Calls are increasing for automatic approval of veterans’ disability applications under COVID-19

0
54


        
Lee Berthiaume, La Presse canadienne
Publié le dimanche 17 mai 2020 à 6 h 05 HAE
Dernière mise à jour dimanche 17 mai 2020 16h00 HAE

OTTAWA - La frustration grandit au sein de la communauté des anciens combattants du Canada alors que de nombreux anciens soldats handicapés continuent d'attendre le soutien et les avantages du gouvernement fédéral alors même que le gouvernement se précipite pour approuver des millions de demandes d'aide liées à COVID-19. La frustration croissante des vétérans survient alors que le Canada franchit une nouvelle étape dimanche, avec plus de la moitié des quelque 76 000 cas confirmés de COVID-19 du pays répertoriés comme récupérés. Plus de 5 700 personnes sont décédées des suites d'une maladie respiratoire. Cela coïncide également avec une guerre de mots grandissante entre Jason Kenney et le consulat chinois à Calgary, après que le premier ministre de l'Alberta a suggéré que la Chine serait bientôt confrontée à un «grand jugement» pour minimiser les dangers posés par le nouveau coronavirus lors de son apparition. Les anciens combattants et leurs défenseurs ont demandé à Ottawa d'approuver automatiquement environ 44 000 demandes qui étaient en attente à Anciens Combattants Canada, une demande que le gouvernement fédéral a jusqu'à présent rejetée. Pourtant, beaucoup se demandent maintenant pourquoi le gouvernement refuse d'agir à la suite de rapports selon lesquels des fonctionnaires fédéraux ont été invités à approuver les paiements par le biais de la Prestation d'urgence canadienne, même en cas de suspicion de fraude ou d'abus. Les autorités fédérales ont suggéré qu'environ 200 000 des huit millions de paiements CERB effectués jusqu'à présent ont été signalés comme préoccupants. Le gouvernement a déclaré qu'il voulait faire parvenir rapidement de l'argent aux Canadiens pendant la pandémie et qu'il réprimera les agresseurs à une date ultérieure. Le but et les exigences légales concernant le CERB sont différents des programmes de prestations d'invalidité d'Anciens Combattants Canada, a déclaré le porte-parole du ministère, Josh Buekert, ajoutant que les responsables cherchent des moyens d'aider à traiter les demandes de prestations d'invalidité pendant la pandémie de COVID-19. «Nous aidons les décideurs à utiliser plus facilement les preuves disponibles pour prendre leur décision le plus rapidement possible», a déclaré Buekert dans un e-mail. «Nous examinons tous les processus utilisés dans ces circonstances difficiles et nous les utiliserons pour continuer d'améliorer la production à l'avenir.» Cependant, la frustration bouillonne sur les réseaux sociaux et ailleurs, de nombreux anciens combattants demandant à savoir pourquoi le gouvernement peut accélérer le traitement de millions de demandes d'assistance liées à COVID-19, mais pas les blessés en servant en uniforme. «Les vétérans sont énervés parce que nous sommes toujours mis à l'arrière de l'autobus», a déclaré le caporal-chef à la retraite Dave Toy, qui attend depuis plus de 18 mois le traitement de sa demande de prestations liées au trouble de stress post-traumatique. "C'est juste une autre raison de s'énerver." Le Conseil national des associations d'anciens combattants, qui représente plus de 60 groupes d'anciens combattants, a lancé des appels pour que le gouvernement approuve automatiquement les demandes de prestations d'invalidité des anciens combattants blessés en suspens pour les aider à faire face à la crise du COVID-19. Non seulement les taux d'approbation pour la plupart des catégories de blessures - y compris le trouble de stress post-traumatique - sont extrêmement élevés, le président du conseil, Brian Forbes, a déclaré que la pandémie a créé de nouveaux obstacles pour le traitement des demandes en raison de la nécessité d'une évaluation médicale et d'autres exigences. "Le gouvernement est d'avis - et c'est un peu difficile à critiquer - que soumettre les gens à un processus d'approbation bureaucratique serait difficile à justifier", a déclaré Forbes à propos du CERB. «En ces temps, la même philosophie devrait s'appliquer aux deux. Nous parlons de vétérans handicapés, de personnes dans le besoin. » Forbes a laissé entendre que l'idée des approbations automatiques gagnait du terrain au sein du ministère, où il y avait des questions sur la façon de gérer les paiements et l'optique de récupérer l'argent des anciens combattants qui s'avèrent par la suite non admissibles à l'aide. Pourtant, jusqu'à présent, le gouvernement a refusé d'appuyer sur la gâchette. «Il y a un certain mouvement au sein d'Anciens Combattants Canada concernant ce que nous appelons une forme de droit automatique pour essayer de traiter l'arriéré et les retards de longue date, a-t-il dit. «Je suis un peu biaisé, mais je ne vois pas les vétérans handicapés dans la même classification que les fraudeurs.» La porte-parole du NPD en matière d'anciens combattants, Rachel Blaney, a déclaré qu'elle avait entendu les préoccupations et les plaintes des anciens combattants au sujet de l'arriéré et qu'elle n'avait entendu aucune raison impérieuse pour laquelle leurs demandes d'aide ne devraient pas être automatiquement approuvées et vérifiées par la suite. «Approuvons simplement», a-t-elle dit. «Il s'agit d'un groupe de personnes qui ont déjà servi notre pays. Je dirais donc que ce n'est probablement pas un groupe de personnes à haut risque qui essaient de tromper le système. » Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 17 mai 2020.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here