Couple of nurses unite to fight virus

0
52


                Entre les interventions chirurgicales, un matin stressant, Ben Cayer et Mindy Brock - mari et femme et infirmières anesthésistes - ont regardé à travers des couches d'équipement de protection et des yeux verrouillés. C'était un regard d'amoureux dans la situation la plus improbable. Un collègue était là pour prendre une photo. Maintenant, l'image, partagée sur les réseaux sociaux, inspire les gens du monde entier. "Tout le monde parle de la photo", explique Cayer, 46 ans. Cela touche la corde sensible "parce que nous traversons tous la même chose en ce moment et c'est un symbole d'espoir et d'amour. »Brock, 38 ans, ajoute:« Ce qui est important, c'est que nous restions unis, que nous travaillions ensemble et que nous nous soutenions toujours. Et pas seulement Ben et moi, mais la race humaine en ce moment. »Le couple de Floride partage une maison, une profession et, maintenant, une mission - assumer le devoir à haut risque de placer des tubes respiratoires chez les patients opérés, qui peuvent tous avoir COVID-19. Ils n'ont pas hésité à faire du bénévolat pour la nouvelle «équipe des voies respiratoires» de l'hôpital général de Tampa », explique Cayer. Placer un tube dans la bouche d'un patient et descendre dans ses voies respiratoires nécessite un contact étroit - et parce que le virus se propage en gouttelettes, plus haut niveau d'équipement de protection. Pour économiser de l'équipement et exposer moins de travailleurs de la santé, l'hôpital a réduit au minimum le personnel pour les intubations avant la chirurgie. Comme c'est le cas dans de nombreux hôpitaux américains, seules les chirurgies d'urgence se poursuivent à l'hôpital de Tampa, pour faire de la place à mesure que la pandémie continue de sévir. Ils se sont rencontrés dans une école d'infirmière en anesthésie en 2007. En classe, ils se sont assis par ordre alphabétique. Brock à côté de Cayer, dit-elle, «et c'est parti de là.» Ils se sont mariés il y a cinq ans et travaillent maintenant pour TeamHealth, une entreprise de recrutement de personnel médical. Mais le matin de la photo, ils se sont chamaillés pendant le trajet pour se rendre au travail. Ils n'étaient pas d'accord sur ce qu'il fallait jouer sur l'autoradio et sur qui faisait la vaisselle à la maison. Les nouvelles procédures COVID-19 - c'était le premier jour de Brock dans la nouvelle équipe - les rendaient tous les deux tendus. dit. Plus tard, ils se sont retrouvés entre les chirurgies. La tension a fondu. "Toutes ces choses insignifiantes dont nous discutions ce matin-là, dans le grand schéma des choses, ne sont pas si importantes." La photo capture ce moment, il dit qu'ils ne s'inquiètent pas beaucoup de tomber malade, bien que le virus soit proche. La mère de Brock s'en est remise. Les collègues ont peur de l'attraper. Les patients se sentent seuls parce que les visiteurs ont été strictement limités. "Nous avons poussé des hommes qui hurlent parce qu'aucun membre de leur famille ne peut être là avec eux", dit Brock. Cela aide à être marié à une autre infirmière, parce que "à moins que vous ne fassiez cela ici, il n'y a aucun moyen de le décrire », dit-elle. "Il comprend."
            

Entre les chirurgies, un matin stressant, Ben Cayer et Mindy Brock - mari et femme, et infirmières anesthésistes - ont regardé à travers des couches d'équipement de protection et les yeux verrouillés.

It was a love look in the most unlikely situation. A colleague was there to take a photo.

Now the image, shared on social media, inspires people around the world.

“Everyone’s talking about the photo,” says Cayer, 46. This strikes a chord “because we are all going through the same thing right now and it is a symbol of hope and love. “

Brock, 38, adds, “What is important is that we stay together, work together and always support each other. And not just Ben and me, but the human race right now. “

The Florida pair share a home, a profession and, now, a mission – to assume the high-risk duty of placing breathing tubes in operated patients, all of whom may have COVID-19.

They did not hesitate to volunteer for the new “airway team” at Tampa General Hospital, “said Cayer.

Placing a tube in a patient’s mouth and going down into their respiratory tract requires close contact – and because the virus spreads in droplets, the highest level of protective equipment. To conserve equipment and expose fewer healthcare workers, the hospital has minimized intubation before surgery.

Their patients have had car accidents or had to undergo brain surgery due to a ruptured blood vessel. As is the case in many American hospitals, only emergency surgery continues at the Tampa Hospital to make room as the pandemic continues to rage.

They met in an anesthesia nursing school in 2007. In class, they sat down in alphabetical order. Brock next to Cayer, she said, “and it took off from there. “

They married five years ago and now work for TeamHealth, a medical personnel recruitment company. But the morning of the photo, they bickered during the trip to get to work. They disagreed about what to play on the car radio and who did the dishes at home.

The new COVID-19 procedures – it was Brock’s first day on the new team – made them both tense.

“We were arguing,” she says. They later found themselves between surgeries. The tension has melted. “All of the insignificant things we were discussing that morning in the grand scheme of things are not that important. The photo captures this moment.

He says they don’t worry much about getting sick, although the virus is near. Brock’s mother recovered. Colleagues are afraid of catching it. Patients feel lonely because visitors are strictly limited.

“We have grown screaming men because no family member can be there with them,” said Brock.

It is useful to be married to another nurse because “unless you do that, there is no way to describe it,” she said. ” He understands. “

                                

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here