pouvoir immense, sinon sans précédent, pour façonner l’interprétation des événements publics; censor, delete or delete information; and control what people see or don’t see.

En tant que président, j’ai clairement exprimé mon engagement en faveur d’un débat libre et ouvert sur Internet. Such a debate is just as important online as it is in our universities, town halls and homes. It is essential to the maintenance of our democracy.

Online platforms engage in selective censorship that undermines our national discourse. Des dizaines de milliers d’Américains ont signalé, entre autres comportements troublants, que les plateformes en ligne «signalaient» le contenu comme inapproprié, même s’il ne violait aucune des conditions de service énoncées; apporter des changements inopinés et inexpliqués aux politiques de l’entreprise qui ont pour effet de défavoriser certains points de vue; and deletion of content and entire accounts without warning, justification and without recourse.

Twitter décide désormais de manière sélective d’apposer une étiquette d’avertissement sur certains tweets d’une manière qui reflète clairement les préjugés politiques. Comme cela a été rapporté, Twitter ne semble jamais avoir placé une telle étiquette sur le tweet d’un autre politicien. Pas plus tard que la semaine dernière, le représentant Adam Schiff continuait d’induire ses abonnés en erreur en colportant le canular russe de collusion, longtemps réfuté, et Twitter n’a pas signalé ces tweets. Not surprisingly, his officer in charge of the so-called “site integrity” displayed his political bias in his own tweets.

Dans le même temps, les plateformes en ligne invoquent des justifications incohérentes, irrationnelles et sans fondement pour censurer ou restreindre autrement le discours des Américains ici au pays, plusieurs plateformes en ligne profitent de l’agression et de la désinformation propagées par des gouvernements étrangers comme la Chine et en promeuvent. Une entreprise américaine, par exemple, a créé un moteur de recherche pour le Parti communiste chinois qui aurait mis sur liste noire les recherches sur les «  droits de l’homme  », a caché des données défavorables au Parti communiste chinois et a suivi les utilisateurs jugés appropriés pour la surveillance. It has also established research partnerships in China that provide direct benefits to the Chinese military. D’autres entreprises ont accepté des publicités payées par le gouvernement chinois qui diffusent de fausses informations sur l’emprisonnement de masse des minorités religieuses en Chine, permettant ainsi ces violations des droits de l’homme. Ils ont également amplifié la propagande de la Chine à l’étranger, notamment en permettant aux responsables du gouvernement chinois d’utiliser leurs plateformes pour diffuser des informations erronées sur les origines de la pandémie de COVID-19 et pour saper les manifestations pro-démocratiques à Hong Kong.

En tant que nation, nous devons favoriser et protéger divers points de vue dans l’environnement de communications numériques d’aujourd’hui où tous les Américains peuvent et doivent avoir une voix. Nous devons rechercher la transparence et la responsabilité des plateformes en ligne, et encourager les normes et les outils pour protéger et préserver l’intégrité et l’ouverture du discours américain et la liberté d’expression.

Second. 2. Protections against online censorship.

(une)

La politique des États-Unis est de favoriser des règles de base claires favorisant un débat libre et ouvert sur Internet. Parmi les règles de base régissant ce débat figure l’immunité de responsabilité créée par l’article 230 (c) de la Communications Decency Act (article 230 (c)). 47 U.S.C. 230 c). La politique des États-Unis consiste à clarifier la portée de cette immunité: l’immunité ne doit pas s’étendre au-delà de son texte et de son objet pour protéger ceux qui prétendent offrir aux utilisateurs un forum pour la liberté de parole et la liberté d’expression, mais en réalité, l’utilisation leur pouvoir sur un moyen de communication vital pour s’engager dans des actions trompeuses ou prétextuelles étouffant le débat libre et ouvert en censurant certains points de vue.

L’article 230 (c) a été conçu pour répondre aux premières décisions de justice jugeant que, si une plateforme en ligne restreignait l’accès à certains contenus publiés par d’autres, elle deviendrait ainsi un «éditeur» de tout le contenu affiché sur son site à des fins de délits tels que diffamation. Comme le titre de l’article 230 (c) l’indique clairement, la disposition offre une «  protection  » à responsabilité limitée au fournisseur d’un service informatique interactif (comme une plate-forme en ligne) qui se livre à un «  blocage bon samaritain  » de contenu préjudiciable. In particular, Congress sought to provide protections for online platforms that attempted to protect minors from harmful content and aimed to ensure that these providers would not be discouraged from removing harmful material. Cette disposition visait également à promouvoir la vision expresse du Congrès selon laquelle Internet est un «forum pour une véritable diversité de discours politique». 47 U.S.C. 230 a) 3). The limited protections provided by law must be interpreted taking these objectives into account.

En particulier, l’alinéa c) (2) traite expressément des protections contre la «responsabilité civile» et précise qu’un fournisseur de services informatiques interactifs ne peut être tenu responsable «en raison de» sa décision de «bonne foi» de restreindre l’accès au contenu qu’il considère comme «obscène, obscène, lascif, sale, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible». Les États-Unis ont pour politique de veiller à ce que, dans toute la mesure permise par la loi, cette disposition ne soit pas faussée pour protéger la responsabilité des plates-formes en ligne qui – loin d’agir de «  bonne foi  » pour supprimer le contenu répréhensible – au lieu de cela, engager des actions trompeuses ou prétextuelles (souvent contraires à leurs conditions de service déclarées) pour étouffer les points de vue avec lesquels ils ne sont pas d’accord. L’article 230 n’était pas destiné à permettre à une poignée d’entreprises de devenir des titans contrôlant des voies vitales pour notre discours national sous prétexte de promouvoir des forums ouverts pour le débat, puis de fournir à ces mastodontes une immunité globale lorsqu’ils utilisent leur pouvoir pour censurer le contenu et le silence points de vue qu’ils n’aiment pas. Lorsqu’un fournisseur de services informatiques interactifs supprime ou restreint l’accès au contenu et que ses actions ne répondent pas aux critères du sous-alinéa c) (2) (A), il se livre à une conduite éditoriale. Les États-Unis ont pour politique qu’un tel fournisseur devrait correctement perdre le bouclier de responsabilité limitée du sous-alinéa c) (2) (A) et être exposé à une responsabilité comme tout éditeur et éditeur traditionnel qui n’est pas un fournisseur en ligne.

b)

Pour faire avancer la politique décrite à l’alinéa a) de cette section, tous les ministères et organismes exécutifs devraient s’assurer que leur application de l’article 230 c) reflète correctement le but étroit de l’article et prendre toutes les mesures appropriées à cet égard. In addition, within 60 days of the date of this order, the Secretary of Commerce (Secretary), in consultation with the Attorney General and acting through the National Telecommunications and Information Administration (NTIA), will file a request for regulation with the federal government. Communications Commission (FCC) asking the FCC to quickly propose a rule to clarify:

  • (i) l’interaction entre les sous-alinéas c) (1) et (c) (2) de l’article 230, en particulier pour clarifier et déterminer les circonstances dans lesquelles un fournisseur d’un service informatique interactif qui restreint l’accès au contenu d’une manière non spécifiquement protégé par le sous-alinéa c) (2) (A) peut également ne pas être en mesure de demander la protection en vertu du sous-alinéa (c) (1), qui stipule simplement qu’un fournisseur ne doit pas être traité comme un éditeur ou un orateur pour avoir fait un tiers le contenu disponible et n’adresse pas la responsabilité du fournisseur pour ses propres décisions éditoriales;
  • (ii) les conditions dans lesquelles une mesure restreignant l’accès ou la disponibilité de matériel n’est pas «prise de bonne foi» au sens du sous-alinéa c) (2) (A) de l’article 230, en particulier si des mesures peuvent être «prises en de bonne foi »s’ils sont:

(A) trompeuses, prétextuelles ou incompatibles avec les conditions de service d’un fournisseur; or

(B) prises après avoir omis de fournir un préavis adéquat, une explication motivée ou une occasion significative d’être entendu; and

  • (iii) any other proposed settlement that NTIA enters into may be appropriate to further the policy described in paragraph (a) of this section.

Second. 3. Protéger les dollars des contribuables fédéraux contre le financement de plateformes en ligne qui restreignent la liberté d’expression.

(a) The head of each executive department and agency (agency) reviews his agency’s federal spending on advertising and marketing paid to online platforms. Cet examen doit inclure le montant d’argent dépensé, les plateformes en ligne qui reçoivent des dollars fédéraux et les autorités statutaires disponibles pour restreindre leur réception de dollars publicitaires.

(b) Within 30 days of the date of this order, the head of each agency reports its findings to the director of the Office of Management and Budget.

(c) The Department of Justice reviews the viewpoint-based speech restrictions imposed by each online platform identified in the report described in paragraph (b) of this section and assesses whether online platforms are problematic vehicles for government speech due to discrimination of views, deception towards consumers or other bad practices.

Second. 4. Examen fédéral des actes ou pratiques déloyales ou trompeuses.

a) Les États-Unis ont pour politique que les grandes plateformes en ligne, telles que Twitter et Facebook, en tant que moyens essentiels de promouvoir la libre circulation des idées et des paroles aujourd’hui, ne devraient pas restreindre la parole protégée. La Cour suprême a noté que les sites de médias sociaux, en tant que place publique moderne, «peuvent fournir les mécanismes les plus puissants à la disposition d’un simple citoyen pour faire entendre sa voix». Packingham v. North Carolina, 137 S. Ct. 1730, 1737 (2017). Communication through these channels has become important for meaningful participation in American democracy, including addressing petitions to elected leaders. Ces sites offrent au public un forum important permettant à d’autres de s’engager dans la liberté d’expression et de débat. See PruneYard Shopping Center v. Robins, 447 U.S. 74, 85-89 (1980).

(b) In May 2019, the White House launched a technology bias reporting tool to allow Americans to report incidents of censorship online. In just a few weeks, the White House received more than 16,000 complaints from online platforms censoring or taking action against users based on their political views. The White House will submit these complaints received to the Department of Justice and the Federal Trade Commission (FTC).

(c) La FTC doit envisager de prendre des mesures, comme il convient et conformément à la loi applicable, pour interdire les actes ou pratiques déloyales ou trompeuses dans le commerce ou affectant le commerce, conformément à l’article 45 du titre 15 du Code des États-Unis. Ces actes ou pratiques déloyales ou trompeuses peuvent comprendre des pratiques d’entités visées par l’article 230 qui restreignent le discours d’une manière qui ne correspond pas aux représentations publiques de ces entités au sujet de ces pratiques.

(d) Pour les grandes plateformes en ligne qui sont de vastes arènes de débat public, y compris la plate-forme de médias sociaux Twitter, la FTC doit également, conformément à son autorité légale, examiner si les plaintes alléguent des violations de la loi qui impliquent les politiques énoncées à l’article 4 ( a) de cette ordonnance. La FTC devra envisager d’élaborer un rapport décrivant ces plaintes et de le rendre public, conformément à la loi applicable.

Second. 5. Examen par l’État des actes ou pratiques déloyaux ou trompeurs et des lois anti-discrimination.

a) Le procureur général crée un groupe de travail sur l’application potentielle des lois des États qui interdisent aux plateformes en ligne de se livrer à des actes ou pratiques déloyaux ou trompeurs. The task force will also develop model legislation for consideration by state legislatures where existing laws do not protect Americans from such unfair and deceptive acts and practices. Le groupe de travail invitera les procureurs généraux des États pour discussion et consultation, selon qu’il conviendra et conformément à la législation applicable.

(b) Les plaintes décrites à l’article 4 (b) de la présente ordonnance seront partagées avec le groupe de travail, conformément à la loi applicable. The working group also collects publicly available information regarding:

  • (i) une surveillance accrue des utilisateurs en fonction des autres utilisateurs qu’ils choisissent de suivre ou de leurs interactions avec d’autres utilisateurs;
  • (ii) des algorithmes pour supprimer le contenu ou les utilisateurs sur la base d’indications d’alignement politique ou de point de vue;
  • (iii) des politiques différentielles permettant un comportement autrement inadmissible, lorsqu’elles sont commises par des comptes associés au Parti communiste chinois ou à d’autres associations ou gouvernements anti-démocratiques;
  • (iv) le recours à des entités tierces, y compris des sous-traitants, des médias

les organisations et les individus, avec des indices de parti pris pour examiner le contenu; and

  • (v) les actes qui limitent la capacité des utilisateurs ayant des points de vue particuliers à gagner de l’argent sur la plate-forme par rapport à d’autres utilisateurs situés de manière similaire.

Second. 6. Législation.

The Attorney General must develop a federal bill that would be useful in furthering the policy objectives of this order.

Second. 7. Définition.

Aux fins de cette commande, le terme «plate-forme en ligne» désigne tout site Web ou application qui permet aux utilisateurs de créer et de partager du contenu ou de s’engager dans les réseaux sociaux, ou tout moteur de recherche général.

Second. 8. Dispositions générales.

(a) Nothing in this order should be construed to affect or otherwise affect:

  • (i) l’autorité conférée par la loi à un département ou organisme exécutif, ou à son chef; or
  • ii) les fonctions du directeur de l’Office de gestion et du budget relatives aux propositions budgétaires, administratives ou législatives.

(b) This order will be enforced in accordance with applicable law and subject to the availability of credits.

(c) La présente ordonnance n’est pas destinée à créer et ne crée aucun droit ou avantage, substantiel ou procédural, exécutoire en droit ou en équité par une partie contre les États-Unis, ses départements, agences ou entités, ses dirigeants, employés ou des agents ou toute autre personne.

DONALD J. TRUMP

LA MAISON BLANCHE,

28 mai 2020.

Quelle est la vérité sur le Tweet vérifié par Trump? Twitter ne répond pas à la question la plus controversée de la politique américaine: la fraude pourrait-elle faire basculer une élection présidentielle?

Twitter a déclenché une guerre avec Donald Trump en joignant une vérification des faits à ses tweets sur les bulletins de vote postaux mardi, les qualifiant de trompeurs et qualifiant certaines de ses affirmations de «  fausses  ».

Sa décision met immédiatement la plate-forme de médias sociaux en contradiction avec Trump et son Parti républicain.

Twitter n’a pas expliqué pourquoi il avait choisi ces tweets en particulier, ni comment il avait assemblé sa propre vérification des faits.

De plus, son responsable de l’intégrité du site, Yoel Roth, a été plongé au centre de la rangée avec son histoire de tweets anti-Trump faisant surface.

Ici, nous analysons la controverse sur les réclamations en duel sur la fraude.

Ce que Donald Trump a dit

Ce que Twitter a dit

Décomposer les revendications de chaque partie

Ce que Trump a dit: There is NO (ZERO!) WAY That postal ballots are anything less than substantially fraudulent.

C’est le cœur de la campagne anti-mailing de Trump – et des républicains. Mais il est impossible de prouver ou de réfuter entièrement car c’est une prédiction.

Il existe cependant des preuves substantielles que les bulletins de vote postal ne sont pas «substantiellement» frauduleux: ils sont utilisés universellement dans cinq États – Colorado, Hawaï, Oregon, Washington et Utah. L’Oregon a été le premier à envoyer tous les envois postaux en 2000.

Cela signifie que chaque électeur reçoit un bulletin de vote à l’avance, qu’il peut soit retourner rempli lors du vote anticipé par la poste ou en personne dans un bureau de vote, ou le porter inachevé dans un bureau de vote le jour du scrutin.

Aucun de ces États n’a été touché par une augmentation des allégations de fraude électorale qui rendraient leurs élections «substantiellement frauduleuses».

En Oregon, par exemple, le bureau du secrétaire d’État a renvoyé 57 cas de fraude possible aux procureurs, ce qui a donné lieu à 10 poursuites après les élections présidentielles de 2016.

Parmi eux, une étudiante qui a voté au Colorado et en Oregon lorsque ses parents lui ont envoyé un bulletin de vote de la maison et une femme qui a voté pour elle-même et sa fille.

Systèmes distants: la façon dont les gens soumettent les bulletins de vote postal varie selon les États. Dans le Maryland, une élection spéciale tenue le mois dernier pour occuper le siège de feu Elijah Cummings a vu des personnes capables de déposer des bulletins de vote dans une boîte dans les centres de vote, plutôt que de rentrer à l'intérieur

Systèmes distants: la façon dont les gens soumettent les bulletins de vote postal varie selon les États. Dans le Maryland, une élection spéciale tenue le mois dernier pour occuper le siège de feu Elijah Cummings a vu des personnes capables de déposer des bulletins de vote dans une boîte dans les centres de vote, plutôt que de rentrer à l’intérieur

Dépouillement des absents: c'est ainsi que les bulletins de vote des absents sont comptés dans de nombreux domaines, en l'occurrence à Cleveland en avril pour les élections des conseils de comté

Dépouillement des absents: c’est ainsi que les bulletins de vote des absents sont comptés dans de nombreux domaines, en l’occurrence à Cleveland en avril pour les élections des conseils de comté

Quant à la façon dont ces 10 cas auraient changé les élections, quatre étaient démocrates, un républicain, un libertaire et quatre non affiliés; L’Oregon a voté pour Hillary Clinton par 1002106 à 782403 pour Donald Trump.

La petite échelle des cas poursuivis est un modèle à travers le pays: la Maison Blanche a mis en évidence un rapport de la Conservative Heritage Foundation qui gère une base de données des cas de fraude, mais elle a réussi à trouver un peu plus de 1000 cas de tous types de fraude remontant jusqu’en 1994, couvrant les élections à tous les niveaux.

De même, en 2012, une enquête à grande échelle commandée par la Fondation Knight a révélé 491 cas de fraude par scrutin par correspondance au cours des 12 dernières années.

Il a déclaré que ce niveau semblait être plus élevé que lors du vote en personne; au cours de la même période, il n’a trouvé que 10 cas d’usurpation de l’identité d’autres électeurs dans un bureau de vote.

Cependant, au cours de cette même période, le nombre total de votes exprimés par les Américains atteint des milliards et il n’y a eu aucun cas où les élections d’un État entier ont été déclarées «  substantiellement frauduleuses  » ou quoi que ce soit équivalent.

En fait, les niveaux de fraude découverts après enquête sont toujours extrêmement bas.

Par exemple, le procureur américain de Caroline du Nord a ordonné un audit des élections de 2016, où plus de 4,5 millions de bulletins de vote ont été déposés dans un État qui a voté pour Trump, mais est maintenant considéré comme un possible État de swing.

Il a révélé ce qui suit – en fait, environ 500 votes qui n’étaient pas éligibles:

  • 400 criminels présumés et 41 non-citoyens ont voté illégalement
  • 34 citoyens se sont vu refuser à tort le droit de vote parce qu’ils ont été déclarés à tort inadmissibles
  • deux cas suspects d’usurpation d’identité d’électeurs – il n’a pas été précisé si c’était en personne ou par courrier
  • 24 personnes qui ont voté deux fois, principalement dans d’autres États.

L’exercice suggère que les chiffres étaient beaucoup trop faibles pour modifier les résultats de l’élection. Si elle se traduisait par des États avec des marges plus étroites – comme le Michigan – une telle ampleur de la fraude ne changerait rien au résultat.

Analyse: Il est impossible de réfuter l’affirmation de Trump selon laquelle le vote sera «  substantiellement frauduleux  », mais il n’a aucune preuve à l’appui. Le vote par correspondance existe depuis de nombreuses années avec un niveau de fraude très faible, mais il semble être plus élevé que la fraude pour vote en personne. L’utilisation par Trump du mot «  substantiellement  » va à l’encontre de l’expérience passée

Trump: les boîtes aux lettres seront volées

Le vol de courrier est un problème constant pour le service postal, mais il ne semble pas y avoir de poursuites où l’intention était de voler des bulletins de vote.

Des bulletins ont cependant été volés avec d’autres objets; à Anchorage, en Alaska, en 2018, KTUU a signalé que 46 bulletins de vote et autre courrier détrempé ont été trouvés dans un banc de neige après avoir été portés disparus dans un ensemble de boîtes aux lettres.

Ils ont été restitués, annulés et de nouveaux bulletins de vote ont été distribués aux électeurs concernés. Les codes à barres sur les formulaires de vote permettent de les retrouver.

Le risque le plus élevé est simplement que les gens perdent leur droit de vote lorsque le courrier est volé.

Analyse: peu probable – au mieux – liée à la fraude électorale

Trump: les bulletins de vote seront falsifiés

Trump n’attache aucun numéro à cette affirmation ou précise ce qu’il veut dire, mais il semble suggérer que de faux bulletins de vote seront effectués.

C’est très difficile à réaliser – chaque état utilise des méthodes de sécurité différentes mais tous ont des méthodes pour empêcher la contrefaçon. Il ne semble pas y avoir de cas de bulletins de vote entièrement falsifiés.

Analyse: hautement improbable

Trump: les bulletins de vote seront «  imprimés illégalement  »

On ne sait pas exactement ce que Trump veut dire avec cela, ce qui le rend difficile à analyser.

Il peut signifier que les bulletins de vote sont délivrés en trop grand nombre ou aux immigrants illégaux.

La sécurité peut être vérifiée: les responsables électoraux disent qu'ils vérifient la falsification des enveloppes et que les signatures correspondent à celles du dossier

La sécurité peut être vérifiée: les responsables électoraux disent qu’ils vérifient la falsification des enveloppes et que les signatures correspondent à celles du dossier

Le nombre de demandes de vote par correspondance ou de bulletins de vote émis a été un point de discorde de longue date entre républicains et démocrates.

Des groupes républicains, dont Judicial Watch, ont poursuivi un certain nombre d’États – dont la Californie – affirmant qu’ils délivraient des bulletins de vote aux électeurs disparus, qui étaient peut-être décédés ou avaient déménagé.

Les républicains ont largement contribué à «purger» les listes électorales et à introduire des lois de vote à utiliser ou à perdre, que la Cour suprême a confirmées comme constitutionnelles.

La Californie a réglé une affaire avec le groupe en 2017, acceptant de contacter 1,5 million de personnes qui étaient peut-être des électeurs inactifs et de les retirer de la liste électorale s’ils ne répondaient pas.

Cependant, dans l’Ohio, le secrétaire d’État républicain a publié une liste des «électeurs inactifs» à purger, seulement pour que des dizaines de milliers de noms sur la liste soient découverts comme des erreurs qui étaient encore des électeurs actifs.

Analyse: confus au mieux

Trump: les bulletins de vote seront frauduleusement signés

La falsification de signatures pour usurper l’identité d’un autre électeur semble être la forme de fraude la plus courante – mais elle est toujours extrêmement rare.

Le cas le plus important pour aider la revendication de Trump est, ironiquement, un cas impliquant des républicains en Caroline du Nord.

Là, l’élection de 2018 pour le 9e district a été annulée en raison de soupçons qu’un entrepreneur républicain pour Mark Harris avait «  récolté  » des bulletins de vote et les avait ensuite remplis par des membres de son personnel.

Les bulletins de vote postal sont devenus républicains de 60%, mais seulement 16% de ceux qui les ont utilisés étaient inscrits au parti; Harris a «gagné» par une marge très mince de 905 voix.

Fraudeur réel: Lesley Dowless a été payé jusqu'à 5 $ par vote absent par les républicains lors d'une élection qui a été annulée en raison de sa fraude

Fraudeur réel: Lesley Dowless a été payé jusqu’à 5 $ par vote absent par les républicains lors d’une élection qui a été annulée en raison de sa fraude

L’entrepreneur, Leslie Dowless, a demandé à son personnel de faire du porte-à-porte dans le comté de Bladen et d’offrir une «assistance» aux gens pour demander puis remplir les bulletins de vote; sa belle-fille a admis qu’elle les avait simplement signées elle-même. La plupart des cibles étaient afro-américaines.

Ils avaient fait de même pour la primaire et Harris avait battu le titulaire, avec 437 bulletins de vote postal pour Harris, le challenger, à seulement 17 pour le titulaire.

La fraude était la plus importante de l’histoire moderne, et il y avait déjà eu des avertissements concernant la conduite suspecte de Dowless, mais il n’avait pas fait l’objet d’une enquête.

L’ampleur réelle des crimes de Dowless – et le nombre de bulletins de vote «frauduleusement signés» restent flous. Au total, 437 ont été soumis au primaire et il a été inculpé de cas types dans le cadre du parquet général.

La dernière fois qu’une élection du Congrès a été annulée, c’était en 1974, et le nouveau scrutin était le premier jamais ordonné en raison d’une fraude.

Le motif de Dowless était d’ordre financier, après avoir facturé 5 $ aux républicains par vote absent, il «a aidé».

Cependant, l’ampleur de la fraude qui serait nécessaire pour influencer une élection présidentielle est beaucoup plus grande que Dowless ne fonctionnait, et rien ne prouve que quelque chose de cette ampleur se soit produit.

En dehors de toute autre chose, à 5 $ par vote, le coût serait énorme.

Les responsables électoraux disent qu’ils ont deux niveaux de contrôles en place pour empêcher les signatures frauduleuses – premièrement, l’inspection pour la falsification des enveloppes, et deuxièmement la vérification de la signature.

Cela est en soi semé d’embûches, notamment le fait que les signatures des gens peuvent changer avec le temps, mais il a été présenté par les responsables des deux parties comme un système robuste qui empêche la fraude.

Analyse: Une telle fraude se produit sans aucun doute mais l’échelle impliquée est minuscule par rapport à l’échelle du vote. Ironiquement, la meilleure preuve pour le cas de Trump implique son propre parti

Trump: Le gouverneur de Californie envoie des bulletins de vote à … toute personne vivant dans l’État, peu importe qui ils sont ou comment ils y sont arrivés, en obtiendra un

Le décret de Gavin Newsom stipule que les bulletins de vote iront aux électeurs inscrits.

Trump suggère qu’ils iront aux immigrants illégaux, qui ne peuvent pas s’inscrire pour voter.

En termes simples, tant que le registre des électeurs est exact, il n’y a aucune chance qu’ils parviennent aux immigrants illégaux.

Il y a eu des cas de non-citoyens qui ont été enregistrés par erreur, dont 1500 qui ont été envoyés par erreur en juin 2018 après une erreur au DMV en Californie.

Cependant, on ne sait pas combien d’entre eux étaient des immigrants illégaux plutôt que des immigrants légaux ou des moins de 18 ans, et on ne sait pas non plus combien – le cas échéant – ont voté. S’ils avaient voté, ils auraient été pénalement responsables.

Contrairement à un potentiel de 1 500 votes illégaux, plus de 6,6 millions de bulletins de vote ont été déposés dans cette primaire en Californie.

Analyse: Trump a tort – tant que la liste électorale de la Californie est à jour

Trump: des professionnels qui disent à toutes ces personnes, dont beaucoup n’ont même jamais pensé à voter auparavant, comment et pour qui voter

Trump fait référence à la pratique connue des républicains sous le nom de «  récolte des bulletins de vote  », où des groupes politiquement alignés collectent des bulletins de vote postal et les renvoient pour le comptage.

La collecte des bulletins de vote fait partie des domaines les plus compliqués du droit électoral et la question de savoir si et comment elle est autorisée varie d’un État à l’autre.

Certains États – dont le Texas – ont explicitement interdit à quiconque renvoyant un bulletin de vote par correspondance ou autorisant uniquement un membre de sa famille à le faire.

Mais d’autres n’ont pas de telles restrictions, et il n’y a pas de loi fédérale à ce sujet. En Arizona, une tentative d’interdiction a été jugée contraire à la loi sur les droits de vote.

Globalement, 27 États autorisent les tiers à collecter et à retourner les bulletins de vote, mais avec une mosaïque de restrictions; par exemple, au Colorado, une personne ne peut pas renvoyer plus de 10 bulletins de vote.

La Californie a modifié la loi afin qu’au cours du cycle 2018, des groupes tiers puissent encourager les gens à remplir des bulletins de vote postal et à les récupérer. La principale restriction est que les collecteurs ne peuvent pas être payés par bulletin de vote.

Les républicains disent que cela a contribué à une vague bleue qui a submergé leurs membres du Congrès dans l’État – bien que la vague bleue se soit répétée à travers le pays.

Il n’y a rien de mal dans aucun État à demander à des personnes qui n’ont pas voté d’envisager de voter – en fait, c’est la base de nombreuses campagnes, telles que des volontaires des deux partis poussant les personnes âgées à voter le jour des élections – ou d’ailleurs à les faire pression sur pour qui ils devraient voter.

Ce qui est tout à fait vrai, c’est que là où la récolte des bulletins de vote est légale, et ce ne sont pas seulement les démocrates qui pensent cela.

Devin Nunes, l’un des défenseurs du Congrès les plus fidèles de Trump et un républicain de Californie a déclaré à Fox News ce mois-ci qu’une «  opération de collecte de bulletins de vote robuste  » était vitale pour le parti en novembre.

«Je déteste dire cela parce que c’est illégal dans 49 États», a-t-il déclaré, en énonçant mal la complexité de la loi.

La fraude associée à la récolte des bulletins de vote ne semble pas avoir été officiellement signalée en Californie, mais certains républicains ont proposé des suggestions anecdotiques selon lesquelles elle a pris de l’ampleur en 2018.

Là où la fraude à la récolte des bulletins de vote s’est définitivement produite, comme dans le 9e district de Caroline du Nord en 2018, lorsque l’agent républicain Leslie Dowless a illégalement persuadé les électeurs soit de remplir une demande par courrier et de voter pour son parti, soit de demander à son personnel de les remplir lui-même.

L’État interdit toute manipulation d’un bulletin de vote par un tiers, mais Dowless l’a fait à une échelle suffisante pour annuler une élection au Congrès pour la première fois depuis 1974.

Analyse: ce que Trump dit se produira n’est pas nécessairement illégal sous quelque forme que ce soit, mais peut dépendre de l’État. Il a été pratiqué illégalement à grande échelle dans un cas bien connu – au profit des républicains

Twitter: Trump a faussement affirmé que les bulletins de vote postaux conduiraient à «  des élections truquées  ». Cependant, les vérificateurs des faits disent qu’il n’y a aucune preuve que les bulletins de vote postal soient liés à la fraude électorale.

Il existe des preuves que les bulletins de vote postal sont liés à la fraude – des cas ont été poursuivis après chaque cycle électoral.

La question qui divise politiquement est l’ampleur de son évolution.

Trump a affirmé à plusieurs reprises qu’il s’agissait de «  millions  » de votes, mais il n’y a jamais eu de preuve qu’il a raison.

Sa propre commission sur la fraude électorale a été dissoute sans rapport, et aucune constatation à grande échelle pour étayer ses allégations de vaste fraude n’a été faite.

Mais il y a eu à plusieurs reprises des poursuites pour fraude liée aux bulletins de vote postal – même si les chiffres sont extrêmement bas en comparaison

Analyse: Twitter a tort d’affirmer catégoriquement qu’il n’y a pas de fraude. Le différend n’est pas sur son existence: il s’agit de savoir s’il est généralisé et suffisant pour changer le résultat d’une élection présidentielle

Twitter: Trump a faussement prétendu que la Californie enverrait des bulletins de vote par courrier à «  toute personne vivant dans l’État, peu importe qui ils sont ou comment ils y sont arrivés  ». In fact, only registered voters will receive ballots.

Le décret de Gavin Newsom stipule que les bulletins de vote iront aux électeurs inscrits.

Cela dépend du fait que le registre est correct et que personne n’a été enregistré qui est illégal.

Analyse: Twitter est correct tant que les règles sont respectées

Twitter: Cinq États votent déjà entièrement par courrier et tous les États offrent une forme de vote par correspondance par correspondance, selon NBC News.

Il y a cinq États qui envoient des bulletins de vote à chaque électeur, bien que tous ces électeurs puissent choisir de voter en personne s’ils le souhaitent.

Tous les États offrent le vote par correspondance sous une forme ou une autre; les lois de chaque état sont différentes.

Analyse: Twitter est imprécis



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here