So should we be wearing face masks? Health Secretary Matt Hancock says advice hasn’t changed

0
151


The British are always told that face masks do not protect them from the coronavirus despite the fact that the United States changes radically overnight and advises all Americans to wear them.

Health Secretary Matt Hancock said today that the UK would not change its approach because it claims there is little evidence to show that masks help, and that they would be better used by healthcare workers and patients who test positive.

The World Health Organization (WHO) – which currently does not recommend healthy people to wear them – is also said to be reconsidering its guidelines on masks.

New York residents were told Thursday that they should cover their mouths with a homemade cloth when they go out if they cannot access a mask.

But Hancock told Good Morning Britain today that the scientific advice has been “very clear from the start” and said it is not effective in preventing the average person from getting the virus.

The UK government says surgical masks – the most popular and widely available – are too thin, loose and porous, making it easier for tiny virus particles to pass through.

But experts have always argued that, while masks cannot prevent someone from contracting the disease, they prevent the wearer from infecting others.

This may have been more important than initially thought now that researchers know that infected people are contagious for several days before they have symptoms.

The virus can be transmitted through droplets that are released when a patient talks, breathes, coughs, or sneezes.

The British government has long believed that inexpensive paper masks offer little protection against COVID-19 capture. London Underground passengers wear them on Thursday

The British government has long believed that inexpensive paper masks offer little protection against COVID-19 capture. London Underground passengers wear them on Thursday

Buyers wearing face masks line up to enter Sainsbury's supermarket on Ladbroke Grove in West London on Wednesday

Buyers wearing face masks line up to enter Sainsbury’s supermarket on Ladbroke Grove in West London on Wednesday

Donald Trump administration encourages all Americans to wear cloth masks or other face covers if they go out in public

The Donald Trump administration encourages all Americans to wear cloth masks or other face covers if they go out in public

But Health Secretary Matt Hancock said today that the UK would not change its approach because he claims there is little evidence to show that masks help, and that they would be better used by healthcare workers and patients who test positive.

But Health Secretary Matt Hancock said today that the UK would not change its approach because he claims there is little evidence to show that masks help, and that they would be better used by healthcare workers and patients who test positive.

South Korea, Japan, Singapore and Hong Kong have issued millions of masks to their populations and have successfully prevented large-scale epidemics, despite their proximity to China. Critics say masks don't work because China has suffered more than 80,000 cases

South Korea, Japan, Singapore and Hong Kong have issued millions of masks to their populations and have successfully prevented large-scale epidemics, despite their proximity to China. Critics say masks don’t work because China has suffered more than 80,000 cases

Today, Mr. Hancock said, “I have not been told that we should do it. I will follow the scientific advice on this, which was very clear when we looked at it at the start.

“Masks are very important to protect healthcare workers who might have a lot of incoming virus, but this (the public is advised to wear face masks) is not something we did here because we followed the advice and we followed the medical and scientific advice and the whole basis of our response was to make sure that we follow the science.

When Professor John Newton, director of public health improvement for Public Health England, was asked about the masks on the radio this morning, he said they were “very useful” in the hospital but handed over question their effectiveness for daily use. He said the government “would wait to see how science evolves”.

Professor Ian Jones, a virologist at the University of Reading, told MailOnline that mass masks “should now be considered” by health officials in the UK.

How to make your own coronavirus face mask: detailed method of online DIY tutorials for vacuum bag or T-shirt to create protection that, according to leading scientists, is effective against insects

People around the world use scarves as makeshift masks (like this woman in Lisbon) because they don't have access to them

People around the world use scarves as makeshift masks (like this woman in Lisbon) because they don’t have access to them

Others resort to making masks from household items. A man is seen using a diaper as a makeshift facial mask in Brooklyn, New York City

Others resort to making masks from household items. A man is seen using a diaper as a makeshift facial mask in Brooklyn, New York City

THE TRUTH ABOUT FACE MASKS: WHAT STUDIES HAVE SHOWED

Research on the variability of different types of masks and face covers, but recently and in the light of the COVID-19 pandemic, experts are increasingly looking at the notion that something is better than nothing.

A University of Oxford study released on March 30 found that surgical masks are just as effective at preventing respiratory infections as N95 masks for doctors, nurses and other healthcare workers.

It is too early for their data to be reliable on how they prevent COVID-19 infection, but the study found that thinner, cheaper masks work in flu epidemics.

The difference between surgical or facial masks and N95 masks lies in the size of the particles which can – and above all, cannot – pass through the materials.

N95 respirators are made of a thick, tightly woven, molded material that fits tightly over the face and can stop 95% of all airborne particles, while surgical masks are thinner, looser and more porous.

This makes surgical masks much more comfortable for breathing and working, but less effective at preventing small particles from entering your mouth and nose.

The droplets of saliva and mucus from coughing and sneezing are very small, and the virus particles themselves are particularly small – in fact, they are about 20 times smaller than bacteria.

For this reason, a JAMA study published this month still argued that people without symptoms should not wear surgical masks, as there is no evidence that the equipment will protect them from infection – although it can prevent people who cough and sneeze to infect others.

But Oxford analysis of previous studies – which has yet to be peer reviewed – found that surgical masks were worth wearing and offered no less statistically protective protection than the N95 for healthcare workers around flu patients.

However, any face mask is as good as other health and hygiene practices. Experts universally agree that there is simply no replacement for thorough and frequent hand washing to prevent the transmission of disease.

Some believe that masks can also help “train” people not to touch their faces, while others argue that the unknown garment will just make people do it more, actually increasing the risk of infection.

If the CDC orders Americans to wear masks, it could create a second problem: hospitals are already facing a shortage of masks and other PPE.

Warning that the crisis is spreading quickly, he added: “Anything that reduces the rate of transmission will put it under control sooner.”

Dr. Stephen Griffin, associate professor of infection and immunity at the University of Leeds, said the masks prevent people without symptoms from spreading the disease by catching tiny droplets as they exhale.

He added, “They are also helpful for people who are symptomatic themselves by stopping coughing and sneezing.

“They also reduce the propensity of people to touch their face, which occurs many times a day than we all think and is a major source of infection without good hand hygiene.”

South Korea, Japan, Singapore and Hong Kong have issued millions of masks to their populations and have successfully prevented major epidemics, despite their proximity to China.

George Gao, director general of the China Center for Disease Control and Prevention, said this week that the “big mistake” in the United States and Europe is that “people don’t wear masks.”

He told Science magazine: “This virus is spread by droplets and close contact. Droplets play a very important role – you need to wear a mask, because when you speak, there are always droplets coming out of your mouth.

“Many people have asymptomatic or pre-symptomatic infections. If they wear face masks, it can prevent the droplets that carry the virus from escaping and infecting others. “

It so happens that the Centers for Disease Control and Prevention should advise all Americans to wear cloth masks or other face covers if they go out in public.

The policy marks a major change in communication, as the CDC and the World Health Organization have previously stated that people do not need to wear masks unless they are sick.

The new direction has not been officially announced, but is under development, according to several reports, as more than one million people worldwide have been infected with the coronavirus.

President Trump confirmed that he was on his way but said that it would not be mandatory to wear a mask in public.

Vice President Mike Pence said he would be out “in the days to come.”

Health officials believe that wearing masks would reduce the risk of people not showing symptoms of the virus spreading.

Dr. Deborah Birx, who coordinates the administration’s daily response to the virus for the United States government, warned that people should not consider masks as a guarantee of protection.

“We don’t want people to feel like I’m wearing a mask, I’m protected and I protect others. You may be protecting others, but don’t get a false sense of security that this mask protects you exclusively from infection, as these are other ways of getting infected due to the number of asymptomatic and mild cases that exist . she said during the White House briefing.

Lord Alan Sugar was lambasted after posting a photo of makeshift coronavirus masks made from coffee filters, elastic bands and staples

Lord Alan Sugar was lambasted after posting a photo of makeshift coronavirus masks made from coffee filters, elastic bands and staples

LORD SANDED SUGAR TO ENCOURAGE THE BRITONS TO MAKE MASKS FROM COFFEE FILTERS

Lord Alan Sugar was lambasted after posting a photo of makeshift coronavirus masks made from coffee filters, elastic bands and staples.

The star of the apprentice tweeted, “Improvise – make your own masks from kitchen rolls or coffee filters, rubber bands and a stapler. “

Experts say that masks without filters offer little or no protection.

Twitter user Crocidolite said, “Throw them directly in the trash.

“Unless they are FFP3, which they are not, they are a waste of time. “

Deborah Walker posted a photo of a suitable mask and said, “Or could you register your coffee filter and buy one of the ones we have diversified to make?”

“They cost less than a pint.

Lewis Carter ranted, “Absolutely useless. “

Stephen Szmidt said: “It was April Fool’s Day yesterday.

She advised people to continue social distancing practices and to wash their hands. The new guidance will make it clear that N95 surgical masks should be kept for health care workers and others on the front line who are in dire need of them.

Simple cloth masks – or scarves or bandanas – will be recommended when people go to the grocery store, walk around, or are outside.

“In light of this new data, as well as evidence of widespread transmission in communities across the country, the CDC recommends community use of cloth masks as an additional public health measure that people can take to prevent the spread of the virus to those around them, “according to a copy of the guidelines obtained by the Washington Post.

New York Mayor Bill de Blasio warned all New Yorkers on Thursday that they should cover their mouths and noses with a homemade cloth mask when they go out, even if they are healthy , if they cannot access a mask.

Speaking at his daily press conference on the city’s coronavirus response, the mayor revealed that new evidence suggested that face covers could prevent the spread of the coronavirus, but added that he did not regret have delayed the order.

De Blasio warned that most New Yorkers should make their own face covering using a cloth, scarf or bandana, leaving masks for medical staff and others working on the front lines.

He also said he spoke with President Donald Trump on Thursday requesting that national recruitment be established for medical professionals, or anyone with medical training, who would even deploy civilians to hot spots. ‘epidemic.

Meanwhile, the World Health Organization (WHO) is considering recommending healthy people to wear masks if they can.

Mayor Bill de Blasio has warned that New Yorkers should now cover their mouths and noses if they leave their home after new evidence suggests that asymptotic carriers could lead to greater spread of the coronavirus in the community than we never thought before

Mayor Bill de Blasio has warned that New Yorkers should now cover their mouths and noses if they leave their home after new evidence suggests that asymptotic carriers could lead to greater spread of the coronavirus in the community than we never thought before

Not all masks are created equal: disposable masks and surgical masks have larger pores that the coronavirus can easily pass through. A more expensive N95 mask is the benchmark for healthcare professionals who fight infectious diseases

Not all masks are created equal: disposable masks and surgical masks have larger pores that the coronavirus can easily pass through. A more expensive N95 mask is the benchmark for healthcare professionals who fight infectious diseases

IF YOU CAN’T GET A MASK, SHOULD YOU MAKE ONE?

Experts in the United States have suggested that homemade masks could be a powerful defense against coronavirus in the event of a shortage of masks.

“Homemade masks could theoretically offer some protection if the materials and fit were optimized, but that is not certain,” said Dr. Jeffrey Duchin, a Seattle health official at the Washington Post.

A 2013 study found that next to a surgical mask, a vacuum bag provided the best material for a homemade mask.

After a vacuum bag, the tea towels were quite protective, but uncomfortable. The masks in T-shirts were very tolerable, but only worked the third as well as the surgical masks. Researchers at Cambridge University have concluded that homemade masks should only be used as a “last resort”.

Public Health England still does not recommend that British people wear face masks unless they are infected themselves.

The health organization also does not advise people to use clothing as makeshift masks, as they claim that they offer virtually no protection.

A recent study found that coughing and sneezing can spread virus particles up to 27 feet (8 m) into a cloud around an infected patient.

The WHO currently does not recommend that disease-free people wear masks because there is little evidence that they help and that they would be better used by healthcare professionals and patients who test positive.

But he may be about to change his mind, according to a former director of infectious diseases for the organization.

Professor David Heymann, now an internal expert at the London School of Hygiene & Tropical Medicine, said that WHO is reopening its discussions on masks today.

He said officials may decide to let people know the masks are beneficial – but people should wear one with a tight seal around the nose and wear it all the time.

Professor Heymann said: “There is currently a debate about the usefulness of masks because Hong Kong has provided evidence that masks can be useful in protecting people from infection. It is not yet clear whether this is true or not.

“WHO, the group I work with, is debating tomorrow with a group of experts from around the world to understand if there is evidence that would warrant a change in what WHO currently recommends for masks.

” [What is recommends] is that they really do not have a major role in protecting people against infection, except in health professionals where they also wear eye protection and they also have a role in protecting others against coughing or sneezing.

The World Health Organization has a list of recommendations for wearing and removing masks safely to avoid the risk of infection

The World Health Organization has a list of recommendations for wearing and removing masks safely to avoid the risk of infection

Current official CDC guidelines (above) urge healthy people to avoid using masks due to the continuing shortage of doctors and nurses.

Current CDC official guidelines (above) urge healthy people to avoid using masks due to the continuing shortage of doctors and nurses. The UK Department of Health recommends the same

He added: “But as the evidence becomes available, it seems there will be a debate to try to decide whether masks play a role at some point in the epidemic.

“And believe me, if they do, there is a private sector healthy enough to start producing these masks in the quantities needed.” “

Yesterday, he made the comments during a briefing to the British think tank Chatham House in London.

The WHO is currently saying that healthy people should only wear a mask if they are caring for a COVID-19 patient, or if they cough and sneeze.

Coronavirus is thought to spread only through close contact with others – defined as being less than 6’6 ‘(2m) from someone.

But a study by the Massachusetts Institute of Technology (MIT) in Boston found that infected patients can create a cloud of viral particles around them with coughing and sneezing.

It can extend up to 27 feet (8 m) and could carry enough virus to infect someone, the researchers said.

Droplets from people’s lungs could also linger in the air and be thrown, they added.

The study – from one of the most prestigious universities in the United States and published in the Journal of the American Medical Association (JAMA) – was conducted under laboratory conditions rather than in the real world.

But this could change the way health authorities view protective equipment like masks, which are currently stored for health workers.

In France, for example, the government has banned wholesalers from selling masks to the public so they can keep them for medical staff.

Although scientists say the vast majority of masks do not have filters that are fine enough to keep viruses from getting in, there is a growing school of thought that they could be useful.

Even if they don’t stop viruses in their path, they could redirect the air flow that could carry them into people’s mouths or noses.

A lower initial dose of the virus has been associated with less severe symptoms in some patients with coronavirus.

EX-BANKER 3D PRINTING GEAR PROTECTION FOR NHS WORKERS IN CASE OF SHORTAGES

A former city financial worker turned craftsman now spends 32 hours stretching 3D printing visors for nurses in the coronavirus department – after inventing his own method of rapidly making PPE.

James McConville, 28, has spent the past four days making dozens of face masks for NHS staff, paramedics and nursing home nurses who lack personal protective equipment – not sleeping for days at a time.

The former top-flight financial analyst, who swapped his job in the city to start a 3D printing business in his hometown of Liverpool a year ago, started printing the masks earlier this week after being shocked by the lack of protective equipment worn by its staff. local supermarket.

And since sharing his good deed on Facebook, he has already been inundated with more than 300 requests for simple but effective protective clothing from desperate staff in hospitals, medical offices, nursing homes and stores.

McConville said, “I went to a supermarket over the weekend and I couldn’t believe the staff did not have a mask or gloves.

“I was wearing a respirator and one of the staff asked me where I was from and said that the company she worked for could not find masks to protect the staff.

“I was shocked so I went into my workshop and turned on the 3D printer and thought I was going to make it myself.

“The design I chose is a hodgepodge of a few I have seen, but the main difference is that my visor uses a piece of 3D printed plastic to hold it in place, rather than a strip elastic.

“It’s more hygienic than some of the other models I’ve seen, because plastic is easier to clean than an elastic band.

“I launched a quick Facebook post saying that I made them for the people who needed them and I woke up more than 300 requests for visors from all kinds of professions.

“It was overwhelming the number of people who contacted me.

“I have received many requests from front line hospital staff and workers from seven different hospitals in Liverpool.

“It was the demands of the front line staff that shocked me – I thought NHS workers would surely be equipped with the right equipment.

“But there are so many people in the rooms who treat people with Covid-19 who don’t have enough, so I tried to prioritize them.

“Most of the people who contact us are based in Merseyside where I live, but we have received requests from workers across the country, including paramedics from Northampton.”

James works non-stop to make visors from his Everton workshop, where he has been a craftsman since he left his position as financial analyst last year and where he previously designed and built events as a backdrop.

Face shields are made from an A4 sheet of clear plastic, which they pierce and attach to an orange plastic strip, made using the 3D printer.

The visors, which take less than an hour to make each, are extremely light, weighing only 14 g, and can be easily disinfected by wiping them with alcohol.

James can currently make up to 22 visors a day, well below the number requested, but hopes to increase production and is currently looking for more 3D printers.

And so far, he has made the visors himself, packaged them and delivered them to hospitals.

James said, “It takes just under an hour to make one of the face shields and I work 32 hours without sleep.

“They’re so light you can barely smell them when you’re wearing them, making them perfect for NHS staff who work long hours.

“After seeing how many people needed visors, I first felt I had to work around the clock to help.

“Now I try to pace myself and produce as much as I can while taking care of myself.

«Je pensais que ce ne serait que des travailleurs à domicile et des supermarchés qui n’auraient pas de visières, mais ce n’est pas le cas.»

James a laissé tomber 68 visières au personnel du NHS et aux ambulanciers paramédicaux jusqu’à présent et mercredi [April 1] à elle seule, 10 visières ont été abandonnées aux infirmières du Walton Centre de Liverpool et 15 autres au personnel de l’hôpital Broadgreen de la ville.

Il prévoit d’augmenter le nombre de livraisons au cours des prochains jours.

Mais après avoir été inondé de messages, il a dû trier les demandes en une pile «  urgente  », des travailleurs du NHS et des ambulanciers paramédicaux, et une pile «  non urgente  », des employés de magasin, du personnel des foyers de soins et des enseignants.

Jusqu’à présent, il a 84 demandes «urgentes» pour les écrans faciaux, 222 demandes «non urgentes» et plus de 280 autres demandes d’aide qu’il n’a pas encore eu le temps de trier.

James a déclaré: «  Les infirmières à qui j’ai déposé des visières au Walton Centre étaient du personnel de première ligne qui traitait les patients dans une salle d’infection et avaient besoin des visières dès que possible.

«  J’ai également déposé 15 visières avec des infirmières à l’hôpital Broadgreen à Liverpool et quand je suis entré, j’ai été arrêté par un jeune médecin qui m’a demandé d’où je les avais obtenues.

«J’ai expliqué que je les avais fabriqués et il a dit qu’il ne pouvait pas se procurer de visières.

«Les médecins sont tellement angoissés qu’ils demandent aux étrangers qui marchent dans la rue où ils peuvent se procurer des EPI.

«  Il a été difficile de les fabriquer car vous ne pouvez pas simplement le mettre en attente, car l’imprimante 3D doit être entretenue à tout moment.

J’ai reçu des offres de tant de gens pour m’aider, mais à cause de l’éloignement social, je ne peux vraiment obtenir de l’aide que pour les livraisons.

« J’ai été submergé par le niveau d’intérêt, mais je suis déterminé à continuer à aider. “

Comment faire votre propre masque facial contre les coronavirus: méthode de détail des tutoriels de bricolage en ligne pour sac d’aspirateur ou T-shirt pour créer une protection qui, selon les principaux scientifiques, est efficace contre les insectes

La pandémie mondiale de coronavirus a entraîné une pénurie de masques protecteurs, ce qui a conduit à un déluge de tutoriels en ligne pour créer le vôtre à l’aide d’un t-shirt ou d’une taie d’oreiller.

Les masques faits maison offrent une protection beaucoup moins importante que les masques médicaux N95, qui sont faits d’un matériau épais et tissé serré qui s’adapte sur le visage et peut arrêter 95% de toutes les particules en suspension dans l’air.

Public Health England ne recommande toujours pas aux Britanniques de porter des masques faciaux, sauf dans un cadre médical.

Mais il y a de bonnes raisons de penser que les masques de bricolage pourraient être efficaces pour lutter contre la pandémie, car ils ont été largement utilisés à Hong Kong, en Mongolie et en Corée du Sud, des pays où la maladie est largement sous contrôle.

L’Organisation mondiale de la santé ne recommande pas non plus actuellement aux personnes sans maladie de porter des masques faciaux, mais elle pourrait être sur le point d’annuler sa décision en raison des preuves fournies par Hong Kong qu’elles pourraient être efficaces dans la lutte contre le virus.

Et dans un autre signe que les attitudes sur les masques changent, Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a déclaré hier aux quatre millions d’habitants de la ville qu’ils devaient porter des masques en tout temps pour ralentir la propagation de la pandémie mortelle.

MailOnline a étudié comment vous pouvez créer votre propre masque facial à l’aide d’articles ménagers quotidiens tels qu’un t-shirt, une serviette de cuisine ou des sacs sous vide.

Comment faire un masque facial à partir d’un t-shirt

Un tutoriel YouTube de Runa Ray montre comment créer un masque facial sans aucun besoin de couture, en utilisant simplement un t-shirt uni.

Tout d’abord, vous avez besoin de ciseaux, d’un crayon et d’une règle, et d’un t-shirt qui ne vous dérange pas d’être utilisé pour faire un masque facial.

Découpez un rectangle de 16 pi sur 4 pi à partir du milieu du t-shirt, puis pliez-le en deux et mesurez quatre pouces de chaque côté.

Ensuite, marquez le t-shirt avec un nombre pair de glands de chaque côté et utilisez des ciseaux pour les couper.

Retournez le t-shirt et séparez les glands du coin, mais attachez les autres entre les deux.

Ensuite, avec le reste du matériau du t-shirt, coupez des courroies d’oreille en utilisant l’ourlet de la chemise.

Attachez les sangles aux glands extérieurs restants et vous avez vous-même un masque facial, sans couture, et en utilisant un vieux t-shirt.

Une méthode légèrement plus compliquée a été perfectionnée par des chercheurs de l’Université de Pittsburgh qui ont également réussi à concevoir un masque facial qui pourrait être utilisé si des «masques commerciaux» n’étaient pas disponibles lors d’une épidémie de virus.

Une femme portant un masque passe devant une vitrine fermée pendant le verrouillage de la pandémie à Manchester

Une femme portant un masque passe devant une vitrine fermée pendant le verrouillage de la pandémie à Manchester

Ils ont utilisé un t-shirt en coton ordinaire, qui a été bouilli pendant 10 minutes puis séché à l’air pour stériliser le matériau, mais aussi pour le rétrécir.

Les chercheurs ont utilisé un marqueur et une règle pour mesurer ce qu’ils voulaient couper, puis ont formé le masque en utilisant une couche externe, puis huit couches internes couvrant le nez et la bouche.

Le masque ne nécessite aucune couture et implique plutôt qu’il soit attaché plusieurs fois autour du visage.

Comment faire un masque facial à partir de sacs d’aspirateur

En suivant les étapes simples du graphique, vous pouvez créer votre propre masque facial à partir d’un t-shirt ou d’un sac d’aspirateur,

Même les politiciens britanniques ont pris part à l’acte, avec Gillian Martin, qui est MSP pour l’Aberdeenshire East, décrivant comment elle a fabriqué un masque facial à partir de sacs d’aspirateur et d’élastiques.

Elle a déclaré au Daily Record: «Je vis dans un petit village et je suis ici depuis plus de 20 ans. Je ne veux pas inquiéter ou offenser les gens quand je sors.

«  J’ai commencé à rechercher ce que d’autres pays faisaient et j’ai trouvé un tableau avec les meilleurs matériaux à utiliser pour fabriquer un masque à partir de n’importe quoi. “

«Juste en dessous du matériel médical se trouvait un sac aspirateur. J’en ai des tas qui traînent et j’ai trouvé un sac Hepa-Flow qui va juste sur votre aspirateur Henry ‘.

Le graphique auquel le MSP fait référence à partir d’une étude de l’Université de Cambridge qui montre les matériaux qui fonctionnent le mieux contre les particules de taille virale.

Les trois premiers sont un masque chirurgical, un sac d’aspirateur et un torchon.

Elle a ajouté: «  Je l’ai coupé le sac et l’ai fixé avec un élastique. Je vis avec ma famille de trois personnes qui se sont toutes isolées, alors j’en ai fait une pour chacun de nous ».

Gillian Martin a posté à propos de son masque qu'elle a fabriqué à partir d'un sac d'aspirateur

Gillian Martin a posté à propos de son masque qu’elle a fabriqué à partir d’un sac d’aspirateur

«  Je l’ai fait parce que je suis nerveux à l’idée que des gens viennent me voir quand je promène le chien. Je ne veux pas avoir à m’enfuir.

Une autre méthode populaire sur YouTube montre comment plier un foulard, en utilisant des élastiques à cheveux à chaque extrémité, pour créer un masque simple et facile à ne pas coudre. La même méthode peut être utilisée avec un mouchoir et n’implique aucune couture.

Comment faire un masque facial avec une serviette de cuisine

Pour cela, vous avez besoin de deux couches de torchon et d’une de mouchoir.

Vous le coupez en deux, puis utilisez du ruban adhésif à chaque extrémité pour vous assurer que le masque est rigide.

Ensuite, vous percez des trous à chaque extrémité du masque et enfilez des bandes élastiques à travers les trous.

Certaines femmes japonaises ont même publié des instructions sur la façon de fabriquer un masque facial à partir d’un soutien-gorge.

La méthode est simple et consiste à couper une tasse avec des ciseaux, puis à coudre les bretelles du soutien-gorge pour qu’elles puissent être attachées à votre visage.

Les masques doivent-ils être complexes pour être efficaces?

L’idée selon laquelle les masques ne doivent pas nécessairement être complexes pour être efficaces est appuyée par des études récemment publiées.

Une étude de l’Université d’Oxford publiée cette semaine a conclu que les masques chirurgicaux sont tout aussi efficaces pour prévenir les infections respiratoires que les masques N95 pour les médecins, les infirmières et les autres travailleurs de la santé.

Il est trop tôt pour disposer de données fiables sur leur efficacité à prévenir l’infection par COVID-19, mais l’étude a révélé que les masques plus minces et moins chers fonctionnent dans les épidémies de grippe.

Mercredi, deux femmes âgées portant des masques protecteurs marchent à Westminster

Mercredi, deux femmes âgées portant des masques protecteurs marchent à Westminster

La différence entre les masques chirurgicaux ou faciaux et les masques N95 réside dans la taille des particules qui peuvent – et surtout, ne peuvent pas – traverser les matériaux.

Les respirateurs N95 sont faits d’un matériau épais, tissé serré et moulé qui s’adapte étroitement sur le visage et peut arrêter 95% de toutes les particules en suspension dans l’air, tandis que les masques chirurgicaux sont plus minces, plus lâches et plus poreux.

Cela rend les masques chirurgicaux beaucoup plus confortables pour respirer et travailler, mais moins efficaces pour empêcher les petites particules d’entrer dans votre bouche et votre nez.

Les gouttelettes de salive et de mucus provenant de la toux et des éternuements sont très petites et les particules virales elles-mêmes sont particulièrement petites – en fait, elles sont environ 20 fois plus petites que les bactéries.

Les experts conviennent universellement qu’il n’y a tout simplement pas de remplacement pour Thoroug

QUE SAVONS-NOUS SUR LE CORONAVIRUS?

What is coronavirus?

Un coronavirus est un type de virus qui peut provoquer des maladies chez les animaux et les humains. Les virus pénètrent dans les cellules à l’intérieur de leur hôte et les utilisent pour se reproduire et perturber les fonctions normales du corps. Les coronavirus sont nommés d’après le mot latin «corona», qui signifie couronne, car ils sont entourés d’une coquille à pointes qui ressemble à une couronne royale.

Le coronavirus de Wuhan est un virus qui n’avait jamais été vu avant cette épidémie. Il a été nommé SARS-CoV-2 par le Comité international de taxonomie des virus. Le nom signifie le syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2.

Les experts affirment que le virus, qui a tué environ un patient sur 50 depuis le début de l’épidémie en décembre, est une «  sœur  » de la maladie du SRAS qui a frappé la Chine en 2002, et porte donc son nom.

La maladie causée par le virus a été nommée COVID-19, qui signifie coronavirus disease 2019.

Le Dr Helena Maier, de l’Institut Pirbright, a déclaré: «  Les coronavirus sont une famille de virus qui infectent un large éventail d’espèces différentes, notamment les humains, les bovins, les porcs, les poulets, les chiens, les chats et les animaux sauvages.

«Jusqu’à ce que ce nouveau coronavirus soit identifié, il n’y avait que six coronavirus différents connus pour infecter les humains. Quatre d’entre eux provoquent une légère maladie de type rhume, mais depuis 2002, il y a eu l’émergence de deux nouveaux coronavirus qui peuvent infecter l’homme et entraîner une maladie plus grave (syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) coronavirus).

«Les coronavirus sont connus pour pouvoir parfois passer d’une espèce à l’autre et c’est ce qui s’est produit dans le cas du SRAS, du MERS et du nouveau coronavirus. L’origine animale du nouveau coronavirus n’est pas encore connue. “

Les premiers cas humains ont été signalés publiquement dans la ville chinoise de Wuhan, où vivent environ 11 millions de personnes, après que les médecins ont commencé à signaler publiquement des infections le 31 décembre.

Au 8 janvier, 59 cas suspects avaient été signalés et sept personnes étaient dans un état critique. Des tests ont été développés pour le nouveau virus et les cas enregistrés ont commencé à augmenter.

La première personne est décédée cette semaine-là et, le 16 janvier, deux étaient morts et 41 cas confirmés. Le lendemain, les scientifiques ont prédit que 1 700 personnes avaient été infectées, peut-être jusqu’à 7 000.

D’où vient le virus?

Selon les scientifiques, le virus provient presque certainement de chauves-souris. Les coronavirus en général ont tendance à provenir d’animaux – les virus SRAS et MERS similaires sont censés provenir respectivement de civettes et de chameaux.

Les premiers cas de COVID-19 sont venus de personnes visitant ou travaillant dans un marché d’animaux vivants à Wuhan, qui a depuis été fermé pour enquête.

Bien que le marché soit officiellement un marché de fruits de mer, d’autres animaux morts et vivants y étaient vendus, notamment des loups, des salamandres, des serpents, des paons, des porcs-épics et de la viande de chameau.

Une étude de l’Institut de virologie de Wuhan, publiée en février 2020 dans la revue scientifique Nature, a révélé que les échantillons de virus de maquillage génétique trouvés chez des patients en Chine sont identiques à 96% à un coronavirus qu’ils ont trouvé chez les chauves-souris.

Cependant, il n’y avait pas beaucoup de chauves-souris sur le marché, les scientifiques disent donc qu’il y avait probablement un animal qui agissait comme un intermédiaire, le contractant d’une chauve-souris avant de le transmettre à un humain. Il n’a pas encore été confirmé de quel type d’animal il s’agissait.

Le Dr Michael Skinner, virologue à l’Imperial College de Londres, n’a pas participé à la recherche, mais a déclaré: «La découverte place définitivement l’origine du nCoV chez les chauves-souris en Chine.

« Nous ne savons toujours pas si une autre espèce a servi d’hôte intermédiaire pour amplifier le virus, et peut-être même pour le mettre sur le marché, ni quelle espèce cet hôte aurait pu être. “

Jusqu’à présent, les décès sont assez faibles. Pourquoi les experts en santé sont-ils si inquiets à ce sujet?

Les experts disent que la communauté internationale est préoccupée par le virus car on en sait si peu et il semble se propager rapidement.

Il est similaire au SRAS, qui a infecté 8 000 personnes et tué près de 800 lors d’une épidémie en Asie en 2003, en ce qu’il s’agit d’un type de coronavirus qui infecte les poumons des humains. Il est cependant moins mortel que le SRAS, qui a tué environ une personne sur 10, contre environ une personne sur 50 pour le COVID-19.

Une autre raison de s’inquiéter est que personne n’a d’immunité au virus parce qu’il ne l’a jamais rencontré auparavant. Cela signifie qu’il peut causer plus de dégâts que les virus que nous rencontrons souvent, comme la grippe ou le rhume.

S’exprimant lors d’une réunion d’information en janvier, le professeur de l’Université d’Oxford, le Dr Peter Horby, a déclaré: «  Les nouveaux virus peuvent se propager beaucoup plus rapidement dans la population que les virus qui circulent tout le temps parce que nous n’avons aucune immunité contre eux.

«La plupart des virus de la grippe saisonnière ont un taux de létalité inférieur à une personne sur 1000. Ici, nous parlons d’un virus dont nous ne comprenons pas complètement le spectre de gravité, mais il est possible que le taux de létalité atteigne 2%.

Si le taux de mortalité est vraiment de 2%, cela signifie que deux patients sur 100 qui en souffriront mourront.

« Mon sentiment est qu’il est plus bas », a ajouté le Dr Horby. «Il nous manque probablement cet iceberg de cas plus doux. Mais c’est la situation actuelle dans laquelle nous nous trouvons.

« Le taux de létalité de 2% est comparable à la pandémie de grippe espagnole en 1918, il s’agit donc d’une préoccupation mondiale importante. “

Comment le virus se propage-t-il?

La maladie peut se propager entre les personnes simplement par la toux et les éternuements, ce qui en fait une infection extrêmement contagieuse. Et il peut également se propager avant même que quelqu’un ne présente des symptômes.

On pense qu’il voyage dans la salive et même à travers l’eau dans les yeux, donc un contact étroit, des baisers et le partage de couverts ou d’ustensiles sont tous risqués. Il peut également vivre sur des surfaces, telles que le plastique et l’acier, jusqu’à 72 heures, ce qui signifie que les gens peuvent l’attraper en touchant des surfaces contaminées.

À l’origine, on pensait que les gens l’attrapaient d’un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan. Mais des cas ont rapidement commencé à émerger chez des personnes qui n’avaient jamais été là, ce qui a forcé les médecins à réaliser que cela se propageait d’une personne à l’autre.

Que vous fait le virus? What are the symptoms?

Une fois qu’une personne a attrapé le virus COVID-19, cela peut prendre entre deux et 14 jours, voire plus, pour qu’elle présente des symptômes – mais elle peut toujours être contagieuse pendant cette période.

Si et quand ils tombent malades, les signes typiques incluent un nez qui coule, une toux, un mal de gorge et une fièvre (température élevée). La grande majorité des patients s’en remettront sans problème et beaucoup n’auront besoin d’aucune aide médicale.

Dans un petit groupe de patients, qui semblent être principalement des personnes âgées ou souffrant de maladies de longue durée, cela peut entraîner une pneumonie. La pneumonie est une infection dans laquelle l’intérieur des poumons gonfle et se remplit de liquide. Elle rend la respiration de plus en plus difficile et, si elle n’est pas traitée, peut être mortelle et étouffer les gens.

Les chiffres montrent que les jeunes enfants ne semblent pas être particulièrement affectés par le virus, ce qui, selon eux, est particulier compte tenu de leur sensibilité à la grippe, mais on ne sait pas pourquoi.

Qu’ont révélé les tests génétiques sur le virus?

Des scientifiques chinois ont enregistré les séquences génétiques d’environ 19 souches du virus et les ont transmises à des experts travaillant dans le monde entier.

Cela permet à d’autres de les étudier, de développer des tests et potentiellement de chercher à traiter la maladie qu’ils provoquent.

Les examens ont révélé que le coronavirus n’a pas beaucoup changé – le changement est connu sous le nom de mutation – pendant les premiers stades de sa propagation.

Cependant, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, a déclaré que le virus était en mutation et s’adaptait à mesure qu’il se propageait à travers les gens.

Cela signifie que les efforts pour étudier le virus et potentiellement le contrôler peuvent être compliqués car le virus peut avoir une apparence différente à chaque fois que les scientifiques l’analysent.

Une étude plus approfondie pourrait être en mesure de révéler si le virus a d’abord infecté un petit nombre de personnes, puis a changé et s’est propagé à partir d’eux, ou s’il existait différentes versions du virus provenant d’animaux qui se sont développés séparément.

Le virus est-il dangereux?

Le virus a un taux de mortalité d’environ 2%. Il s’agit d’un taux de mortalité similaire à l’épidémie de grippe espagnole qui, en 1918, a tué environ 50 millions de personnes.

Les experts sont en conflit depuis le début de l’épidémie pour savoir si le nombre réel de personnes infectées est significativement supérieur au nombre officiel de cas enregistrés. On s’attend à ce que certaines personnes présentent des symptômes si légers qu’elles ne réalisent même pas qu’elles sont malades à moins qu’elles ne soient testées.Par conséquent, seuls les cas les plus graves sont découverts, ce qui fait que le nombre de morts semble plus élevé qu’il ne l’est vraiment.

Cependant, une enquête sur la surveillance du gouvernement en Chine a révélé qu’il n’avait trouvé aucune raison de croire que cela était vrai.

Le Dr Bruce Aylward, un responsable de l’Organisation mondiale de la santé en mission en Chine, a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que les chiffres ne montraient que la pointe de l’iceberg, et que l’enregistrement semblait exact, a rapporté Stat News.

Le virus peut-il être guéri?

Le virus COVID-19 ne peut pas être guéri et il s’avère difficile à contenir.

Les antibiotiques ne fonctionnent pas contre les virus, ils sont donc hors de question. Les médicaments antiviraux peuvent fonctionner, mais le processus de compréhension d’un virus puis de développement et de production de médicaments pour le traiter prendrait des années et des sommes considérables.

Il n’existe pas encore de vaccin contre le coronavirus et il est peu probable qu’il soit développé à temps pour être utile à cette épidémie, pour des raisons similaires à celles décrites ci-dessus.

Les National Institutes of Health des États-Unis et la Baylor University de Waco, au Texas, disent travailler sur un vaccin basé sur ce qu’ils savent des coronavirus en général, en utilisant les informations de l’épidémie de SRAS. Mais cela peut prendre un an ou plus pour se développer, selon la technologie pharmaceutique.

Actuellement, les gouvernements et les autorités sanitaires s’efforcent de contenir le virus et de soigner les patients malades et d’empêcher qu’ils infectent d’autres personnes.

Les personnes qui attrapent la maladie sont mises en quarantaine dans les hôpitaux, où leurs symptômes peuvent être traités et ils seront éloignés du public non infecté.

Et les aéroports du monde entier mettent en place des mesures de dépistage telles que la présence de médecins sur place, la prise de la température des personnes pour détecter les fièvres et l’utilisation du dépistage thermique pour repérer ceux qui pourraient être malades (l’infection provoque une augmentation de la température).

Cependant, cela peut prendre des semaines avant que les symptômes n’apparaissent, il n’y a donc qu’une faible probabilité que les patients soient repérés dans un aéroport.

Cette épidémie est-elle une épidémie ou une pandémie?

L’épidémie a été déclarée pandémie le 11 mars. Une pandémie est définie par l’Organisation mondiale de la santé comme la «propagation mondiale d’une nouvelle maladie».

Auparavant, l’agence des Nations Unies a déclaré que la plupart des cas à l’extérieur du Hubei avaient été «débordés» de l’épicentre, de sorte que la maladie ne se propageait pas activement dans le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here